Les Djinns

Ouchanpo – 2/5
1 – 2 – 3 – 45

On continue d’explorer les métriques anouchanpistes plus ou moins inhabituelles. On a vu hier les vers de trois pieds. Que dites-vous de ces vers de deux pieds :

Tout fuit,
Tout passe
L’espace
Efface
Le bruit

Ce n’est pas du Francis Cabrel, c’est du Victor Hugo : la fin de son célèbre poème Les Djinns, du recueil Les orientales. Ce poème utilise des vers de deux pieds, puis trois pieds, etc, jusqu’à des décasyllabes, et redescend jusqu’aux vers de deux pieds. Toutes les métriques en un seul post ! Vous ne croyiez pas que j’allais me fatiguer à faire un post pour chaque métrique ? Au fait : celui qui me trouve une chanson en vers de onze pieds, je lui paye un coup à boire.

Avant d’écouter la mise en musique des Djinns par Gabriel Fauré, une petite énigme ouchanpiste, solution demain : LNALNAHOLNAAOTCOGAPLNAHOLNAHOGAPLNAOO.

Tous les thèmes



La solution (de l’enigme) n’est pas soluble (dans l’alcool)

L’énigme HM – 5/5
1 – 2 – 3 – 45

Voilà l’heure tant attendue de la solution. Le point commun entre les trois chansons, c’était les trois premières notes de la mélodie (d’où l’indice dans le titre de la chanson de Cora Vaucaire). À une transposition près, il s’agit des notes la-do-mi. Concrètement, si vous chantonnez l’une de ces trois chansons, sur les trois première syllabes des paroles, c’est exactement la même mélodie. Pour information, l’enchainement la-do-mi est ce qu’on appelle en solfège un arpège mineur, d’où le titre de l’énigme (et oui, je croyais que ça s’écrivait Harpère Mineur quand j’ai commencé l’énigme, après il était trop tard pour changer le titre).

Ces chansons appartiennent donc à ce que les professeurs de solfège appellent des schémas de mémorisation : des listes de chansons commençant par tel ou tel groupe de notes important à mémoriser ou à reconnaître. Essayez d’en trouver d’autres sur la-do-mi pour voir, ça n’est pas si facile. Dans toute l’œuvre de Brassens, je n’en ai trouvée qu’une seule autre : Celui qui a mal tourné.  Notez que Embrasse les tous commence par l’arpège mineur, mais à l’envers : mi-do-la. On écoutera tout ça une autre fois. C’est une belle coïncidence que dans les commentaires de GA aient été évoqué Les Simpsons. Le générique de ce dessin animé est en effet connu pour ses deux premières notes qui forment ce qu’on appelle un intervalle de triton (do-fa dièse), phénomène extrêmement rare au début d’une chanson (c’est le seul exemple à ma connaissance).  Les Simpsons figurent à ce titre dans la plupart des schémas de mémorisation d’intervalles.

Sauriez-vous trouver des chansons qui commencent sur un arpège majeur ? Sans habitude du solfège, ça n’est pas simple : vous pouvez taper do-mi-sol sur un piano, et voir si ça vous rappelle le début quelque chose. Dans les œuvres complètes de Brassens parues au Seuil, j’ai trouvé huit chansons démarrant sur l’arpège majeur, et les vrais mordus de solfège seront ravis d’apprendre que l’une d’entre elle commence sur l’arpège de l’accord de 7è dominante… On voit ça dans deux jours.


Vous dirai-je que j’ai voulu mettre une autre interprétation de Saturne (que j’aime beaucoup) pour commencer ?  Mais ça aurait ruiné l’énigme. L’interprétation de Philippe Léotard aplatit complètement les trois premières notes : plus de la-do-mi, plus d’énigme. Maintenant que tout est révélé, place à Philippe Léotard (et Saturne devient une sorte d’hymne de ce blog).

Tous les thèmes

Où Cora Vaucaire fait le lien entre Saturne, Spider man, et les Nuits de Moscou

L’énigme HM – 4/5
1 – 2 – 3 – 45

Pas tellement de solutions signalées, quoique par quelques indiscrétions, j’ai appris que Christelle, internaute de Villeurbanne, est très proche de la solution. Je donne donc un petit indice. Attention, la chanson d’aujourd’hui n’a pas de rapport avec les trois précédentes, c’est juste un indice…

Trois petites notes de musique, paroles de Henri Colpi, musique de Georges Delerue, chantée par Cora Vaucaire. On reparlera de tous ces gens quand je trouverai autre chose à raconter que ces énigmes.

Tous les thèmes

Tout s’emberlificote

L’énigme HM – 3/5
1 – 2 – 3 – 45

Voilà la dernière chanson de l’énigme. On a entendu Saturne de Brassens, puis un grand classique de la variété russe, les célèbres Nuits de Moscou. Peut-être tout va-t-il se clarifier avec la troisième chanson ?  Va-t-elle soudain faire jaillir le lien mystérieux entre les deux précédentes ? J’en doute, et je coupe court aux plus fumeuses théories du complot : non, Brassens n’avait pas de sang radioactif (bien qu’il fût une sorte de super-héros). Et oui, Spider Man et Saturne, ça commence par « S ». Mais pas les Nuits de Moscou, même traduit en bulgare.

 

Mais quel rapport entre les 3 chansons non de pas-dieu ?!?

Tous les thèmes

Les nuits de Moscou n’apportent aucune clareté

L’énigme HM – 2/5
1 – 2 – 3 – 45

C’est aujourd’hui le printemps. Que diriez vous d’une petite promenade le soir à Moscou ? C’est notre deuxième chanson de l’énigme. Quel rapport avec Saturne de Georges Brassens ? Non, les russes n’ont pas envoyé de fusée vers Saturne le jour où Brassens a composé Saturne. Non, Vassili Soloviov-Sedoï (musique) et Mikhaïl Matoussovski (paroles) ne sont pas arrière-petit cousins au troisième degré de la tante de Georges Brassens. D’ailleurs, ceux qui suivent ce blog depuis le début savent que parfois, la réponse aux énigmes se trouve dans la chanson et pas sur wikipedia.


Les nuits de Moscou, (Подмосковные Вечера).

Tous les thèmes

Saturne (version originale) et l’énigme HM

L’énigme HM – 1 / 5
1 – 2 – 3 – 45

On démarre une énigme. Les trois posts qui viennent vont présenter trois chansons sans lien apparent. Il s’agira de deviner la relation secrète qui les unit. Il est bien sûr quasiment impossible de deviner avec une seule chanson…

La première chanson est déjà apparue dans ce blog (c’est la première fois qu’apparaît la deuxième fois si vous me suivez).  Saturne de Georges Brassens.

Tous les thèmes

Trenet en flagrant déli de racisme anti-chinois

Incroyable mais vrai – 6/6
1 – 2 – 3 – 4 – 56 

La dernier mariage, c’est donc pour Charles Trenet, avec une chanson qui demande effectivement que les chinois rentrent chez eux… Exemple surprenant de chanson raciste au premier degré.

Le chinois. Introuvable sur youtube, essayez ce lien vers MusicMe, ou sur votre site préféré de streaming.

Le chinois sur MusicMe

Tous les thèmes

La chanson, c’était mieux avant …

Incroyable mais vrai – 5/6
1 – 2 – 3 – 4 – 56 

Ne restent que :

– Didier Bourdon
– Charles Trenet

À marier avec :
– Une chanson ouvertement antisémite
– Une chanson qui demande que tous les immigrés chinois rentrent dans leur pays

Aujourd’hui, il y a une astuce. La chanson antisémite est chantée par Julien Dragoul, chanteur collabo imaginaire, joué par Didier Bourdon dans l’excellent sketch des Inconnus, Les chansons rétro. Tout le sketch vaut le détour : il y a de la chanson réaliste, du comique troupier raffiné par Bernard Campan, de l’opérette, un bel hommage de Pascal Légitimus à Joséphine Baker. Et l’odieux Julien Dragoul, dont la voix semble s’inspirer de celle de Maurice Chevalier, mais dont le parcours caricature plutôt celui d’André Dassary, l’interprète de Maréchal, nous voilà !. Ça commence vers 5min40s.

Vous noterez que c’est la première chanson de ce blog dont j’ignore le titre…

Lorsque Carlos paraît

Incroyable mais vrai – 4/6
1 – 2 – 3 – 4 – 56 

Restent en lice :

Les chanteurs (par ordre alphabétique) :
– Didier Bourdon
– Carlos
– Charles Trenet

Les chansons (par ordre de longueur du résumé) :
– Une chanson ouvertement antisémite
– Une chanson qui demande que tous les immigrés chinois rentrent dans leur pays
– Une chanson pour enfants qui fait (presque) explicitement la promotion du tourisme sexuel

Réglons le cas du tourisme sexuel. Comme c’est une chanson pour enfants, vous étiez nombreux à soupçonner Carlos, de son vrai nom Yvan-Chrysostome Dolto, fils de la célèbre psychanalyste Françoise Dolto. Luc, internaute de Villeurbanne, propose sur mon compte facebook Tout nu et tout bronzé.  Mais comme suggéré par Éric dans un commentaire, Le tirelipimpon est quand-même plus gratiné. Éric signale aussi que plusieurs chansons traditionnelles pour enfants ont, à l’instar des contes, des double-sens sexuels cachés, comme par exemple J’ai descendu dans mon jardin, plus connue pour son refrain « gentil coquelicot … », ou Il court, il court le furet. D’après wikipedia ce point est toutefois controversé, allez voir ici pour vous faire votre opinion.

Mais tout ça est de la petite bière à côté de Carlos ! Écoutez bien les paroles hallucinantes du Tirelipimpon, le passage le moins pire étant probablement « Touche mes castagnettes, moi je toucherai tes ananas »!

Tous les thèmes

Sardou, ce léniniste

Incroyable mais vrai – 3/6
1 – 2 – 3 – 4 – 56 

Merci à GA, internaute des États-Unis d’Amérique, pour ses commentaires sur le post d’hier. Effectivement, les paroles de Redemption song ne sont probablement pas une défense de l’industrie nucléaire comme le très bref extrait que j’ai fourni peut le laisser croire. « Incroyable mais vrai » doit donc s’entendre comme « très-très-incroyable, et à peu-près-plus-ou-moins-vrai ».  Les solutions suivantes seront peut-être plus convaincantes. Il nous reste à marier :

Les chanteurs (par ordre alphabétique) :
– Didier Bourdon
– Carlos
– Michel Sardou
– Charles Trenet

Les chansons (par ordre de longueur du résumé) :
– Une chanson qui défend Lénine
– Une chanson ouvertement antisémite
– Une chanson qui demande que tous les immigrés chinois rentrent dans leur pays
– Une chanson pour enfants qui fait (presque) explicitement la promotion du tourisme sexuel

Michel Sardou, chanteur engagé de droite, a défendu Lénine (mais pas le Léninisme). Le cas est assez connu, il a fait couler un peu d’encre et surtout vendre beaucoup de disques au début des années 1980.  Aux paroles de la chanson, le génie graphomane Pierre Delanoë qui a paraît-il écrit plus de 5000 chansons, parmi lesquels beaucoup de tubes. Écoutez radio Nostalgie pendant une heure, vous êtes certain d’entendre du Delanoë. On reparlera de Sardou et Delanoë plus tard. La musique est de      Jacques Revaux et Jean-Pierre Bourtayre. La chanson, c’est Vladimir Ilitch.

 

Tous les thèmes