Brassens transi

Brassens et les poètes 2/8
12345677bis8

Je vous ai proposé Les passantes dans le dernier billet, adaptation par Brassens d’un poème d’Antoine Pol. Conformément à l’esprit de la série, j’alterne une adaptation et une chanson purement de Brassens, sur un thème similaire.

Mais j’ai rencontré une difficulté assez intéressante : Brassens n’a écrit quasiment aucune chanson d’amoureux éconduit qui, à l’instar de ce qu’on entend dans Les passantes,  passe à côté du grand amour ou plus simplement de l’occasion. Il raconte quantités de ruptures (par exemple dans Auprès de mon arbre, Comme une sœur, Cupidon s’en fout, Je suis un voyou, L’orage, Le parapluie, P… de toi, Sale petit bonhomme, Sauf le respect que je vous dois, Le temps passé, La traitresse, Le vingt-deux septembre). Mais l’amour non consommé ou l’amoureux transi, ce n’est pas son truc. On comprend donc que pour aborder ce thème, il fasse appel au texte d’un autre. Il y a bien sûr Gastibelza, mais tiens tiens : les paroles sont de Victor Hugo, on en reparle dans la série. En cherchant bien, il y a La princesse et le croque-note, déjà vue ici, n’en parlons plus. Il y a peut-être Pénélope, Marinette ou L’amandier, mais Pénélope est une chanson sociale, Marinette une chanson comique, et L’amandier une fable, on est bien loin des jérémiades de Brel sur l’Amour Impossible.

Bref, la seule, l’unique, l’authentique chanson de Brassens sur l’amour non-consommé, c’est bien sûr Fernande ! Elle est parue dans le même album que Les passantes, et la différence d’approche entre les deux chansons se passe très bien d’explications…

On reconnaît encore Joël Favreau à la deuxième guitare et Pierre Nicolas à la contrebasse. À la petite table à côté, Alain Souchon et Michel Jonasz ont l’air de s’amuser comme des fous… Caché par les sous-titres, on dirait Laurent Voulzy.

Tous les thèmes

Brassens et les poètes : Les passantes

Brassens et les poètes 1/8
12345677bis8

Bienvenue sur Le jardin aux chansons qui bifurquent, le blog qui explore la chanson à travers des séries thématiques ! La série que vous avez sous les yeux, c’est Brassens et les poètes, mais il y a en eu plein d’autres, voir la liste ici.

On s’intéresse donc aux poètes mis en musique par Georges Brassens. On va procéder par contraste, en alternant les poèmes chantés par Brassens avec des chansons dont il a lui-même écrit les paroles : excellent moyen de découvrir des aspects méconnus du grand Georges, de son rapport à la poésie et à tout plein de choses.

On garde le meilleur pour le début avec la mise en musique la plus rocambolesque de l’histoire de la chanson. Les lecteurs qui nous arrivent de MusikTips connaissent déjà l’histoire : dans les années 1940, Georges Brassens déniche sur un marché aux puces Émotions Poétiques, recueil édité à compte d’auteur en 1918 par un inconnu, Antoine Pol.  Il remarque plus particulièrement un poème : Les passantes. Brassens a mis des années avant de lui trouver une musique convenable. Il y parvient vers la fin des années 1960, et se met en quête de l’auteur pour obtenir son autorisation.  Mais impossible de le retrouver. En 1971, incroyable coïncidence, c’est Antoine Pol qui écrit à Georges Brassens pour une tout autre raison : il souhaite publier un recueil de ses textes. Brassens n’en revient pas bien sûr et propose un rendez-vous à Pol. Mais jamais la rencontre n’a pu se faire parce qu’Antoine Pol est mort quelques semaines plus tard.
Vous pouvez aller voir le site du petit-fils d’Antoine Pol, ici.

Je vous propose trois versions de la chanson, ce qui sera très utile à notre étude. Écoutez bien, ça vaut pas la peine. D’abord la version d’Iggy Pop (et oui…).

Puis une version par Georges Brassens. Il parait que c’est le premier enregistrement de la chanson, c’est effectivement un peu brut de décoffrage. Vous noterez que les arpèges (les ti-gi-li-gi-li-gi-li de la guitare) sont à l’arrière plan, surtout au début, la « pompe » typique de Brassens (le « boom-tchak boom-tchak ») prenant toute la place. La version de Brassens sonne donc beaucoup plus rock que le truc vaguement mièvre d’Iggy Pop, yeah, well done Georges.
Brassens disait souvent qu’il était obligé de varier un peu ses accompagnements, mais que sur bien des chansons, il aurait préféré garder sa bonne vieille pompe… C’est vrai qu’il n’y a rien de tel.

La dernière version, c’est Georges Brassens et Maxime Le Forestier, au Grand Échiquier, émission de Jacques Chancel. On reconnaît sur la vidéo Lino Ventura, dont Les Passantes était parait-il la chanson préférée. Il y a aussi Joël Favreau à la deuxième guitare. Ce qui est intéressant, ce sont les paroles : écoutez bien, Maxime Le Forestier ajoute un couplet ! Plus exactement, c’est Brassens qui a supprimé une strophe du poème d’Antoine Pol, une pratique dont il était coutumier, on en reparle dans la suite de la série.

Tous les thèmes

Élégie à un rat de cave

Le silence en chanson 8/8
11bis22bis34566bis788bis

Dernier post de notre série sur le silence en chanson. Je vous demandais le plus long silence dans une chanson française. Ma réponse, Georges Brassens, dans Élégie à un rat de cave. Écoutez bien le magnifique silence vers 0:43, presque deux mesures, presque trois secondes, et bien plus si ce « gras du bide de Moustache » ne le brisait pas d’un petit coup de baguette…

Sur la vidéo, on reconnaît Moustache à la batterie, Marcel Zanini à la clarinette et Joël Favreau à la guitare.

Dans le post 2bis de la série, je demandais une chanson citant Sambre et Meuse. Bravo à Pierre Delorme qui a trouvé une de mes deux  solutions, Lèche-cocu. L’autre, c’est  Les chateaux de sables, de Brassens aussiD’après le site de la sacem, la musique est de Gérard Bourgeois.

 

Les chateaux de sable, chanté par Maxime Le Forestier.

Si ce thème vous a intéressé, cliquez sur ce lien qui m’a bien aidé à préparer cette série :
silence-une-musique-a-nulle-autre-pareille

J’arrête là, parce que comme disait Ludwig Wittgenstein dans son Tractatus logico-philosophicus : « Sur ce dont on ne peut parler, il faut garder le silence ».

Tous les thèmes

La cane de Jef

Post spécial scoop

J’interromps la série en cours pour un scoop incroyable, que j’ai obtenu par un lanceur d’alerte anonyme, stagiaire au Soir de Bruxelles.  L’article doit sortir ce soir même sur cinq colonnes à la une… Héhé, je les grille de quelques heures, je sens que ça va buzzer.

Voilà, l’arrière grand-père de Jacques Brel, Hans Breexhsens, suite à la faillite frauduleuse de la pêcherie de harengs dont il avait la gérance au Spitzberg, a dû immigrer dans le sud de la France, où il s’est fait passer pour Italien afin de brouiller les pistes. Il a francisé son nom en Brassens et a refait sa vie, tous les lecteurs de ce blog connaissent le plus célèbre de ses rejetons. Il abandonnait derrière lui dans un orphelinat en Belgique un fils qui n’est autre que le grand-père maternel de Jacques Brel.

Jacques Brel et Georges Brassens étaient donc cousins au deuxième degré ! Le plus incroyable est que le producteur Jacques Canetti avait appris la chose. Il avait même proposé dans le plus grand secret une résidence d’artiste aux deux chanteurs pour composer une chanson ensemble. La seule contrainte était le titre : La cane de Jef. Il y en aurait un enregistrement pirate, je vous le passe dès que je mets la main dessus. En attendant, une chanson de Brassens tirée au sort, Histoire de Faussaire, accompagnée par Joël Favreau à la deuxième guitare et Pierre Nicolas à la contrebasse.

Pfou, comme dirait Brel, ça sent la morue jusque dans le cœur des frites aujourd’hui…

Tous les thèmes