Boby Lapointe, mathématicien

Les scientifiques dans la chanson 9/12
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 5bis – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 – 11 12

On a déjà noté dans cette série que Boris Vian était ingénieur. À son instar, les exemples de chanteurs scientifiques ne manquent pas : Guy Béart (ingénieur des Ponts et Chaussées), Antoine (centralien comme Boris Vian),  Nicolas Peyrac (étudiant en médecine) et même Bernard Menez (reçu au concours de l’ENSET, aujourd’hui appelée École Normale Supérieure de Cachan, et un moment prof de maths). J’en oublie sûrement. Je n’ai pas trouvé tellement de traces de leurs études dans leurs chansons.

Il n’en va pas de même avec Boby Lapointe. Son affinité avec les mathématiques a déjà été noté dans ce blog, dans la série sur la chanson oulipiste (ici). Il était mathématicien amateur dans sa jeunesse et auteur d’un mémoire sur la numération binaire.  On trouve quelques traces de cette carrière parallèle dans ses chansons : goût immodéré pour ces constructions formelles que sont les calembours, art de tirer toutes les conséquences logiques d’une idée, aussi absurde soit-elle, et parfois même, une curieuse manière de procéder axiomatiquement, comme par exemple en posant que « uhuhuh » est un « refrain ». Le saucisson de cheval. 

Tous les thèmes