Michel Jonasz n’est pas le plus grand bluesman français

Qui est le plus grand bluesman français ? 3/8
11bis233bis44bis5677bis8

Le plus grand bluesman français serait-il Michel Jonasz ? La question est un peu tordue. Je suis très fan de l’interprète. Comme parolier, je le trouve plutôt sous-estimé, on parlera de ça une autre fois. Comme musicien, ses mélodies ciselées me font plus penser à Vincenzo Bellini qu’à B.B. King. Écoutez plutôt, Dolente immagine di Fille mia, de Vincenzo Bellini, par Luciano Pavarotti, et puis Dites-moi, de Michel Jonasz, en duo avec Véronique Sanson. Vous ne trouvez pas comme une parenté ?

Moi, je trouve une parenté dans la mélodie. Et puis voilà des compositions qui accordent une certaine attention à la respiration du chanteur, c’est une musique qui s’écoute avec les poumons je trouve, alors que le blues ça s’écoute avec les tripes évidemment. Pourtant Jonasz parle souvent de blues, c’est presque une manie. Écoutez plutôt.

Du blues du blues du blues, en duo avec Eddy Mitchell

La même, avec Nougaro et Bill Deraime.

Joueurs de blues, ça groove grave.

Mais voilà, Jonasz, le blues, il en parle, il en parle, mais il n’en fait pas tellement… Joueur de blues n’est pas un blues, Du blues du blues du blues, ce n’est pas du blues. Comme aurait dit De Gaulle, il ne suffit pas de sauter comme un cabri en criant « du blues, du blues ». Non, monsieur Jonasz, vous n’êtes pas le plus grand bluesman français. Vous l’auriez été sans difficulté, mais pour ça, il eût fallu chanter du blues, tout simplement. Comme par exemple Blind Willie McTell, Statesboro Blues.

Tous les thèmes

Claude Nougaro n’est pas le plus grand bluesman français

Qui est le plus grand bluesman français ? 1/8
11bis233bis44bis5677bis8

Nous démarrons un jeu de piste pour Noël, en quête d’un mythe de la chanson française. Elle n’en manque pas, le Jardin aux chansons qui bifurquent en a déjà abordé quelques-uns. Comme le Gitan (voir ici) : libre et farouche. Puisse sa liberté libérer notre chanson. Et puisse notre chanson nous faire gagner l’amitié si précieuse et redoutable du manouche.

Ou encore Verlaine (voir ici). On glisse son nom dans des paroles plus que celui d’aucun autre poète. On implore sa légèreté, on la supplie de dissoudre dans l’air notre chanson grise… Ça marche des fois. On a abordé des mythes d’importance moindre comme Jean-Sébastien Bach (ici), la « société » (ici), ou les scientifiques (ici).

D’accord, tout ceci est bien mythique. Mais quel style de musique est mythique ? Le menuet ? Non, Johnny Hallyday n’a pas écrit « toute la musique que j’aime, elle vient de là, elle vient du menuet ». La sonate ? Non, dans Starmania, il n’y a pas de Sonate du businessman. L’oratorio ? Non, Michel Jonasz n’a pas écrit « Enfant noir, femme de Toulouse, tous ceux qui chantent I was born to loose, on est des joueurs d’oratorio ». La fugue ? Non, Henri Salvador et Boris Vian n’ont pas écrit une Fugue du dentiste. L’opéra ? Non, Eddy Mitchell n’a pas chanté le Lèche-bottes opéra.

Vous l’avez compris, ce genre mythique, c’est bien sûr le blues. Un seul autre style peut lui être comparé (comme grand mythe de la chanson française s’entend) : la java.

Le blues et la java : je pense que ce sont les deux styles musicaux les plus souvent cités dans les paroles de chansons, voire même dans les titres de chansons… Deux pôles opposées. La java, c’est une référence purement nationale, une sorte de camembert originel franchouillard, à la fois paradis perdu et destination fatale d’un perpétuel retour aux sources. On parlera de java une autre fois, car là, on s’intéresse au blues.

Le blues est pour la chanson française un élément à la fois étranger, amical, authentique et pur, un art mineur qui ensemence un autre art mineur (la chanson française) pour le magnifier. Écoutez, c’est dit presque explicitement dans la chanson d’aujourd’hui. Claude Nougaro, Bleu, blanc, blues.

Mais je vous avais promis un jeu de piste, et je ne fais que parler… Le voilà : on cherche le plus grand bluesman français. C’est qui ?

Monsieur Nougaro, ce n’est pas vous, parce que Bleu, blanc, blues, ce n’est pas du blues, tout simplement. Sinon vous seriez sûrement le plus grand bluesman français. Sinon, voilà du blues. Big Bill Broonzy, In the evening (when the sun goes down).

Tous les thèmes

Le chat de Nougaro

Le chat 7/7
1233bis4567

Claude Nougaro, a aussi chanté une chanson qui s’appelle Le chat. La musique est de Lalo Schifrin (connu par exemple pour le générique de Mission impossible, déjà passé ici). Profitez-en pour aller voir la série du blog consacré aux compositeurs de Nougaro, ici.

« Ramina quoi ? » demande Nougaro. Probablement Raminagrobis, nom inventé par Rabelais, et surnom donné au chat dans plusieurs fables de La Fontaine. Par exemple, dans Le chat, la belette, et le petit lapin.

Rapportons-nous, dit-elle, à Raminagrobis.
C’était un chat vivant comme un dévot ermite,
Un chat faisant la chattemite,
Un saint homme de chat, bien fourré, gros et gras,
Arbitre expert sur tous les cas.

Nous avons donc écouté au total six chansons dont le titre est Le chat : par Biscotte, Téléphone, Pow Wow, Léo Ferré, Georges Chelon et Claude Nougaro. Et encore, je me suis limité aux bonnes chansons. Pour en finir avec ces chatteries, ma vidéo de chat préférée, Le petit bout de la queue du chat par Les Frères Jacques.

Cette série a été initiée par Mathilde et Romain, internautes de Paris 10è, merci à eux.

Je vous recommande la page Wikipedia Chat dans la musique.

Et je vous avoue : les statistiques du premier billet de la série étaient bidons, comme noté par Christelle, internaute de Villeurbanne. Le moteur de recherche de la Sacem est tellement nul qu’il m’a compté « Chateaubriand », « Chatty », « Château », etc dans les chansons de chats. Chut, ne le répétez pas à mes lecteurs…

Aucun chat n’a été maltraité durant l’écriture de cette série.

Tous les thèmes

Les yeux de ma mère

Paralipomènes 36/67
(la série qui revient en 68 billets sur les 44 premiers thèmes du blog)
123456789
101112131415161717bis1819
20212223242526272829
30313233343536373839
40414243444546474849
50515253545556575859
6061626364656667

Dans le billet spécial fête des mères 2016, je vous ai proposé une chanson de Nougaro. Maryvonne, fidèle suiveuse de ce blog m’a proposé sur le même thème Les yeux de ma mère, d’Arno.

Tous les thèmes

Sur une musique de Jacques Datin

Paralipomènes 34/67
(la série qui revient en 68 billets sur les 44 premiers thèmes du blog)
123456789
101112131415161717bis1819
20212223242526272829
30313233343536373839
40414243444546474849
50515253545556575859
6061626364656667

La vingt-deuxième série du blog était consacrée aux compositeurs des chansons de Claude Nougaro. C’est amusant, j’avais prévu cette série parce que j’étais pressé et que je pensais l’écrire très vite, et puis je ne sais pas pourquoi, ça a été très compliqué et laborieux. Et puis elle n’a eu aucun succès d’après mes stats. Pfouu, quel boulot…

Et je n’ai passé aucune chanson du compositeur attitré de Nougaro, Jacques Datin. Oubli réparé, Cécile ma fille.

Tous les thèmes

La Mélu

Putain de métier 10/11
1234567891010bis11

Pour conclure la série, je vous propose deux billets qui nous montrent que le thème de la putain inspire jusqu’à aujourd’hui les meilleurs héritiers du courant réaliste. D’abord, La Mélu, par JeHaN

La chanson est très belle et efficace… Le procédé est aussi classique qu’habile : parler d’un sujet particulier (le destin d’une putain) pour parler d’un sujet universel (la vieillesse). Les paroles sont de Delphine Boubal et la musique de Lionel Suarez. Sur la page web de JeHaN, je lis :

C’est la première chanson que ces Aveyronnais m’ont proposée. Elle gardait les vaches, il était musicien de bal. Et puis franchement cela m’a « troué le cul », c’est dit ! La première fois que Nougaro a écouté cette chanson, il a dit : « là, je signe ». J’étais tellement heureux que je ne lui ai pas demandé ce qu’il signait.

J’ai fouillé tout internet pour savoir qui est cette Delphine Boubal, ou ce qu’elle est devenue : 10 chansons déposées à la SACEM, et c’est tout, aucune autre trace. Si quelqu’un la connait, merci de me faire signe…

Tous les thèmes

Le chiffre deux

Quel est le plus grand nombre (dans une chanson) ? (1/6)
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 6bis6ter

Grand concours sur le blog : quel est le plus grand nombre cité dans une chanson ? On explore ce thème dans les jours qui viennent, en agrémentant chaque post de petites réflexions mathématiques. Pour vous laisser le temps de bien réfléchir, je commence doucement, avec le chiffre deux, qualifié de « nombre d’or » par Claude Nougaro. Et au fait, la chanson mentionne Paul Verlaine, une de plus (voir la série sur Verlaine, ici). Chiffre Deux, Nombre d’Or.

 

Sinon, l’expression « nombre d’or » désigne en astronomie le nombre 19 (nombre d’année minimale contenant un nombre entier de lunaisons). Mais généralement, le nombre d’or est défini comme (5 + 1)/2, nombre ayant des propriétés mathématiques intéressantes. Par exemple   (5 + 1)/2 = 1+ 1/(1 + 1 / (1 + 1/(1 + … Ce type d’expression existe pour n’importe quel nombre (c’est le développement en fraction continue). Mais seul le nombre d’or n’a que des « 1 » dans son expression. Ce fait est remarquable et montre que le nombre d’or est en un certain sens le nombre réel le plus difficile à approximer par des fractions. Si on applique le schéma automatique de construction des gammes musicales inventé par le musicologue américain Norman Carey, en partant de l’intervalle défini par le nombre d’or, au lieu de l’intervalle « habituel » (celui de la construction pythagoricienne, défini par log2(3/2) et qui correspond à une quinte pure), on devrait arriver sur une sorte de gamme extrême, de pire gamme possible. Une gamme dont un intervalle conjoint sur deux est un comma (ou plutôt un « comma généralisé » selon la terminologie de Norman Carey) ! Ça ne vous paraît pas clair ? C’est normal, ça ne l’est pas. Plus d’explications ici.

Tous les thèmes

 

Est-ce la bonne ?

Homme au féminin, Femme au masculin 4/5
1 – 2 – 3 – 3bis – 45

Finalement, pourquoi devrait-on être une femme pour chanter une chanson de femme ? Parce que zut, Jacques Brel est-il un soir d’été ? Georges Brassens est-il fossoyeur ? Est-il pas du tout l’antéchrist ? Claude Nougaro est-il sous mon balcon ? Georges Guétary est-il Robin des Bois ? Alain Souchon a-t-il dix ans ? Est-il carrément méchant ? Et est-il bidon ? Johnny Hallyday est-il l’idole des jeunes ?  Joseíto Fernández est-il un homme sincère ? Allain Leprest est-il nu ? Léo Ferré est-il un chien ? Michel Sardou est-il pour ? Serge Lama est-il malade ? Les Beatles sont-ils le morse ? Boris Vian est-il snob ? Johnny Hess est-il swing ? Claude Barzotti est-il rital ? Renaud est-il une bande de jeunes à lui tout seul ? Elíades Ochoa est-il charretier ? Robert Charlebois est-il reparti sur Québec Air ? Aznavour est-il un homme (oh, comme ils disent) ? Serge Gainsbourg est-il un homme (à tête de chou) ? Est-il poinçonneur ? Et est-il venu me dire qu’il s’en allait ? Daniel Balavoine est-il pas un héros ? Et est-ce qu’il s’appelle Henri ? Michel Polnareff ou William Sheller sont-ils fous de nous ? Claude François est-il mal aimé ? Bigflo et Oli sont-ils ?  Alors pourquoi ne chanteraient-ils pas des chansons de femmes ?

Mathieu Rosaz livre une belle contribution au débat, avant de reprendre Si la photo est bonne, de Barbara.

Mathieu Rosaz a bien raison : la chanson n’est pas simple à reprendre pour un homme. Mais pourquoi se l’interdire, car finalement, si l’interprète devait vraiment coller au personnage de la chanson, et bien pour chanter Si la photo est bonne, il faudrait non seulement être une femme, mais en plus être une authentique femme de président. Quelle idée ridicule, vous voyez Tante Yvonne chanter du Barbara ? Quoique …

 

Tous les thèmes

 

 

 

Quel micmac

L’énigme A.D. 7/7
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 67

Voici l’heure tant attendue de la solution. Quel est ce lien secret entre Vian, Gainsbourg, Brassens, Nougaro, Barbara et Magny ? La page wikipedia de Colette Magny donne un sérieux indice : les six ont donné leur nom aux salles du département chanson de l’École Nationale de Musique de Villeurbanne… Pas facile à trouver, sauf si vous y avez été élève ou professeur, désolé pour cette énigme un peu tirée par les cheveux. L’ordre, c’est tout simplement l’ordre dans lequel se trouve les salles dans le couloir. Pourquoi énigme A.D. alors ? A.D. pour Antoine Duhamel bien sûr, fondateur de l’école, compositeur de nombreuses musiques et de quelques chansons, comme par exemple Mic et Mac, chanson du film Pierrot le Fou de Jean-Luc Godard, interprétée par Anna Karina.

Tous les thèmes

Colette Magny

L’énigme A.D. 6/7
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 67

Dernière partie de l’énigme, avec Colette Magny. C’est la moins célèbre de tous les chanteurs et chanteuses vus jusqu’ici: Vian, Gainsbourg, Brassens, Nougaro, Barbara. C’est d’ailleurs la  première fois qu’on parle d’elle dans ce blog (mais pas la dernière). Pourquoi n’y a-t-il pas Brel, Ferré ou Trenet dans l’énigme ? Je n’ai pas la réponse, tout cela ne dépend pas de moi. Vous pouvez découvrir la vie intéressante de Colette Magny sur wikipedia, et vous y trouverez peut-être même la solution de l’énigme si vous lisez bien tout ! Solution dans le prochain post. D’ailleurs, si vous l’avez résolue, vous pouvez encore chercher pourquoi elle s’appelle « énigme A.D. ». En attendant, Colette Magny en live dans Basin street blues.

Tous les thèmes