Brassens chante Villon

Brassens et les poètes 7/8
12345677bis8

On arrive à la fin de la série sur Brassens et les poètes. Toutes mes excuses aux fans de Louis Aragon, Francis Jammes, Alfred de Musset, Jean Richepin, Géo Norge, Pierre Corneille, Tristan Bernard, Hégésippe Moreau, Paul Verlaine, Gustave Nadeau ou Théodore de Banville.
Brassens les a certes chantés, mais on parlera d’eux une autre fois, peut-être. Le dernier sera François Villon, poète du moyen-âge. La ballade des dames du temps jadis.

Rien à dire : la musique épouse le texte merveilleusement (petite confidence : je crois que c’est la chanson de Brassens que je préfère). L’accompagnement à la guitare est assez original et ajoute à l’exotisme de ce Moyen Âge si cher au cœur de Brassens, on en parle dans le prochain post.

Tous les thèmes

La France

Petite géopolitique de Jacques Brel 10/13
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 – 11 – 12 –  13

Les axes est-ouest et nord-sud de Brel se coupent bien sûr en France, point d’équilibre entre barbarie et civilisation. Indice de la centralité de la France : quand Brel en vient à évoquer des événements historiques précis, c’est presque toujours en France, ou lié à la France : les guerres napoléoniennes (Blücher dans Grand-Mère, Arcole dans Au suivant, Wellington dans Les Toros, Waterloo dans Les Toros,  Au suivant et Grand-Mère !),  la chasse à  l’Albigeois dans Les singes, l’assassinat de Jaurès dans Jaurès, Verdun dans Les Toros.  Il y a des exceptions comme Carthage (dans Les Toros), mais en gros ça se passe en France.

Lorsque des événements plus lointains sont évoqués, comme la guerre du Viet-Nam dans la deuxième version des Bonbons, celle de 1967, c’est du point du vue du jeune européen qui « défile criant paix au Viet Nam », à Bruxelles peut-être, mais peut-être à Paris, dans une posture d’hyper-provincial (le Belge) accédant au statut de parisien en rejoignant le troupeau bêlant des manifestants.

La France de Brel est divisée très nettement entre Paris et Province, autre thème très brélien. Par exemple, dans Les vieux : « Que l’on vive à Paris on vit tous en province quand on vit trop longtemps », étrange vers de 18 pieds, à la syntaxe un peu elliptique dans la manière d’Aragon. On retrouve aussi Paris et la Province dans Vesoul. La vision brélienne de la province culmine dans Je suis un soir d’été, portrait sur-réel d’une province peuplée de Mmes Bovary et de sous-préfets fonctionnarisés, sur lesquels il pleut de mystérieuses orangeades (et au fait, ça se passe bien en France : vous connaissez un autre pays avec des sous-préfectures ?) :

Tous les thèmes