Libération sexuelle

Les cultures soixante-huitardes 5/8
11bis2344bis5677bis8

Mai 68 est bien sûr l’époque de la libération sexuelle, thème qu’on a déjà abordé dans la série Esprit d’épicerie et révolution sexuelle. La pilule contraceptive a été légalisée en France en 1967 (voir La pilule d’or, chantée par Sœur Sourire ici).

Le chanteur incarnant le mieux cet aspect de 68 est probablement Michel Polnareff, avec son premier tube, La poupée qui fait non, et plus encore L’amour avec toi. Les deux chansons sont sorties en 1966. L’amour avec toi a bien sûr été censurée à la radio.

La poupée qui fait non.

L’amour avec toi (que j’ai oublié de mettre dans la série sur le mot société en chanson …).

À propos de La poupée qui fait non, la guitare de la version studio est jouée par Jimmy Page, futur guitariste de Led Zeppelin !

Tous les thèmes

L’escalier vers la parodie

Parodies 2/6
1 – 2 – 3 – 3bis – 4 – 5 – 5bis6

Facile de se moquer de ce pauvre Cloclo (voir le post précédent) :  voix de canard, chorégraphies et placement rythmique par lesquels on s’aperçoit que oui, il avait bien un marteau, et bien sûr des paroliers qui n’ont lu que la quatrième de couverture du dictionnaire de rimes. Il a quand même chanté quelques chansons dignes d’intérêt. D’ailleurs, qui en France s’est essayé au perfectionnisme de la Motown ? Et s’il est acquis que Trenet a su intégrer le jazz à la chanson française, qui s’est acoquiné au compositeur Jean-Pierre Bourtayre pour y intégrer le disco ? Aller Cloclo, on reparlera de toi un jour ou le thème n’est pas « parodie ».

Il est plus compliqué de s’attaquer à un monument du rock comme Led Zeppelin et au célèbre Stairway to Heaven. Mais Frank Zappa n’a pas son pareil pour désosser un tube : bruitages ridicules, rythmique appuyée, diction qui met en valeur les paroles (ce qui rend rarement service à ce type de chanson), etc. Vous noterez le fameux solo de guitare, scrupuleusement pris en charge par une fanfare de cuivres (vers 6:25 minutes sur la 2è vidéo), ce qui le réduit à une broderie de notes arbitraires. Et l’accord final qui sonne avec un peu trop de grandiloquence. Ceci est dû à une magnifique tierce picarde, un procédé fréquent à l’époque de la Renaissance ou du Baroque, consistant à jouer un accord majeur là ou l’on attendrait plutôt un accord mineur pour conclure un morceau. Alors, hommage, recréation, ou mise en pièce ? Le débat fait rage sur les commentaires des vidéos sur youtube.

Une version au son un peu moins crado, mais sans l’image :

Pour entendre la tierce picarde plus en détails, munissez vous d’un piano, et passez Stairway to Heaven. À la fin de la chanson, frappez en même temps La-Do-Mi sur le piano : ça sonne très bien, la chanson est en La mineur, et La-Do-Mi c’est justement un accord de « la mineur », l’accord (mineur) fondamental de la tonalité (mineure donc, je me tue à le répéter). Puis à la place, frappez La – Do diése – Mi : ça sonne un peu véhément comme sur la vidéo de Zappa, l’accord est majeur, le do dièse est la fameuse tierce picarde.

Et puis l’original de Led Zeppelin.

 

Tous les thèmes

Les chants du Pelennor

Lieux impossibles ou imaginaires – 5/5
1 – 2 – 3 – 45

Le lieu imaginaire par excellence est la Terre du Milieu où se déroulent Bilbo le hobbit et Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien. Une chanson française qui parle de ça, je la cherche encore, mais en anglais, c’est plus facile. The Battle of Evermore fait allusion à la terrible bataille des Champs du Pelennor, dans Le retour du roi, le tome 3 du Seigneur des anneaux. Led Zeppelin inventeur du heavy mithril ?

Cette série vous a plu ? On en reparle ici :
Le voleur de Nantes

Tous les thèmes