Le romarin

Avec Lise Médini 5

La vidéo d’aujourd’hui a été tournée en 1968. Le monde des cabarets de la rive gauche, où Lise Médini a débuté, est en voie de disparition. La « chanson rive gauche », qui fait la part belle au texte et à la poésie, a toutefois son émission de radio : La fine fleur de la chanson française, de Luc Bérimont. Cette émission est un vaste radio-crochet, qui tourne toute l’année en France, et se termine par un spectacle à Bobino, dont voici un extrait. La chanson du romarin, musique de Lise Médini. Les paroles sont de Luc Bérimont, qui au début de la vidéo présente la chanteuse au public.

Pour en savoir plus sur Luc Bérimont, une émission remarquable qu’Hélène Hazéra a consacrée au centenaire de sa naissance. À 35:17, on peut entendre Numance (première chanson de cette série), mais cette fois chantée par Francesca Solleville. C’est d’ailleurs la seule évocation récente de Lise Médini que j’ai trouvée dans les média. Ici.

Sur le site des Nuits de France Culture, encore, on peut écouter plusieurs archives des émissions de Luc Bérimont. Cliquez ici.

Deux liens vers d’autres blogs, avec plusieurs chansons de Luc Bérimont.
cocoMagnanville
J’ai la mémoire qui chante

Vous venez de lire le 700è billet du Jardin aux chansons qui bifurquent.

Tous les thèmes

Ce n’est pas la peine

Avec Lise Médini 4

Lise Médini a sorti un premier album dans les années 1960 (je n’ai pas retrouvé la date). Je tiens l’information de la chaine YouTube de Dominique HMG, qui rassemble un matériel impressionnant sur la chanson des années 1950 à 1970, voir ici.

Je vous passe la première chanson de l’album Ce n’est pas la peine, chanson sur l’amour de facture classique, servie par la musique efficace et la voix puissante et précise de Lise Médini. Les paroles sont de Sani.

Tous les thèmes

Numance

Avec Lise Médini 1

Je vous propose à partir d’aujourd’hui une balade dans la discographie trop méconnue à mon goût de Lise Médini. J’ai découvert cette chanteuse sur une compilation consacrée aux poètes en chanson, avec Numance. La chanson évoque les ruines d’une ville antique située dans l’Espagne actuelle et détruite par les légions romaines. Les paroles sont de Luc Bérimont (dont on reparle dans la série), la musique et l’interprétation de Lise Médini.

Numance m’a frappé, alors qu’elle était perdue au milieu de dizaines de chansons de Ferré, Brassens, Aragon, Hugo, Villon, etc. J’ai voulu en savoir plus sur Lise Médini. J’ai découvert une compositrice et interprète (plus rarement auteure) talentueuse, dont la carrière se situe de part et d’autre de Mai 68. Nous verrons à travers son œuvre plusieurs aspects de la période : thèmes en vogue dans la chanson poétique des années 1960, fin de l’époque des cabarets rive gauche et renouveau de la chanson engagée.

Tous les thèmes

La solution

La chanson, art majeur ou art mineur I. L’énigme ART 9/9
1233bis455bis66bis788bis99bis

Voici venue l’heure tant attendue de la solution. Vous l’avez tous deviné, le point commun entre toutes les chansons, c’est le poncif le plus éculé de toute la poésie : « amour » y rime avec « toujours ». ART = Amour Rime avec Toujours donc. De la variétoche-pour-femme-d’un-certain-âge de Frank Michael au grand poète de la chanson Brassens, de la belle amoureuse Barbara à l’artiste d’avant-garde Patrick Vian, de la chanson paillarde à la suave intimité de Mathieu Boogaerts, de la poésie faussement naïve de Paul Fort à la pop kitsch années 1980 de Léopold nord et vous, et jusqu’au héros national Aznavour : tout le monde est d’accord pour se vautrer dans cette facilité.

Certains petits malins se jouent du poncif, comme Michel Berger qui dit « L’amour, le vrai, celui qui ne rime pas avec jamais », ou Souchon, qui fait rimer « toujours » avec « hou hou ». J’ai dit qu’Emmenez-moi et Mes amis, mes emmerdes de Charles Aznavour n’étaient pas loin de l’énigme sans pouvoir y figurer. C’est qu’amour y rime avec « jour », ce qui ne suffit pas, loin s’en faut.

Cette rime facile devrait suffire à clore le débat : la chanson serait un art mineur. Mais regardez ce qu’on lit dans Phèdre de Racine.

Œnone
Quel fruit recevront-ils de leurs vaines amours ?
Ils ne se verront plus.

Phèdre

                                     Ils s’aimeront toujours.

Bon, la chanson serait donc à l’instar de la tragédie classique, un-art-majeur-qui-fait-rimer-amour-avec-toujours, catégorie injustement oubliée par l’Esthétique ? Pfouuu, c’est compliqué, je m’y perds. Je vous passe un petit Brigitte Fontaine en attendant la suite. Pipeau.

À partir de samedi prochain, on s’intéresse à une chanteuse des années 1960, je ne vous dis pas qui, c’est une surprise. On se retrouve quelques jours plus tard pour la deuxième série sur la chanson, art majeur ou art mineur.

Tous les thèmes

Léopold nord et vous

La chanson, art majeur ou art mineur I. L’énigme ART 8bis/9
1233bis455bis66bis788bis99bis

Un dernier petit indice avant la solution demain, merci Diego pour la suggestion. Léopold nord et vous chantent C’est l’amour. Admirez la chorégraphie. Dans les paroles, il y a la solution et même l’explication de la solution !

Diego nous propose aussi une vidéo intéressante de LinksTheSun, avec la solution de l’énigme vers 7:30.

Tous les thèmes