Étoile des nais-je ?

Plagiats en chanson 2/9
12345677bis899bis

Dans Les bronzés font du ski, Jean-Claude Duss, joué par Michel Blanc, se retrouve coincé dans un télésiège le soir. Pour se réchauffer, il entonne Quand te reverrai-je.

En fait, la chanson prévue était Étoile des neiges, mais le réalisateur du film, Patrice Leconte, a refusé de payer le montant exorbitant exigé par les ayants droit de la chanson. Le compositeur de la bande original, le chanteur Pierre Bachelet, a donc sciemment composé un pastiche d’Étoile des neiges, en changeant juste ce qu’il faut de notes et de paroles pour ne pas tomber sous le coup des lois anti-plagiat. Les paroles gardent la structure des rimes d’Étoile des neiges. Au final, je pense que Quand te reverrai-je est aujourd’hui plus célèbre que l’original !

Étoile des neiges, par Line Renaud, qui fait son entrée au 832e billet de ce blog.

Tous les thèmes

Il croyait vraiment qu’elle le prenait pour Verlaine

L’affaire Verlaine 5/9
1 – 1bis – 2 – 2bis – 3 – 4 – 5 – 67 – 89 – 9bis

Dans le deuxième post de la série, on annonçait que ce grand buveur de Verlaine rimait avec verveine. Aujourd’hui, on le prouve (c’est vers 2:10 si vous ne voulez pas tout écouter, parce qu’entre nous, c’est un peu saoulant toute cette verveine). Pierre Bachelet, En ce temps là j’avais 20 ans.

 

On continue l’enquête sur Verlaine, toujours avec Borges. Dans L’inachevable, Yves Bonnefoy rapporte que les derniers mots qu’il a entendus de la bouche de Borges était « Virgile et Verlaine », prononcés sur son lit d’hôpital, quelques mois avant sa mort. Et Bonnefoy de se lancer dans des explications :

______________________
Verlaine, au contraire [de Virgile], c’est de la vérité vécue en toute irresponsabilité. Il ne propose aucune tâche élevée, il ne cherche pas à connaître, il se contente de laisser vivre en lui les pulsions, les appétits, les nostalgies, les enthousiasmes de l’être faible qu’il est, et de ce fait on peut, assurément, s’agacer de lui et le tenir pour un poète mineur. Mais penser ainsi, ce serait pas avoir remarqué la façon dont les mots vivent chez lui, des mots capables de se rouler, toute honte bue dans des rêveries au mieux enfantines, mais aussi comme l’alouette jadis, de remonter droit dans la lumière, la transparence : vocables tout prêts alors à tout comprendre et aimer de la poésie la plus pure.  

Yves Bonnefoy
________________________

Cette opposition entre Virgile et Verlaine, ne dirait-on pas l’opposition entre la grande poésie et les innocentes et naïves paroles des chansons ? Et comment s’étonner alors que bien des paroliers trouvent en Verlaine plutôt qu’en aucun autre poète une sorte de grand frère ? Allez, on en reparle dans le prochain post.

Tous les thèmes