C’est très grave

Ambitus, tessiture et notes extrêmes 8/11
11bis234567891011

Continuons notre voyage au pays des notes extrêmes. On s’intéresse à partir d’aujourd’hui aux notes les plus graves et plus aiguës émises par des chanteurs. Il est temps de faire un point sur la voix. Il n’est pas facile d’en parler, parce que c’est d’un côté l’instrument de musique le plus répandu, puisque presque tout le monde possède une voix. Mais c’est aussi le seul instrument qu’on ne voit jamais fonctionner, puisqu’il est caché dans notre corps.

La voix est produite par le larynx. Deux renflements peuvent y laisser passer l’air ou le bloquer, ce qui provoque une vibration, qui va ensuite résonner dans différentes parties de la tête. Ces renflements sont improprement appelés cordes vocales. Ils n’ont rien à voir avec des cordes, les spécialistes les appellent plutôt plis vocaux. Ils vibrent de différentes manières, selon ce que les experts appellent les quatre mécanismes laryngés : voix craquée, voix de poitrine, voix de tête et voix de sifflet. Plus de détails ici.

La voix de poitrine et la voix de tête sont les plus utilisées. Si vous essayez de chanter du grave à l’aigu, vous devez normalement sentir à un moment ce qu’on appelle le passage, une sorte de bascule, qui change le timbre et correspond physiologiquement à un mode de vibration différent des cordes vocales. C’est le passage de la voix de poitrine à la voix de tête, qu’on a déjà vu dans le yodel.

Les deux autres mécanismes sont plus anecdotiques, mais ils nous intéressent ici, parce qu’ils permettent des notes extrêmes : graves pour la voix craquée, et aiguës pour la voix de sifflet. La voix craquée fait entendre les contacts entre cordes vocales, et donne parfois l’impression de sonner comme un rôt. La voix de sifflet (qu’on a entendu chez Mariah Carey) sonne comme un sifflet justement.

On s’intéresse aujourd’hui au grave. On trouve de nombreuses vidéos sur le web de « note la plus grave jamais chantée », partez à leur recherche si ça vous chante. En ce domaine viril, pas étonnant de trouver des concours de celui qui a « la plus grosse ». Souvent les notes extrêmes sont des sortes de borborygmes, ou de degueulendo. J’ai même vu un chanteur prétendre chanter des notes tellement graves qu’une oreille humaine ne peut pas les entendre, ce qu’on appelle des infrasons, le grand n’importe quoi. Qu’il aille donner des concerts aux éléphants. Si vous ne me croyez pas, allez voir, je vous donne son nom pour faciliter vos recherches, il s’appelle Tim Storms.

À la place, je vous propose le Rainbow of love, un standard de chorales américaines. Le chanteur Ken Turner garde une certaine musicalité même dans le grave extrême qu’il chante en voix craquée. Avis aux amateurs de solfège : sa note la plus grave est un do, cinq lignes sous la clef de fa, le do-zéro en notation américaine, un truc tout à gauche du piano, c’est très exceptionnel (le fa d’Ivan Rebroff dans le billet précédent est une quarte au-dessus, mais lui reste en voix de poitrine il me semble). Rainbow of love, par les Crystal river boys, avec Ken Turner, qui touche le fond vers 4:15.

Tous les thèmes

Ivan Rebroff

Ambitus, tessiture et notes extrêmes 7/11
11bis234567891011

Chez les hommes, la palme de l’ambitus revient peut-être à Ivan Rebroff, chanteur de formation classique, qui n’était pas loin non plus des cinq octaves.

Notez que de même qu’Ali G. évoque Maria Carey comme « grande chanteuse » implicite, les Deschiens font appel à Ivan Rebroff, et à ses prétendues « 7 octaves ! » (c’est plutôt 4 ou 5, ce qui est déjà exceptionnel).

Ce n’est pas une coïncidence si des comiques du monde entier citent des chanteurs à grand ambitus lorsqu’ils ont besoin d’un parangon de grand chanteur. Notons qu’Ali G., rappeur en toc imaginé par Sacha Baron Cohen, vient d’une banlieue bourgeoise et a pour vrai nom Alister Lesly Graham. François Morel (comme personnage des Deschiens) est un petit bourgeois provincial également. Selon la culture bourgeoise (telle qu’implicitement vue par les comiques en tout cas), toute valeur, y compris artistique, doit être quantifiable : la grandeur d’un chanteur se mesure objectivement à son ambitus. On avait déjà vu un phénomène similaire dans la série sur l’esprit d’épicerie et la révolution sexuelle, avec le nombre incroyable de chansons des années 1970 citant explicitement des âges toujours plus jeunes pour des rapports sexuels, comme mesure objective de scandale. Voir ici.

Pour finir, La légende des douze voleurs, par Ivan Rebroff. Notez sur la pochette du disque, le N à l’envers, qui se prononce « i » en russe, et n’a rien à voir avec le « N » de « Ivan » !

Tous les thèmes

Mariah Carey

Ambitus, tessiture et notes extrêmes 6/11
11bis234567891011

Je pense que la chanteuse pop avec le plus grand ambitus est Mariah Carey et ses cinq octaves. Voyez plutôt.

On comprend pourquoi Ali G. demande à David et Victoria Beckham : « Si vous avez un enfant, voulez-vous qu’il soit footballeur comme papa, ou chanteur comme Mariah Carey ? ».

Il y a aussi Georgia Brown, une chanteuse brésilienne impressionnante. Dans l’aigu, elle utilise le registre dit de voix de sifflet, on en reparle.

Tous les thèmes