Le flipper

Jeu et chanson 4

Il est temps de révéler la réponse à la première devinette : le jeu plus souvent cité en chanson. J’ai eu toute sorte de réponses (voir le billet précédent) et personne n’a trouvé la mienne. Diego propose la chasse, réponse intéressante avec beaucoup de chansons, mais je ne range pas la chasse dans les jeux.

Je propose donc : le flipper. Tout comme un bon coup au jeu de go, le flipper remplit plusieurs objectifs. D’abord, le jeu est musical en lui-même, il se prête bien à la musique figurative à l’instar de la machine écrire ou du train par exemple. Ensuite, ce jeu des copains, adolescent et générationnel permet d’actionner le ressort (c’est le cas de le dire) le plus efficace de la chanson : la nostalgie. Le flipper a aussi une valeur métaphorique : les rebonds illogiques de la boule de bumper en bumper sont la vie même. En fait, certains flippers étaient même des petites allégories, avec dans un univers bien défini des zones chanceuses et d’autres adverses, des prisons, des gains inespérées, etc. Bref, le flipper a tout pour plaire au parolier.

Même Édith Piaf a chanté le flipper. Le billard électrique.

Parmi les nombreuses chansons de flipper, je trouve que celle qui exploite le mieux tout le potentiel du jeu, c’est Flipper, du groupe Téléphone.

Pour la valeur nostalgique du flipper, je propose Les forbans, La fille du flipper.

Comme chanson qui exploite le potentiel métaphorique du flipper, je propose Corynne Charby, Boule de flipper. Il faut juste qu’on m’explique pourquoi le clip montre surtout des boules de bowling et une boule de pétanque bien astiquée sur un billard … La musique est de Christophe en personne.

Sur le plan musical, ma chanson de flipper préféré est Pinball wizard des Who. Avec Elton John au chant, le version du film Tommy exploite un peu le potentiel musical du jeu.

Pour les vrais fans des Who, une version live avec Roger Deltrey au chant. Au festival de l’ile de Wight, en 1970. Le tempo s’embourbe quelque peu… Keith Moon devait être un peu défoncé, mais merde, ça a de la gueule.

Version française, par Richard Anthony, un beau massacre, merci. Le sorcier du flipper. Les paroles sont de Boris Bergman, il a quand même fait mieux après …

Tant qu’à rester en France, je préfère de très loin la pop déjantée d’un autre Richard (Gotainer). L’empereur du flipper.

Même Chantal Goya a chanté le flipper, dans sa période yéyé au début de sa carrière. Si tu gagnes au flipper. Tout comme le yaourt avec de vrais morceaux de fruits, il y a de vrais bruits de flipper au début.


Les nuits sans Kim Wilde de Laurent Voulzy exploite le côté obsessionnel du flipper. Paroles d’Alain Souchon.

Je conclus ce billet par une anecdote personnelle. Soucieuse de mon éducation, ma maman m’emmenait parfois sur les lieux de tel ou tel événement historique. Ainsi nous sommes-nous retrouvés il y a une bonne quarantaine d’années dans le café où Jean Jaurès avait été assassiné quelque décennies auparavant, rue Montmartre à Paris pour autant que je me souvienne. Elle a demandé où se trouvait le grand homme au moment du coup de feu. Le garçon nous a répondu : « il était au flipper ». Tout comme Bob qu’était au flip quoi. Marche à l’ombre de Renaud.

Je me suis limité aux chansons centrées sur le flipper. Pour aller chercher l’extra-balle, ou même peut-être « claquer » et gagner une partie gratuite, quelques chansons qui l’évoquent incidemment :
Laisse béton, encore Renaud
Rock autopsie ou Les dingues et les paumés d’Hubert-Félix Thiéfaine
J’ai eu 30 ans de Maxime Le Forestier
Nos amours cassées de Félix Gray & Didier Barbelivien
Couleur menthe à l’eau d’Eddy Mitchell
Cœur en stéréo de Jeanne Mas

Vous venez de lire le 1200e billet du Jardin aux chansons qui bifurquent.

Tous les thèmes

Chance et Malchance à QPUC

Questions pour un champion 4/6
1 – 2 – 3 – 4 – 56

Au 4 à la suite, on vous propose le thème « chanson française ». Quelle chance, vous êtes justement lecteur d’un blog sur la chanson, vous vous y connaissez drôlement. Vous connaissez peut-être tout Brassens, tout Brel, ou alors la variété des années 1970 ? Il faut choisir ce questionnaire, vos adversaires vont pleurer leur buzzer…

Mais voilà, le concepteur du questionnaire lui aimait surtout Karen Cheryl, Jeanne Mas et François Valéry…  Et s’il y a une question sur Georges Brassens, on vous demande le prénom de son grand-père, quel jour de la semaine il est né, combien de fois le prénom « Jeanne » est cité dans ses chansons, ou n’importe quelle information idiote ignorée des meilleurs experts. Pas de bol : vous faites un lamentable zéro.

C’est là qu’il ne faut pas s’énerver ou perdre le moral, c’est la très dure loi du jeu, si vous n’aimez pas ça, il faut jouer à Des Chiffres et des Lettres. Surtout ne pas pester contre les  concepteurs de questionnaires, ce serait inélégant. Mais patience, votre heure viendra : un autre jour, au Face-à-Face, une longue question commence par « Chanson qui se termine par une sonnerie de réveil… », et là, c’est le moment de buzzer pour un petit moment de gloire (et 4 points, mais évidemment, c’est tout à fait secondaire). Ta Katie t’a quitté, Boby Lapointe.

Tous les thèmes