Nantes

L’énigme ALF 8

On a commencé l’énigme par Barbara, on la termine par Barbara, Nantes, chanson la plus emblématique du lien secret qui unit toutes les chansons de cette série. Solution dans le prochain billet ! Je vous propose la version de Gérard Depardieu. Ceux à qui ça ne plaît pas, ils n’ont qu’à écouter celle de Patrick Bruel.

Tous les thèmes

Camille

L’énigme ALF 7bis

Bravo à Pierre C., internaute de Paris qui a résolu l’énigme. Il précède de quelques minutes Diego. Je note aussi que NP a proposé une solution erronée : elle a constaté que les premières chansons de l’énigme ont la particularité que le titre est aussi le dernier mot de la chanson. Idée très intéressante et assez proche de la solution… mais qui ne marche pas pour toutes les chansons.

Comme indice, Diego propose Dalida et Il avait 18 ans, qu’on avait déjà passé dans une série consacrée à toutes ces chansons qui mentionne l’âge des protagoniste d’une histoire sexuelle. Pierre est plus prolixe, et propose Léo des VRP,  Hotel california de Eagles, Tribute  de Tenacious D et  Stan de  Eminem. Ou encore, Elle donne son corps avant son nom de IAM.

Et Camille de Jean Yanne, que je retiens comme chanson française du jour.

Et puis un truc qui me revient, Smack my bitch up de Prodigy, intéressant pour son clip, à regarder jusqu’au bout.

Solution dans 3 jours …

Tous les thèmes

Monsieur rêve

L’énigme ALF 4

Aujourd’hui, chanson française de qualité, avec ce titre ô combien poétique : Rêveries d’un promeneur solitaire au pied du Fuji-Yama. La seule chanson où il y a plus dans le titre que dans les paroles. Par l’immense Jacky, pendant l’âge d’or du Club Dorothée.

Vous avez trouvé la solution ? Et vous êtes tout déçu, parce que le plaisir, c’est bien sûr de chercher… Il vous reste à deviner pourquoi l’énigme s’appelle ALF. Peut-être à cause d’Alfonse ?

Tous les thèmes

Le petit âne gris

L’énigme ALF 3

La troisième chanson de l’énigme, c’est Le petit âne gris, par Hugues Aufray.

Cette chanson singe un supposé style traditionnel. Les paroles ont été écrites dans les années 1960 par Vline Buggy, parolière experte dans ces chansons-carte-postale à l’atmosphère patinée (Le pénitencier, Céline, …).

Une petite blague pour finir, il paraît qu’elle est vraie. Céline Dion interviewée en présence d’Hugues Aufray aurait dit « vous êtes vraiment mon chanteur préféré. D’ailleurs, si j’avais un fils, je l’appellerais Hugo ».

Tous les thèmes

Houlala

L’énigme ALF 2

On continue l’énigme avec Houlala de Ludwig von 88. La musique et les paroles sont minimalistes, mais largement suffisantes pour l’énigme.

Quel rapport avec La solitude ? Si vous trouvez la solution, le mieux est de l’écrire dans un commentaire. Vous avez peur d’être spoilé ? Ne lisez pas les commentaires ! Vous avez peur de dire une bêtise ? N’ayez aucune crainte, la solution de l’énigme est sans doute encore plus bête.

Tous les thèmes

La solitude

L’énigme ALF 1

Aujourd’hui, truc préféré de nombreux de nombreux lecteurs du blog : on commence une énigme sur le Jardin aux Chansons ! Comme souvent, il faut deviner le lien secret reliant les différentes chansons qui passeront les prochains jours. La première, c’est La solitude, de Barbara.

Vous avez peut-être remarqué que la chanson parle incidemment de Verlaine, phénomène étrangement courant en chanson, auquel on a déjà consacré une série, voir ici. Mais ça n’a rien à voir avec la solution de l’énigme.

J’ajoute que l’idée de l’énigme a été évoquée dans des échanges avec mes plus fidèles lecteurs, il trouveront donc la solution tout de suite… S’il vous plait, laissez les autres chercher, ou mieux, puisque vous savez de quoi il s’agit, proposez des chansons comme indice !

Tous les thèmes

 

Mon Mai 68 à moi

Mai 68 V, Les nostalgiques de Mai 68, 11/11
12345677bis891011

En ce 12 mai, voilà le dernier billet de la dernière de nos cinq séries sur Mai 68. Tout le monde est un peu nostalgique de Mai 68, chacun selon son humeur. Qui aurait bien aimé lancer un pavé sur un CRS, qui aurait voulu vivre dans une communauté hippie. Qui envisage pour sa quéquette des débouchés rétrospectifs et formidables en cette période de révolution sexuelle. Qui, en visionnaire de la réaction, aurait voulu critiquer Mai 68 pendant mai 68, manière tellement plus originale de faire Mai 68. Qui aurait voulu tout simplement trouver du boulot facilement, voir son salaire augmenté puis s’acheter une Simca.

Bref, en cet anniversaire, nous voilà tous « frustrés de la débauche, des honneurs, de la célébrité, du génie ; parfois de chimères plus indéfinissables, de ce que chacun recélait de profond et de doux, depuis son enfance, dans la niaiserie particulière de son rêve. » (c’est du Marcel Proust qui pastiche Gustave Flaubert, dans Pastiches et mélanges).

Dans ce dernier billet sur Mai 68, je vous livre ma vision toute personnelle : moi ce que j’aurais aimé, c’est voir le soleil se lever après la fin du concert des Who, le 29 août 1970 sur l’ile de Wight. See mee, feel me.

Ou peut-être entendre Janis Joplin en vrai, juste une fois. To Love Somebody.

En live, un an avant sa mort à l’âge de 27 ans. Summertime.

Je vous livre aussi un souvenir d’enfance pour conclure. Étant moi-même fils de soixante-huitards, j’ai été biberonné de toutes sortes de discours politiques. À tel point que je croyais que le refrain du tube de l’été de mes 8 ans était « L’était facho, l’était facho » ! Souvenir authentique, et bien étrange dommage collatéral… Je me souviens que ça avait bien fait rigoler mon papa. L’été s’ra chaud, 1979, Éric Charden.

Dans la préparation de ces séries, le site de Jacques Deljéhier m’a bien aidé.
http://www.deljehier.levillage.org/mai_68.htm

La conférence d’Ignatus Que dit la chanson de nous ainsi que quelques échanges avec lui m’ont fourni plusieurs bonnes idées, merci. Voir ses conférences ici.

Je vous recommande le webdoc Mai 68, la science s’affiche, ici.

Pour les villeurbannais, à ne pas manquer, un spectacle sur Mai 68 en chansons, vendredi 18 mai à 20h30 à l’ENM, entrée libre et gratuite, détails ici.

Tous les thèmes