Il faut s’offrir du bitume

Amour et mélancolie des villes, 18

On célèbre un grand écrivain aujourd’hui. Partez pour une belle promenade de trente minutes. Le bestiaire de Paris. Musique de Francis Lai, avec les voix de Mouloudji, Magali Noël et bien sûr Bernard Dimey.

S’il vous reste deux minutes, essayez Paris mon camarade.

Tiens, j’aurais pu mettre ce qui suit dans la série sur les bouchers. Admirez l’attention au rythme, c’est vraiment de la poésie de parolier.

Le borgne était capable, et sans cérémonie,
D’éventrer un chrétien pour trois ou quatre francs
Un tueur a le droit de gagner bien sa vie
Et d’arroser le coup le soir, au tapis franc

Coupe-gorge voisin des berges de la Seine,
Où le chef enseignait à couper le jarret,
Taverne sous la terre au creux du cours La Reine,
Où la canaille aimait à rendre ses arrêts.

Le surin disparu, la balafre est vulgaire.
Et le vin de Suresne a perdu son bouquet
Même en l’Ile Saint-Louis, on ne saigne plus guère
Monsieur de La Bretonne a déserté le quai
.

Tous les thèmes

Bernard Dimey

La chanson, art majeur ou art mineur VII. Été 2019, chaque jour un poète, 66/68
12345678910
111212bis1314151617181920
21222324252627282930
31323334353637383940
41424344454647484950
51525354555657585960
6162636465666768

C’est l’été 2019, chaque jour un poète. Aujourd’hui Bernard Dimey, né en 1931.

Jacques Marchais nous chante Sortilèges sur une musique de Francis Lai.

Je recommande fortement d’explorer toute l’œuvre de Bernard Dimey. On y consacrera une série. En attendant, allez voir JeHaN en concert si vous le pouvez, il fait magnifiquement vivre le répertoire de ce grand auteur de chansons.

J’aimerais tant savoir.

Paris mon camarade.

Tous les thèmes