La complainte du tabac

La cigarette 15/26

Serge Reggiani chante La complainte du tabac, paroles de Claude Lemesle et Pierre Delanoë, musique d’Alice Dona.

Le bonus du jour, c’est peut-être le plus grand succès du « soft sell », la campagne publicitaire géniale imaginée par le publicitaire Leo Burnett pour Marlboro, avec son cow-boy. « Je suis sûr que la vie est là, avec ses poumons de flanelle ».

1 – La cigarette, c’est dans la tête
1bis – La gitane
2 – Du gris
3 – Il fume pour oublier
3bis – Don’t smoke
4 – La cigarette après l’amour
5 – Sanseverino fume
5bis – Confinement
6 – Cigarettes sur cigarettes
7 – Cigare à moteur
8 – Fumer le cigare
9 – Café, tabac
10 – La cigarette qui me brûle les doigts
11 – Addiction
12 – Brigitte fontaine fume
13 – Suzanne Gabriello
14 – Je suis une cigarette
15 – La complainte du tabac
16 – Je ne veux pas travailler
17 – La fête du tabac
18 – L’amour est-il comme une cigarette ?
19 – La cigarette d’Higelin
20 – Duo
21 – Dieu est un fumeur de havane
22 – Bien après minuit
23 – Sardou les enfume
24 – Cigarettes, whisky et p’tites pépées
25 – Bye Bye Clope
26 – Si j’étais une cigarette

Tous les thèmes

Gypsies rock’n roll band

Les Juifs et la chanson II – La chanson et le problème de l’éléphant 1/14

Voici notre deuxième série consacrée au thème de l’année : les Juifs et la chanson. Son point de départ est une célèbre blague juive, popularisée par le livre de Hugh Nissenson, L’éléphant et le problème juif, dont voici un extrait :

C’est une classe de zoologie qui doit faire un devoir sur l’éléphant. L’Anglais écrit :« La Chasse à l’Eléphant », le Français : « La Vie amoureuse de l’Eléphant », et le juif : « l’Eléphant et le problème juif ».

Cette blague moque donc gentiment un problème identitaire (réel ou supposé) se traduisant par une obsession (encore une fois réelle ou supposée) des juifs pour les questions juives. Mais, en ce qui concerne les chanteurs juifs français, cette réputation est simplement l’exact opposé de la réalité. On va le voir dans cette série : si de nombreux romanciers, philosophes, historiens juifs se revendiquent comme tels, ils n’en est rien de la plupart des chanteurs français juifs, qui abordent très peu le judaïsme dans leurs chansons.

La chanson n’est pourtant par un art rétif à toute affirmation identitaire. Tout le jazz est parfois revendiqué comme musique noire par les noirs américains. La chanson francophone québécoise est en partie identitaire. Certaines communautés immigrées en France ont leur chanteur. Je pense surtout aux Italiens, de la variétoche de Claude Barzotti (« je suis rital et je le reste ») à la chanson « de qualité » de Serge Reggiani (« C’est moi, c’est l’Italien / Je reviens de si loin »). Il y a aussi Linda de Suza qui a chanté et représenté la grande vague d’immigration portugaise des années 1970-80. Ou Rachid Taha dont toute l’œuvre est traversée par l’histoire compliquée de la France et de l’Algérie, et qui chante Je suis Africain. Et bien sûr, l’arménien Charles Aznavour qui parvient à réunir quasiment toutes les vedettes du Top 50 dans Pour toi Arménie.

Mais à part peut-être Enrico Macias (qui sera bien sûr évoqué bientôt), je ne vois pas de chanteur français qui ait vraiment représenté une figure juive auprès du grand public, pas explicitement au moins. Il y a pourtant plusieurs chanteurs juifs très connus. Je me propose d’appeler « problème de l’éléphant » ce paradoxe, qu’on va explorer en chanson dans cette série. Lors de cette déambulation dans l’œuvre ou la vie de quelques chanteurs et musiciens juifs, il y aura plus de questions que de réponses…

Pour commencer, Jean-Pierre Kalfon. Jusqu’à récemment, je ne savais même pas qu’il était chanteur, alors qu’il a chanté toute sa vie dans un groupe de rock, le Kalfon rock chaud. Un de ses disques, passé inaperçu à sa sortie dans les années 1960, est même considéré aujourd’hui comme précurseur du punk (on en reparle un jour où c’est le sujet). Dans l’une de ses chansons, qu’il chante en début de concert pour se présenter, ses origines juives séfarades du côté de son père sont très discrètement évoquées. Extrait des paroles de Gypsies rock’n roll band, qui en quelques mots évoque l’arrière plan familial : l’Algérie française, les persécutions antisémites…

Père importé et mère papiste,
Planqué côté colonialiste […]
Avant ma naissance, une guerre braquait la race de mon père,
Ma mère gauloise se planquait, comme mon père

 

1 – Gypsies rock’n roll band
2 – Isaac Gorni, le troubadour juif
3 – Jacques Offenbach
4 – Norbert Glanzberg
5 – Mireille
6 – La complainte des nazis
7 – Le neveu du capitaine Dreyfus
8 – Chanson d’Exil
9 – Des moyens légaux
9bis – Serre les poings
10 – Yellow star
11 – Juif espagnol
12 – Juif errant et pâtre grec
13 – Les juifs de Stéphane Golmann
14 – Les comedian harmonists

Tous les thèmes

Guillaume Apollinaire

La chanson, art majeur ou art mineur VII. Été 2019, chaque jour un poète, 37/68
12345678910
111212bis1314151617181920
21222324252627282930
31323334353637383940
41424344454647484950
51525354555657585960
6162636465666768

C’est l’été 2019, chaque jour un poète. Aujourd’hui Guillaume Apollinaire, né en 1880.

Serge Reggiani nous chante Sous le Pont Mirabeau et Je t’aime.

Tous les thèmes

La rue Watt

Lieux possibles, impossibles et imaginaires de la chanson 6bis/17

Merci à Patrick Hannais de me signaler le générique du film de Jean-Pierre Melville, Le doulos, tourné rue Watt à Paris. La musique est de Paul Misraki (plus connu pour Tout va très bien madame la marquise !). L’homme qui marche, c’est Serge Reggiani.


Lieux possibles, impossibles et imaginaires de la chanson

1 – Entre Cuba et Manille
2 – Ménilmontant
3 – Le paradis
4 – La Molvanie
4bis – Le kamklep
5 – Chez Laurette
6 – L’underground café déménage rue Watt
6bis – La rue Watt
7 – Café Pouchkine
8 – Rue de la Grange aux Loups
9 – Le café des délices
10 – Quand la RATP invalide les chansons
11 – Les chants du Pelennor
12 – Comment se rendre en Transylvanie Transsexuelle
13 – Leindenstadt
14 – Porte des Lilas et Paimpol
14bis – Porte des Lilas (bis)
15 – La gare Saint Lazare de Brel
16 – San Francisco
17 – Rochefort
17bis – Saint-Lazare, bis
17ter – Gare du nord et Lountatchimo

Tous les thèmes

Féminisme

Mai 68 politique 6/8
122bis3455bis678

Mai 68 a joué un rôle important dans l’histoire du féminisme. Vous pouvez retourner voir la deuxième série du Jardin aux chansons qui bifurquent, consacrée au féminisme et au sexisme dans la chanson (ici).

Je vous propose aujourd’hui une chanson de 1969, chantée par Serge Reggiani. Paroles et musique d’Anne Sylvestre, La maumariée.

 

Je vous recommande la visite des pages que le Hall de la chanson consacre aux chansons liées au M.L.F. (Mouvement de Libération de la Femme). Il y a quelques chansons d’époque à écouter sur place, très difficile à trouver sur le net. Ici.

Tous les thèmes

 

 

Du réverbère au lampadaire

Paralipomènes 64/67
(la série qui revient en 68 billets sur les 44 premiers thèmes du blog)
123456789
101112131415161717bis1819
20212223242526272829
30313233343536373839
40414243444546474849
50515253545556575859
6061626364656667

Voilà le dernier billet sur la prostitution (mais on en reparlera, j’ai préparé une série sur les chansons abordant la prostitution du point de vue des clients, restez en ligne si vous voulez voir ça).

En attendant, je vous propose La putain de Serge Reggiani.

Vous noterez l’usage du mot « réverbère », qui évoque avec efficacité tout un imaginaire : nuit, ville, cercle de lumière qu’entoure un cercle d’obscurité, voire même urine de chien nonchalamment épandue… Le mot est aussi convoqué dans Le sac à main, d’Allain Leprest qu’on a passé ici. Mais dans La Mélu, chanson qu’on a passée ici, le « réverbère » devient un « lampadaire », réalité proche mais moins précise et évocatrice. Pourquoi diable ?

Peut-être pour un peu flouter le texte, l’effet sfumato est intéressant. Mais surtout essayez de chanter La Mélu. Dans « Sur le coin d’une lune, d’un lampadaire », la syllabe « pa », très percussive, tombe fort à propos sur un contre-temps. « Réverbère » serait possible, mais la syllabe mollasse « ver » ferait perdre un peu d’efficacité rythmique au mix parole-musique. C’est une accumulation de petits détails comme ça qui fait qu’une chanson marche ou pas… Écoutez bien n’importe quelle chanson de Brassens (par exemple Je m’suis fait tout p’tit), je pense qu’il était très attentif à genre de détails, grâce à quoi il arrivait à nous faire ingurgiter des poésies assez bourratives. On reparle de ça dans une prochaine série.

Tous les thèmes

 

Dessin dans le ciel

Paralipomènes 30/67
(la série qui revient en 68 billets sur les 44 premiers thèmes du blog)
123456789
101112131415161717bis1819
20212223242526272829
30313233343536373839
40414243444546474849
50515253545556575859
6061626364656667

Toujours sur la science, je n’ai pas pensé à rechercher des chansons inspirées par la science elle-même. Il y a de nombreux exemples, notamment avec la conquête spatiale (voir Années lumière de Guy Béart dans la série sur les nombres, ici).

Je vous propose dans la même veine Dessin dans le ciel, de Serge Reggiani.

Tous les thèmes

L’accordéoniste

Putain de métier 3/11
1234567891010bis11

On écoute aujourd’hui L’accordéoniste. C’est peut-être la chanson de l’époque réaliste la plus connue et reprise aujourd’hui. Elle aborde un sujet universel : la fascination pour la musique. On en oublierait presque qu’elle raconte l’histoire tragique d’une prostituée. La musique très malléable a un beau potentiel, révélé par l’arrangement jazzy des Glossy Sisters.

Je vous passe aussi l’original par Edith Piaf, qui fait son entrée dans le blog aujourd’hui. Et oui, chaque fois qu’un grand de la chanson fait une entrée tardive dans le blog, je vous fais le coup : scandale, c’est au N-ième post que gnagnagna, honte à moi, j’aurais dû le mettre plus tôt, je me contris, je me flagelle. J’ai fait ça pour Barbara, Reggiani, Bruant, Souchon, Cabrel, etc, on connait la chanson quoi…

Pour en savoir plus sur les Glossy Sisters, c’est là :


Tous les thèmes

Vos grands nombres

Quel est le plus grand nombre (dans une chanson) ? (6bis/6)
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 6bis6ter

Comme promis, un petit florilège des nombreuses propositions de chansons citant des grands nombres (merci à tous … le post est exceptionnellement long du coup). Vous avez été plusieurs à me suggérer Et moi, et moi, et moi de Jacques Dutronc, mais seule So Raya me l’a proposée sur Facebook avec le bon nombre : 500 milliards (de petits martiens) !  C’est toutefois très loin du compte, et même mes 1000 milliards du post précédent sont bien petits. Car la vainqueur (ou vainqueuse ? ou vainqueure ?) est NP, internaute de Lyon 6è, qui a déniché une chanson sur un nombre vraiment gigantesque, le Gogolplex ! Par bonheur, tout est expliqué dans la chanson, Googolplex de Jack Pearson (voir ici pour plus d’infos).

Dans un commentaire, Alain Berjon écrit « revenons aux sources, et à Tonton Georges qui avait pris date dans la durée, fusse pour chasser le papillon : « Des milliards de fois, et mêm’ davantage ». » En effet, des milliards, c’est beaucoup, et davantage, c’est encore plus ! La chasse aux papillons, de Georges Brassens, chantée par Christine Lebail.

Sur Facebook, Vincent propose carrément une chanson évoquant l’infini : Capitaine Flam, générique d’un dessin animé du début des années 1980, aussi proposé par Nicolas B. quelques jours plus tard. Les paroles sont de Roger Dumas, qui a écrit plus de 80 chansons pour Chantal Goya ! Musique de Jean-Jacques Debout, époux de cette dernière. La chanson évoque aussi le nombre cent mille millions, ce qui se dit cent milliards en bon français, beaucoup moins que le nombre de martiens selon Jacques Dutronc. Si l’on en croit les paroles, Capitaine Flam descend « d’aussi loin que l’infini »… Bien y réfléchir : il est assez simple d’aller vers l’infini, il suffit de se mettre en route et puis d’être très, très patient. Mais venir de l’infini, ou a fortiori en descendre, comme faire ? Très fort Capitaine Flam.

Acaber, abonné au blog, nous propose une chanson de Guy Béart, Années Lumière. J’ignorais que Guy Béart eût abordé la science fiction dans ses chansons, intéressant. Ça donne envie de revoir les dessins animés de René Laloux (La planète sauvage ou Les Maîtres du Temps).

Découverte toujours, avec Pierre A, internaute de Bruxelles, qui nous propose L’homme fossile, paroles et musique de Pierre Tisserand, chantée par Serge Reggiani (qui arrive dans le blog au 215è post seulement, honte à moi…).

Sur le site de l’INA, ici.

Enfin, Alain, de Montreuil, nous propose  sur Facebook un bon vieux Johnny, 24000 baisers, pas moins. Je vous propose plutôt la version de Dalida pour changer un peu.

Dans la catégorie « calembour », la palme revient à Nadia, internaute de Meylan, qui nous propose Le petit vingt blanc. Pas de chance, il est petit justement. Elle nous propose aussi « jamais 203 » sans citer de chanson. Effectivement, il est très difficile de trouver une chanson citant le nombre 203… Tentez votre chance avec la bande originale du film Bollywood Victoria No. 203, mais il vaut mieux comprendre le Hindi. Attention, la vidéo dure 2 heures et 45 minutes.

Et vous pouvez regretter que Jacques Brel et son compositeur-arrangeur  François Rauber n’aient pas écrit de chanson sur la Peugeot 203 dans laquelle ils sillonnèrent la France de concert en concert (info piochée dans l’excellent Dictionnaire amoureux de la chanson française de Bertrand Dicale, à l’article Jacques Brel). Mais pourquoi se focaliser sur 203 ? Parce que s’il n’y en a jamais 2 sans 3, et bien il n’y en a peut-être jamais 4 sans 9 ?  Comme disaient les Beach Boys dans 409.

Dans la catégorie nombres exotiques, la récolte est bien maigre. Nadia encore se demande comment classer Quatre-vingt-quinze pour cent de Georges Brassens. Cela compte-t-il pour 95 ? Pour 100 ? Ou pour 0.95 ? Je penche pour cette dernière hypothèse, qui nous fournit le seul nombre non-entier de la série… Elle nous dit encore dans son commentaire que cette chanson ne plaît pas aux hommes. Et bien à moi, elle me plaît beaucoup, déduisez-en ce que vous voulez. Une jolie version par les 2moiZelles.

L’un des premiers suiveurs du blog, monsieur GA, internaute d’on ne sait plus très bien où, et dont on est très content d’avoir des nouvelles, nous propose en vrac le générique des Tortues Ninja (pour le nombre 4), et puis Albert le 5è Mousquetaire (pour le nombre 5). Je les passerai une autre fois, on a déjà eu Capitaine Flam… Aller GA, encore un effort : pour la prochaine fois, tous les nombres de 1 à 100 !

Pour finir, je vous demandais une chanson citant un nombre négatif, personne n’a trouvé. On en a pourtant déjà vu une dans le blog, c’est André de Sanseverino, déjà passée dans la série sur les roms, ici. Il faut suivre plus attentivement !

Demain, ça repart fort avec une série très spéciale pour passer les fêtes dans une ambiance famille+télé tout à fait typique de Noël (en compagnie de Julien Lepers bien sûr).

Tous les thèmes