La marche nuptiale

Brassens et les poètes 6/8
12345677bis8

Dans le dernier billet, on écoutait une mise en musique par Georges Brassens d’un poème de Hugo. Je me suis demandé si Brassens était parfois hugolien. Il partage beaucoup avec Hugo : art classique de la versification et références nombreuses à la culture classique (mythologies grecque et romaine). Mais évidemment, Brassens est moins grandiloquent que Hugo, et sa poésie familière et faussement naïve le rapproche de Paul Fort, on l’a vu.

Mon choix tout personnel de la chanson de Brassens la plus hugolienne : La marche nuptiale, récit très imagé d’un mariage campagnard dans une ambiance panthéiste très éloigné du village conventionnel à la Paul Fort.

Tous les thèmes

Il suffit de passer le pont

Brassens et les poètes 4/8
12345677bis8

On a vu dans le dernier billet le lien de filiation entre Paul Fort et Georges Brassens. Conformément à l’esprit de la série, je me suis mis en quête d’une chanson de Brassens dans la manière de Paul Fort. Ça n’est pas trop difficile, j’ai choisi Il suffit de passer le pont, comptine désuète d’un Brassens qui cultive l’art de se placer à l’abri des modes.

Tous les thèmes

S’il l’avait voulu

Brassens et les poètes 3/8
12345677bis8

Je continue avec Paul Fort l’étude des poètes mis en musique par Brassens. On a déjà noté dans ce blog que c’était le poète le plus adapté par Brassens avec quatre chansons : La Marine, Si le bon Dieu l’avait voulu, Le petit cheval et Comme hier  (déjà passée ici). Je vous passe aujourd’hui Si le bon Dieu l’avait voulu.

Très bonne vidéo sur le site de l’INA : ici.

On est là dans une configuration totalement différente d’Antoine Pol. On a vu qu’Antoine Pol dit ce que Brassens ne dit pas ou ne sait pas dire. Avec Paul Fort, on a plutôt affaire à l’inspirateur principal de Brassens, celui qui écrivait du Brassens avant Brassens. Dans Brassens ?, de Bertrand Dicale, page 51, on lit :

Dans une interview radiophonique recueillie à l’occasion de la mort de Fort, Brassens dit : « Paul Fort me convenait beaucoup plus que d’autres à cause de son langage familier, de son langage populaire et pittoresque. Mais une familiarité et un pittoresque qui cachaient beaucoup d’art. Un art très, très savant ».

On découvre là le Brassens « très savant », fin connaisseur de toute la poésie française, de la plus académique à la plus confidentielle ou populaire. Toujours dans le livre de Dicale, on découvre d’ailleurs une étonnante filiation : Brassens, le fils. Paul Fort, le père. Et le grand-père serait Gustave Nadeau, poète-chanteur du XIXè siècle aujourd’hui un peu oublié, peut-être le tout premier auteur-compositeur-interprète.  Brassens et Paul Fort lui ont beaucoup emprunté. Pour preuve, Si la Garonne l’avait voulu, de Gustave Nadeau. La filiation avec Si le bon Dieu l’avait voulu est limpide.

Jules Beaucarne a écrit une autre musique pour le même texte (il ignorait peut-être l’existence d’une musique originale).

Pour finir, un enregistrement de Si la Garonne l’avait voulu, en 1903 par un certain Charlus. Vous noterez qu’à l’époque on disait « le Volga » et non pas « la Volga ».

Tous les thèmes

Comme hier

L’énigme VF 1/9
123455bis6789

On commence une petite énigme sur le blog à partir d’aujourd’hui. Il s’agit de trouver le lien secret entre toutes les chansons de la série à venir. Mettez vos solutions dans les commentaire !

On commence avec Renaud, qui interprète Comme hier, une chanson de Georges Brassens sur un poème de Paul Fort. Saviez-vous que Paul Fort est le poète le plus souvent mis en musique par Brassens ? Pas moins de quatre chansons : Comme hier, La Marine, Si le bon Dieu l’avait voulu et Le petit cheval … Ouh la, je parle, je parle, je vais finir par donner la solution de l’énigme…

Si vous aimez les énigmes, regardez toutes celles qu’on a données dans le blog (au mot clef énigme ici). Et si vous ne les aimez pas, allez voir les autres thèmes (ici) !

Tous les thèmes