Franz Schubert n’a rien composé pour Nougaro

Ils n’ont rien composé pour Nougaro 8/8
11bis23455bis66bis78

Nougaro n’a pas trop puisé dans le répertoire infini de la musique classique, à la différence de Gainsbourg par exemple, qui savait enchâsser des paroles sur du Chopin ou du Brahms (on consacrera une série à la musique classique dans la chanson un de ces jours). Dans tout Nougaro, on ne compte qu’une seule chanson sur une musique de Robert Schumann, et encore, trafiquée par Jean-Claude Vannier : Armé d’amour.

Pourtant, des compositeurs qui comme Nougaro savent mêler sentiment, rythme et humour, il y en a. Je vous propose L’andante con Motto de La grande symphonie de Franz Schubert (qui a composé plus de six cents lieder, il doit bien y avoir une musique convenant à de la chanson là-dedans…).

Tous les thèmes

Alain Goraguer n’a rien composé pour Nougaro

Ils n’ont rien composé pour Nougaro 5/8
11bis23455bis66bis78

Nougaro a chanté sur des musiques de plusieurs compositeurs ou arrangeurs français qui ne sont associés à aucun courant musical précis. Les électrons libres Michel Colombier ou Jean-Claude Vannier par exemple, et surtout Michel Legrand. Mais rien d’Alain Goraguer, qui a beaucoup travaillé pour Gainsbourg ou Ferrat. On en reparle dans une future série sur les arrangeurs de Gainsbourg.

Goraguer a par exemple écrit les arrangements de Poupée de cire, poupée de son. Par France Gall.

Goraguer était aussi un excellent compositeur avec par exemple la bande originale de La planète sauvage, dessin animé de René Laloux.

Tous les thèmes

Glenn Gould devient roi du legato !

J.-S. Bach dans la chanson – 2/5
1 – 2 – 3 – 4 – 5

Voilà, vous avez tous bien fait vos devoirs, et vous avez comparé Glenn Gould et Sviatoslav Richter. Vous avez sûrement remarqué que Gould sépare plus les notes que Richter, qui a un jeu plus lié, plus legato comme on dit en solfège. Glenn Gould est connu pour ses interprétations de Bach sans aucun legato, qui en font apparaître tout le mécano contrapuntique.  Tout ceci est bien documenté, vous trouverez à ce sujet mieux à lire ailleurs que sur ce blog.

La chanson du jour est évidemment Sur un prélude de Bach, interprétée par Maurane. La musique est essentiellement de Bach. Les arrangements et les paroles sont d’un grand et discret monsieur de la chanson française, Jean-Claude Vannier, à qui on consacrera une série plus tard. Ce mélange de classique et de variétés plaît ou déplaît, je trouve ce débat sans intérêt. Postulons que la chanson est réussie. Il reste que même avec tout le respect que je dois à Maurane et à J.-C.Vannier, il y a un contre-sens flagrant : le pianiste joue assez legato, surtout dans les couplets, tout le contraire de Gould… C’est que la Chanson ne s’embarrasse pas d’exactitude, elle a bien mieux à faire. Pour faire passer quelque chose en 3 minutes, Gould, le legato et le pas-legato c’est un peu compliqué… Recourir à un mythe déjà plus ou moins connu, c’est bien pratique et ça économise les explications. Or, Bach est un mythe.  C’est ce que nous verrons demain.

 

 

Tous les thèmes