Féminisme

Mai 68 politique 6/8
122bis3455bis678

Mai 68 a joué un rôle important dans l’histoire du féminisme. Vous pouvez retourner voir la deuxième série du Jardin aux chansons qui bifurquent, consacrée au féminisme et au sexisme dans la chanson (ici).

Je vous propose aujourd’hui une chanson de 1969, chantée par Serge Reggiani. Paroles et musique d’Anne Sylvestre, La maumariée.

 

Je vous recommande la visite des pages que le Hall de la chanson consacre aux chansons liées au M.L.F. (Mouvement de Libération de la Femme). Il y a quelques chansons d’époque à écouter sur place, très difficile à trouver sur le net. Ici.

Tous les thèmes

 

 

Chansons typiquement trotskystes

Mai 68 politique 5bis/8
122bis3455bis678

Je profite de ce dimanche pour revenir sur le trotskysme. Sur Facebook, Christophe Darmangeat m’a déniché plusieurs chansons américaines. D’abord, Old Bolshevik Song de Joe Glazer et Bill Friedland. Je pense que le titre doit se comprendre comme « la chanson du vieux bolchévique », et non pas comme « vieille chanson bolchévique », elle raconte l’histoire d’un révolutionnaire victime des purges staliniennes.

Et puis In old Moscow, des même apparemment, qui raconte les remous suscités dans le communisme par le pacte germano-soviétique en 1939.

Tous les thèmes

Chansons écolos françaises

Mai 68 politique 5/8
122bis3455bis678

Après les deux chansons américaines du billet précédent, on repasse au français. On a déjà eu des chansons françaises écolos dans le blog : La maison près de la fontaine de Nino Ferrer (ici),  Le grand chêne de Brassens (ici) ou Le soleil est noir de Tri Yann (ici) par exemple. On trouve des précurseurs avant les années 1960, comme La pêche à la baleine, de Jacques Prévert, mise en musique par Joseph Kosma, et chantée par les Frères Jacques. Et il a fallu 457 billets pour que je mentionne enfin Jacques Prévert…

Les choses se précisent au fil du temps. Restera-t-il un chant d’oiseau, Jean Ferrat, sortie en 1962.

 

À l’approche de Mai 68, tout le monde s’y met, c’est le grand n’importe quoi. En 1967, Plante un arbre par Richard Anthony.

 

Tous les thèmes

Chansons écolos américaines

Mai 68 politique 4/8
122bis3455bis678

Mai 68 a joué un rôle important dans l’écologie politique. Là encore, les événements de mai n’ont pas inventé la doctrine, mais sont un révélateur ou un catalyseur : on trouve des chansons écolos avant Mai 68 et surtout après.

Le site Chanson écolos recense pas moins 889 chansons écolos ! Je suis tranquille pour un moment : je n’ai qu’à toutes les passer, voilà à peu près cinq ans de blog tout prêt… Bon, je vais essayer de tout passer en deux billets (là encore, le sujet mériterait une série à lui tout seul).

Je vous propose aujourd’hui deux chansons américaines, pour souligner l’aspect international de la prise de conscience écologique à la fin des années 1960.

The Beach Boys, Don’t go near the water en 1971.

Et Marvin Gaye, Mercy, mercy me (the ecology), en 1971 aussi.

Tous les thèmes

Le maoïsme

Mai 68 politique 3/8
122bis3455bis678

Long billet sur le maoïsme aujourd’hui, longue marche pourrait-on dire. J’aurais pu faire toute une série sur le sujet, mais le temps presse, je voudrais finir ces séries commémoratives avant mai, sous peine de devoir célébrer Mai 69.

On a vu le trotskisme dans le dernier billet. Cette idéologie remonte au début du XXe siècle et est encore présente aujourd’hui, puisque le NPA ou Lutte Ouvrière s’en réclament. Ce n’est donc pas une idéologie typiquement soixante-huitarde.

Il en va autrement du maoïsme, doctrine qui en France a concerné presque exclusivement la génération 68. Variante agraire du marxisme, ayant entrainé la plus grande famine de l’histoire de l’humanité (à l’occasion du Grand bond en avant), marquée par un culte de la personnalité délirant et se régénérant dans un coup d’État nihiliste appelé Révolution Culturelle, doctrine dont le véritable succès au final aura été de maintenir l’unité d’un empire millénaire… L’attraction qu’elle a exercée sur de jeunes gauchistes français est aujourd’hui mystérieuse.

Le maoïsme a laissé quelques traces dans la chanson française. Tout d’abord le très ironique Mao et moa de Nino Ferrer.

« Le quart de rouge, c’est la boisson du garde rouge … » nous dit Nino Ferrer. J’en profite pour vous poser une colle : quelle chanson fait rimer « car de » avec « garde » ?

Jean-Luc Godard a tourné un film sur le maoïsme, La chinoise, sorti en 1967, avec une chanson dans la bande annonce, Mao-mao de Jean-Claude Chane. Sur le site Bide et Musique, j’apprends qu’au verso de la pochette du disque, il est indiqué : « Pour proposer sa chanson au metteur en scène, il a guetté Jean-Luc Godard dans la rue pendant deux jours, puis lui a remis une maquette de cette chanson, avec son numéro de téléphone. Le réalisateur lui téléphona pour retenir Mao-mao. » Sur le même disque, Alain Baschung a écrit le texte de Il est grand temps de faire…boom !

 

Ensuite, je vous propose La révolution n’est pas un dîner de gala (une célèbre citation de Mao), de Ludwig Von 88. Cette chanson de 2001 montre que le maoïsme a tout de même eu une certaine postérité dans la mouvance révolutionnaire française.

Au début de la chanson, on entend Mao Zedong proclamer la République Populaire de Chine, le 1er octobre 1949. Il dit : « Compatriotes, aujourd’hui sont fondés la République Populaire de Chine et le gouvernement populaire central ». Si vous voulez vous entraîner à le dire vous-même, voici la transcription phonétique : « Tongbaomen, Zhonghua Renmin Gongheguo, zhongyang renmin zhengfu jintian chenglile ». Roland Trotignon, grand connaisseur de la langue chinoise et de cette période et qui m’a aimablement fourni tous ces éléments ajoute « Mao parle avec un épouvantable accent du Hunan. Il arrivait souvent que les Chinois ne comprennent pas du tout ce qu’il racontait ». Ci-dessous, le film de la proclamation.

 

Pour finir, mentionnons que le maoïsme n’a pas été inventé au Quartier Latin. Ce serait une grande injustice de ne pas passer au moins une chanson chinoise dans ce billet. Je vous propose Lubian you ge luosimao, tirée de la collection de vinyles de la Révolution Culturelle de Roland Trotignon (merci encore).

Voici le texte traduit en français. Notez plusieurs traits typiques du maoïsme : productivisme, machinisme, patriotisme, variante gauchie du scoutisme. Et conception typique du Grand bond en avant, selon laquelle on reconstruit un pays en farfouillant ici ou là pour trouver des bidules. Pas très soixante-huitard tout ça… de ce qu’on retient aujourd’hui de 68 du moins.

Au bord du chemin, il y a un boulon, au bord du chemin, il y a un boulon, un boulon
Petit frère l’a vu, l’a vu, l’a vu, l’a vu
Le boulon, bien que petit, peut faire beaucoup pour la construction de la patrie
Il le ramasse, l’examine et le nettoie bien
Il le donne à l’oncle ouvrier, qui le met sur la machine, hé!
La machine chante et nous applaudissons en riant.

Pour vous exercer en vue d’un karaoké, la transcription phonétique :

Lubian you ke luosimao, lubian you ke luosimao, luosimao
Didi shangxue kanjianliao, kanjianliao, kanjianliao, kanjianliao
Luosimao suiran xiao, zuguo jianshe bu ke shao
Jianqilai, qiao yi qiao, ca ca ganjing duome hao
Song gei gongren shushu, ba ta zhuangzai jiqi shang, hei!
Jiqi changge, women bai shou xiao

Sur internet, on trouve des versions de cette chanson, mais hélas ré-orchestrées, ce qui enlève tout le charme vintage. Notez que la mélodie peut être jouée entièrement sur les touches noires du piano (attention : pour y arriver il faut transposer d’un demi-ton et partir d’un Fa dièse, sinon ça ne marche pas). C’est donc une mélodie écrite sur une gamme pentatonique, ce qui la fait sonner un peu « chinois ». On en reparle dans une future série sur le solfège et ce qu’on appelle les « modes ».

Dernier petit truc, Mao fut un éminent dictateur, mais je ne sais pas pourquoi, on l’aime bien quand-même.

Tous les thèmes

Timbres révolutionnaires

Mai 68 politique 2bis/8
122bis3455bis678

Sur Facebook, Floréal Melgar m’indique un lien vers son histoire des différents mouvements trotskystes, très intéressant, ici. Comme dit le proverbe, « deux trotskystes = une organisation, trois trotskystes = un mouvement de masse, quatre trotskyste = une scission ».

Je réalise que le billet sur le trotskysme d’hier était un peu court, mais c’est vraiment difficile de trouver des chansons typiquement trotskystes. Je fais un petit effort. Vous pouvez écouter une chanson normalement appréciée des militants trotskystes, Le chant des partisans de l’Amour (attention, l’Amour ici, c’est le fleuve).  On la connaît aussi sous titre À l’appel du grand Lénine.

En fait sur Wikipedia, on apprend que de nombreuses paroles ont été proposées pour cette mélodie russe de 1828, qui s’apparente donc à ce qu’on appelait un timbre, une musique de chanson dont on change les paroles selon les circonstances. Il y a même une version russe blanche. Voir ici.

Le même air a été utilisé par des anarchistes pour chanter la Makhnovchtchina, une armée crée pendant la révolution russe par l’anarchiste ukrainien Nestor Makhno. La Makhnovchtchina, extrait du disque Pour en finir avec le travail dont on reparle bientôt (ainsi que de l’anarchisme qui ne sera pas oublié !).

Tous les thèmes

Trotskisme

Mai 68 politique 2/8
122bis3455bis678

Les militants trotskistes ont joué un rôle important dans les événements de Mai 68. Leurs nombreuses organisations politiques, partis, et mouvements de masse pratiquent un répertoire abondant de chansons, datant plutôt de la révolution russe ou plus généralement liées au mouvement ouvrier. Pour rester dans le typiquement soixante-huitard, je vous propose Sans la nommer de Georges Moustaki, qui rend hommage à un concept inventé par Trotsky : la révolution permanente (voir ici).

Sinon, vous avez surement remarqué, Sans la nommer fait partie de ces chansons à suspens, où c’est tout à la fin de la chanson qu’on comprend de quoi ça parle. Le Jardin va consacrer une série à ce type chansons un de ces jours, fournissez-moi des idées…

Tous les thèmes

La guerre du Vietnam

Mai 68 politique 1/8
122bis3455bis67
8

La première série sur Mai 68 insistait sur les grands courants sociaux à l’œuvre dans la France des années 1960. On aborde maintenant les chansons proprement politiques. Mai 68 est né en partie de la contestation de la guerre du Vietnam. Hair, une comédie musicale américaine a traité ce sujet en racontant l’histoire de jeunes objecteurs de conscience. La version française a connu un grand succès, grâce notamment à la performance de Julien Clerc. Laissons entrer le soleil.

Je vous passe une autre version, à la fin du film Hair, tiré de la comédie musicale. Pour bien comprendre la vidéo : Claude Bukowski (celui qui arrive en voiture vers 0:45) s’est échappé pour quelques heures de son service militaire afin de voir sa petite amie. Son copain George Berger l’a clandestinement remplacé pour que son absence ne soit pas remarquée. Ce dernier n’a jamais été militaire, d’où son air perdu pendant tout le début de la vidéo. Or, en l’absence de Bukowski, tous les soldats de la base sont envoyés au Vietnam. Berger, qui a pourtant pris tous les risques pour déserter, se retrouve envoyé au combat, où il meurt.

Autre chanson restée associée dans les mémoires à la guerre du Viet Nam : Paint it black des Rolling Stones.

Tous les thèmes

Serge, Marianne, Étienne et Eminem

Les annonces du mercredi

Si vous vous ennuyez, je vous suggère les activités suivantes :

Écouter l’émission Étonnez-moi Benoit de samedi dernier sur France Musique, avec une longue interview de Serge Rezvani, l’auteur du célèbre Tourbillon chanté par Jeanne Moreau. En réécoute ici.

 

Vous pouvez aussi écouter l’émission Continent Musique sur France Culture, chez Marianne Faithfull avec Étienne Daho, ici.

Ou alors regarder la dernière vidéo de Eminem, et méditer sur le silence en chanson.

Tous les thèmes

Le mauvais sujet repenti

Cinq devinettes sur Georges Brassens 6/6
122bis3456

Notre dernière énigme : dans quelle chanson Brassens s’autocensure-t-il ? Je suis au courant de trois cas. Il parait qu’un couplet a été retiré du Gorille :

Nous terminerons cette histoire
Par un conseil aux chats fourrés
Redoutant l’attaque notoire
Qu’un d’eux subit dans les fourrés
Quand un singe fauteur d’opprob’
Hante les rues de leur quartier
Ils n’ont qu’à retirer leur robe
Ou mieux, à changer de métier.

Et un autre dans Le mauvais sujet repenti. Brassens raconte à la première personne les aventures d’un maquereau. Dans certaines versions publiées des paroles, on peut lire ce couplet très violent, que Brassens n’a jamais chanté à ma connaissance.

Quand la pauvrette à la maison
Rentrait bredouille,
Je lui flanquais plus qu’de raison,
Des ratatouilles
Lui souviendrait-il encor du
Bidet d’hygiène
Avec lequel j’avais fendu
Sa boite crânienne

Je vous passe une version pêchée par hasard sur le net. On y trouve toute sorte de reprises amateurs lourdingues de Brassens : hommes d’âge mûr, cadrés en gros plan, sourcils froncés, signes évidents de constipation, toute trace de swing éradiqué, visiblement filmés avec la webcam de leur portable. Je ne donnerai pas de lien, cherchez-les vous-même. Et puis de temps en temps une bonne surprise. Le mauvais sujet repenti, par TheWilacoustic.

 

Enfin, le troisième cas m’est signalé par Nathalie, internaute de Lyon 7è. Elle note que ce couplet de Corne d’auroch, généralement présent sur les paroles imprimées, n’est pas chanté par Brassens.

On aurait pu croire, en l’voyant penché sur l’onde,
Qu’il se plongeait dans des méditations profondes,
Sur l’aspect fugitif des choses de ce monde…
Corne d’Aurochs.

C’était hélas pour s’assurer, ô gué, ô gué
Qu’le vent n’l’avait pas décoiffé, ô gué, ô gué

Une citation de Brassens sur l’autocensure tirée d’une interview pour conclure cette série.

Je m’autocensure en permanence. C’est de la prétention de ma part que de n’avoir aucune opinion définitive sur tout. Prétentieux, orgueilleux, je ne veux pas passer pour un con. Si j’étais plus simple, je serais plus heureux parce que je dirais n’importe quoi.

J’espère que cette série de devinettes vous a plu, on rattaque sur Mai 68 dans la prochaine série, car ce n’est qu’un début, continuons le combat.

Tous les thèmes