Mozart, Ein musikalischer Spaß

La chanson, art majeur ou art mineur IV. Archéologie d’une question 7/16
1234567899bis10111213141516

On fait une pause au milieu de notre enquête sous le capot de la poésie française, mais on garde le cap chronologique : on est à la fin du XVIIIè siècle. Vous voulez de l’art majeur ? En voilà. Du Mozart : si ce n’est pas majeur ça, allez vous abonner à un autre blog. Écoutez bien Ein musikalischer Spaß

 

Mozart à part, vous ne trouvez pas que c’est très mauvais ? En fait, cette œuvre est bel et bien composée par Mozart, mais il s’agit d’une parodie (Ein musikalischer Spaß veut dire Une plaisanterie musicale). Mozart y a glissé volontairement toutes les maladresses qu’il a pu imaginer, pour singer une sorte de compositeur incompétent, l’histoire est bien connue. Ce qui est amusant, ce que certaines « maladresses » inventées par Mozart devinrent plus tard des techniques autorisées, utilisées par Debussy ou Starvinsky par exemple, voir ici. Allez savoir ce qui est majeur ou mineur après ça…

Le métier de compositeur ne s’improvise donc pas. J’en ai moi-même fait la cuisante expérience, en tentant d’écrire un arrangement pour chorale d’Under my thumb des Rolling Stone. J’ai travaillé dur, à partir d’un arrangement pour piano, plusieurs heures chaque matin pendant quinze jours, fort de quelques notions de solfège, avec un petit clavier et une guitare. J’ai pondu une longue partition, et une chorale a accepté de chanter le machin. Comme c’est le seul que je n’ai jamais écrit, j’ai eu la chance d’entendre chanter mes œuvres complètes, et ça n’a pris que 5 minutes, le pied. J’ai trouvé ça pas mal à entendre, mais la chef de chœur m’a expliqué que ça avait été un enfer à monter : ça ne sonnait pas, la voix de soprano était trop aiguë, les phrases se terminaient mal, … Les chanteurs, tous bons musiciens, ont fait un peu à leur sauce. J’avais confié la partie de marimba de Brian Jones à l’alto, je n’ai pas osé lui adresser la parole pendant des semaines, la pauvre a dû endurer de longues séances de répétition à faire tourner en boucle « tu-tu-tu-tu-tu-tup », etc.

Tous les thèmes

Cake walk et ragtime

Les péchés originels du rock français 2/8
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 78

On se demandait dans le dernier post pourquoi le rock français était si nul (les fans de Noir Désir, Téléphone, Trust et autres Bérurier Noirs me pardonneront : je parle du rock français des années 1950-1960). Résumons : le Rock’n Roll nait aux États-Unis dans les années 1950, croisement de musique blanche (folk, country) et noire (blues, jazz), puis arrive jusqu’en France. Les Français seraient-ils incapables d’absorber une musique nouvelle ou étrangère ? Peut-être à cause de leur « identité », provenant à coup sûr de leurs ancêtres gaulois ?

barde

 En fait, l’histoire montre que les Français sont tout à fait capables d’absorber une musique étrangère. En 1899, Scott Joplin compose Maple Leaf Rag, pièce emblématique du ragtime, un genre musical combinant des éléments de musique occidentale (piano, harmonie) à des rythmes issus du cake walk, une danse d’esclaves noirs américains. Le succès d’édition de Maple Leaf est incroyable : la partition s’est vendue à plus d’un million d’exemplaires. Le succès du cake walk et du ragtime arrive jusqu’en France : Georges Mélies réalise un film Le cake walk infernal, et Claude Debussy lui-même compose du ragtime ! On regarde tout ça .

D’abord le Maple Leaf Rag de Scott Joplin, enregistrée par lui-même sur un piano mécanique.

 

Le Golliwogg’s Cakewalk de Debussy joué par Rachmaninoff lui-même.

 

Le cake walk infernal de Georges Méliès

 

En bonus, un ragtime d’Igor Stravinsky.

 

Alors, pourquoi Pierre Boulez ne composa-t-il pas un rock’n roll dans les années 1950 (il a certes collaboré avec Frank Zappa, mais bien plus tard) ? On en parle dans le prochain post.

Tous les thèmes