Georges Perec confiné

Cinq écrivains confinés 2/6

Aujourd’hui, un grand gourou d’Oulipo (moi, qui suis contraint, inscrirai son nom à la fin, G.P. suffira pour l’instant).

Confinons-nous (Roman d’Oulipo sur un virus, où nous lipogrammons)

Un virus ruinait maints pays : il diffusait, s’aggravait, tuait, ça faisait un bail qu’on n’avait vu ça. Confinons-nous dit Macron, un simili-roi. À la maison d’Anton, tout un chacun partit. Pas lui. Il y avait un journal, sur un bar un photomaton d’un amour d’avant, puis sur un frigo un album d’Aznavour, trois portraits : Barbara, Santana, Adamo.

Chacun y allait d’un truc, potion, cordial plus ou moins curatif… On crut d’abord au plan du Chinois Xi Jinping. Mais il avait tout contraint, dans la propagation du faux, pas bon pour nous. On consulta Raoult. Il dit : voilà, y a qu’à, avalons un machin, puis ça ira. Ça fit pshitt. On passa aux maths, calculant la proba d’un plus ou moins gros crash. Puis au go : un virus pris par shibori (ainsi qu’on dit à Tokyo, mais plutôt gǔn bāo à Canton) pouvait-il finir atari ou occis par shisho ? Tout ça donna nada, nothing, vacuum total.

Anton cogitait. Quoi ? Par la raison, on doit pouvoir savoir. Si un anticorps nous manquait, un dont la disparition (mot sibyllin) impliquât la situation ? Il trouva : dans coronavirus, il n’y avait pas d’ .

On l’y mit, puis ça alla. (‘fin j’crois).
_______________________

Georges Perec était un oulipien, adepte de contraintes formelles plus ou moins bizarres. Je vous ai servi un lipogramme en « e », dans la manière de son roman La disparition. Voir la série qu’on a déjà consacrée à l’Oulipo en chanson. Je vous propose comme chanson oulipienne Mousse d’Anne Sylvestre, où l’on peut entendre des vers de un pied !

Vous pouvez aussi aller revoir le billet consacré aux Mots bleus de Christophe, ici.

1 – Gustave Flaubert confiné
2 – Georges Perec confiné
3 – Jean Racine confiné
4 – René Goscinny confiné
5 – Jorge Luis Borges confiné
6 – Gustave Flaubert confiné (dans sa correspondance)

Tous les thèmes

Gustave Flaubert confiné

Cinq écrivains confinés 1/6

Pour tuer l’ennui du confinement, je me suis pris au jeu du pastiche. J’ai essayé d’imaginer comment cinq grands écrivains auraient traité cette époque bizarre. Pour commencer, Gustave Flaubert.

Un cœur confiné

C’était au Margouillet, hameau de Pontville, pendant le confinement. Le soleil couchant éclairait encore les terrasses ; et, cédant à la mode parisienne, Bonveau organisait un apéritif au balcon. L’annulation du second tour des élections municipales ayant laissé vacant un poste d’adjoint à la culture, il avait pensé déclencher un « buzz » en ameutant le hameau via sa messagerie Snapchat ; mais il ne s’y entendait pas, confondit son login et son password, si bien que personne ne reçut l’invitation et que seule se présenta la Thierriaz, qui avait récemment racheté la maison d’en face, une ruine prête à s’écrouler. Le fils Bonveau, qui aimait secrètement sa fille Louise, s’était arrangé pour qu’elle eût vent de la sauterie par un groupe Facebook de prière tibétaine soutenu par la gauche radicale.

La Thierriaz avait donné dans le syndicalisme, la biodynamie, le bénévolat, l’homéopathie, créé plusieurs Amap qui ruinèrent cinq paysans, avait une fois écrit un email à José Bové après une peine de cœur, flattait désormais un besoin racorni d’absolu dans le compostage des ordures et enjoignait à sa fille unique de ne point s’épiler les aisselles. Cependant que la nuit tombait, elle avalait à petites gorgées un vin naturel horriblement acide en écoutant Bonveau tonner contre l’ENA, les coiffeurs et les raccourcis clavier. Il avait fait fortune dans des incubateurs de start-up financés par la région, connaissait huit manières différentes de découper les volailles, ambitionnait à ce sujet d’écrire un traité pour rétablir le savoir-vivre et s’exaspérait de l’abolition de la méritocratie. Enfin, il croyait au libéralisme, mais Macron décourageait le pays par l’en-même-temps et le refus de donner une plus large extension aux expériences du professeur Raoult. Car s’il n’y prêtait pas foi lui-même, ayant passé l’âge des naïvetés, il y voyait un moyen de donner des gages au peuple sans aggraver le déficit, mot qu’il prononçait toujours d’un air grave en fronçant les sourcils. Par cette tirade, il pensait s’attirer une voix, voyait s’approcher la dignité de conseiller municipal et mille choses plus indéfinissables qui faisaient frémir son esprit déjà échauffé par un martini-on-the-rock servi par son épouse.

Elle avait préparé cinq cocktails différents, une multitude de zakouskis et des toasts de guacamole, ce que la Thierriaz désapprouva, la culture de l’avocat affamant les Indiens du Paraguay. Mme Bonveau ne le releva pas, pratiquant depuis une semaine « la positivattitude ». Elle accusait les albums du Père Castor que lui avaient offerts ses parents lorsqu’elle était enfant et un abonnement à Télérama de toutes les platitudes de son mariage, puis ayant enfin lu tout ce qui concernait le développement personnel, avait des prétentions à l’astronomie. Elle proposa à l’assistance de contempler les étoiles. Mais elle ne savait pas la différence entre Jupiter et la galaxie d’Andromède, croyait que la précession des équinoxes était causée par le grand pendule de Foucault, donna des explications si embrouillées sur les phases de la lune que Gonnot dut l’interrompre par ce qu’il croyait être un mot : « ma chérie, si tu continues ainsi, nous finirons tous mal lunés ».

Cependant, Louise était mollement accoudée sous la treille, ses cheveux clairs flottait dans l’air humide, et le vent entrouvrait son sari en pagne de Bouaké, une mode dont elle s’était entichée. Des rayons de lune frôlaient la douce échancrure des collines, et la bise dans la nuit était comme la respiration profonde de l’univers. Le fils Bonveau sentait s’épancher toute son âme dans son smartphone et il lui envoyait des sms. Il avait le nez en trompette, un air de pitre et quelque chose d’à la fois imbécile et profond dans l’expression. Après avoir étudié tous les usages des émoticônes, il se représentait en séducteur. Il essaya différentes sortes de smileys, passa aux chatons, aux parts de pizza puis s’enhardit jusqu’au poireau. « Crois-tu que nous nous verrons après le confinement ? ». Elle répondit en soupirant « Hé, si mon karma le veut ».

Mais le jour se levait déjà, et Bonveau, qui escomptait des pénuries et entretenait discrètement des relations avec plusieurs éleveurs du voisinage, était descendu dans sa cave. S’attendrissant sur lui-même tout en remplissant son congélateur de côtes-de-boeuf, il murmura : « j’ai trop bon cœur ».

____________
Pfou, quel boulot, j’espère que ça vous a plu, parce que c’est pas fini. Et j’ai presque oublié qu’il fallait une chanson … Je vous propose Madame Bovary, par Juliette Gréco.

1 – Gustave Flaubert confiné
2 – Georges Perec confiné
3 – Jean Racine confiné
4 – René Goscinny confiné
5 – Jorge Luis Borges confiné
6 – Gustave Flaubert confiné (dans sa correspondance)

Tous les thèmes