Henri Tachan

La chanson, art majeur ou art mineur VI. Musique classique, chanson, et réciproquement, 15/18
123456789101112131415161718

Henri Tachan nous propose aujourd’hui un petit tour d’horizon de la musique classique (en chanson). Mozart, Beethoven, Schubert et Rossini.

Tous les thèmes

Johnny chante sur du Beethoven

La chanson, art majeur ou art mineur VI. Musique classique, chanson, et réciproquement, 14/18
123456789101112131415161718

Aujourd’hui, Poème sur la 7è, sur une musique de Beethoven, par Johnny Hallyday. Les paroles sont de Philippe Labro. Cette chanson de 1970 est assez avant-gardiste, tant par le sujet abordé (l’écologie) que par la forme (parlé-chanté qui anticipe le slam).

Les mélomanes auront reconnu le Deuxième mouvement de la 7e symphonie de Beethoven.

Tous les thèmes

La sonate au clair de lune de Beethoven

La chanson, art majeur ou art mineur VI. Musique classique, chanson, et réciproquement, 12/18
123456789101112131415161718

En chanson, on entend parfois une citation classique subreptice. Dans Les bonbons de Jacques Brel, au moment de « sur le kiosque on joue Mozart », l’orchestre se prend pour Mozart un quart de seconde.

 

Dans Couché dans le foin, une chanson de Mireille et Jean Nohain, il y a un emprunt rapide à Carmen de Georges Bizet (sur « Hélas le métier de toréador », vers 1:02). Je vous propose une interprétation par Pills et Tabet. On aperçoit Jean Nohain au début de la vidéo.

Dans Il fait des …, l’une des 87 chansons écrites par Édith Piaf, Yves Montand nous fait entendre quelques passages classiques, dont un petit bout de la Sonate au clair de lune de Beethoven, c’est vers la fin.

J’en profite pour vous repasser l’excellent sketch de Bernard Haller.

Il est vrai que cette sacrée sonate se prête volontiers à toutes sortes de massacres. Au kazoo, Joël Van Der Mark.

Puisqu’on parle de Beethoven, je vous raconte un souvenir personnel. En cours de solfège, la prof nous demande pourquoi à la fin de la Cinquième symphonie, l’orchestre joue plusieurs fois l’accord de tonique. J’ai répondu : « parce que Beethoven était sourd ». On m’a viré de l’école de musique.

Meuh non, on ne m’a pas viré, personne n’a entendu ma bonne blague. Et la vraie réponse c’était plutôt que vue la colossale quantité d’énergie harmonique accumulée, il fallait résoudre plusieurs fois.

Tous les thèmes

Gainsbourg et le classique

La chanson, art majeur ou art mineur VI. Musique classique, chanson, et réciproquement, 11/18
123456789101112131415161718

Le compositeur de chanson française qui a le mieux exploité le répertoire classique est sans doute Serge Gainsbourg. Il a emprunté des musiques à Brahms, Beethoven, Dvořák, ou Chopin. Avec un talent assez incroyable pour repérer ce qui dans le répertoire ancien sonnera comme le dernier truc à la mode. On en reparlera plus longuement un de ces jours (en attendant, plus d’infos ici).

Je vous passe Jane B., paroles de Serge Gainsbourg, par Jane Birkin.

Et le Prélude, Op.28 No.4 de Frédéric Chopin, par Martha Argerich.

Tous les thèmes

D’accord, mais qu’est-ce que la musique classique ?

La chanson, art majeur ou art mineur VI. Musique classique, chanson, et réciproquement, 2/18
123456789101112131415161718

On l’a vu dans le dernier billet, la musique classique est plus facile à célébrer ou critiquer qu’à définir. Au sens le plus strict, la période classique est un bref moment de la grande musique occidentale, vers la fin du XVIIIè siècle, entre la musique baroque et la musique romantique, marqué par Haydn, Mozart et Beethoven.

Dans un sens plus large, le public définit la musique classique par certaines caractéristiques implicites, réelles ou supposées : musique officielle, nécessitant un long apprentissage, perfection, exigence technique primant sur toute autre considération, raffinement, musique non amplifiée, instruments anciens, fidélité rigoureuse à un répertoire figé. La musique classique est aussi perçue comme exempte de tous les vices de la musique : lascivité des musiques dansantes, facilité de la musique populaire, crétinisme des paroles des chansons de variété. Et surtout paresse de nos habitudes auditives, car écouter de la musique classique, ce n’est pas pour les paresseux. On se réjouis que ce soit si abstrus, on se flatte de son endurance. En tout cas, qu’on en écoute ou pas, on la respecte, un peu comme une religion qu’on ne pratique plus.

Les musicologues insistent quant à eux sur l’historicité du pilier véritable de la musique classique : le répertoire. La notion est en fait assez récente. Il semble que le premier compositeur qui ait eu l’idée de jouer le répertoire ancien était Beethoven au début du XIXe siècle. Il a en quelque sorte « inventé » la musique classique. Selon wikipedia, La passion selon saint Matthieu, de Jean-Sébastien Bach n’a pas été jouée entre sa création en 1736 et son exécution en 1829 par Felix Mendelssohn. Avant le XIXè siècle, les musiques étaient composées pour être jouées immédiatement, personne ne songeait à jouer de vieux trucs, ou n’imaginait que le truc du jour serait joué plus tard. Puisqu’on parle de la Passion selon Saint Matthieu.

Tous les thèmes

Elliot Smith, Beethoven et les Beatles

La dizaine des blogueurs 3bis/6
11bis22bis33bis456

Denis H. m’informe sur Facebook qu’une erreur s’est glissée dans le dernier billet. La version dépouillée de Because des Beatles est en fait une reprise par Elliott Smith, dans la bande originale du film American Beauty. Je vous la repasse avec quelques extraits du film.

Juthova m’indique dans un commentaire que la musique de Because est inspirée de la Sonate au clair de lune de Beethoven. En fait, la mélodie est inspirée de la fameuse sonate, mais jouée à l’envers. Et puisqu’on en parle, je vous passe le sketch de Bernard Haller, Le pianiste.

Tous les thèmes

Bach précurseur du métal ?

J.-S. Bach dans la chanson – 4/5
1 – 2 – 3 – 4 – 5

J’ai dit hier que Bach était l’un des moins chantant de nos grands compositeurs classiques. Je voulais dire que tout le monde peut siffloter un petit air de Mozart, de Beethoven, de Chopin ou de Brahms, parfois sans trop le savoir, ou en croyant que c’est une chanson de Serge Gainsbourg. Mais de Bach ? Peut-être le début de Toccata et fugue en ré mineur, BWV 565. Les plus mélomanes des geeks-de-moins-50-ans se risqueront au thème de l’Offrande musicale (on verra pourquoi dans une série consacrée à la chanson chez les geeks).  Le Prélude en Do majeur par lequel on a commencé cette série, on le reconnait, mais de là à le chanter, essayez pour voir, ça n’est pas commode.

Donc, si Bach n’est pas très « chanson », peut-être est-il très « rock » ? Oui, bien sûr. La parenté de Bach avec certains musiciens de hard rock a été mainte fois notée. Par exemple, le guitariste Eddie van Halen et son célèbre solo Eruption, qui a fait date pour sa technicité. La parenté est soulignée dans la première vidéo. La deuxième donne le solo en entier, préparez vous à 10 minutes de son brut. Van Halen s’inspire-t-il de Bach, ou ayant fait face aux mêmes contraintes, est-il parvenu aux mêmes solutions ? Débat ouvert, avis aux musicologues.

Et une petite devinette : qui pourrait donner une chanson française qui cite le nom du guitariste Van Halen ? Ça existe, mais la solution sera donné bien plus tard quand on fera une petite série sur le solfège… (Solution : ici !)

Tous les thèmes