Tube

Expressions et mots venant de la chanson : les sources et les robinets 1bis/13
11bis234567899bis1010bis111213

Point sur les premières propositions des lecteurs. Diego me propose gendarmicide, due à Brassens dans Hécatombe (déjà passée ici). On reparlera de Brassens dans la série. Diego me propose aussi attachiant, qui a paraît-il été inventé par le parolier Pierre Delanoë pour désigner Joe Dassin. Je range ces mots dans la catégorie des néologismes, mais un mot vous me direz, c’est juste un néologisme qui a réussi…

Diego encore, ainsi que Nadia (de Meylan) me proposent le mot « tube » dans le sens de chanson ayant du succès. Cet usage du mot tube a été inventé par Boris Vian. Le tube désignait le cylindre sur lequel les chanson étaient gravées, tout en évoquant l’idée du creux et de la circulation. À ma connaissance, Vian  n’a pas fait usage du mot tube dans ses paroles de chansons. Nadia ajoute que le nom du site Youtube pourrait se rattacher au tube au sens de Vian… Je n’ai pas trouvé d’élément probant !

Pour célébrer le mot tube, Je vous propose Le tube de toilette, de Boby Lapointe, avec la complicité de Pierre Doris, sur le site de l’Ina, ici.

Tous les thèmes

Henri Salvador n’est pas le plus grand bluesman français

Qui est le plus grand bluesman français ? 7/8
11bis233bis44bis5677bis8

On a peut-être fait fausse route. Peut-être qu’il n’y a pas de blues français, tout simplement. Parce qu’il n’y a pas de champs de coton en France, parce qu’il n’y a qu’une très ancienne Orléans. Et on n’a pas de descendants d’esclaves noirs… mais si on réfléchit, il y a bien des descendants d’esclaves noirs en France, à la Guadeloupe, à la Martinique, etc. Si c’est là qu’il fallait chercher le plus grand bluesman français ?

J’ai un peu cherché dans cette direction, c’est une fausse piste. Pourquoi les Antillais feraient-ils du blues d’ailleurs ? Pointe-à-Pitre est à 2000 km de la Nouvelle-Orléans et on ne demande pas à Cabrel de chanter de  l’Occitan ou à Johnny du belge. Et puis les Antilles françaises ont inventé la biguine et le zouk. Voilà ce qu’écrit Bertrand Dicale sur le zouk dans son Dictionnaire amoureux de la chanson française.

[…] cette musique inventée à Paris par trois Guadeloupéens (Jacob Desvarieux et les frères Pierre-Édouard et Georges Décimus) va conquérir le monde, influencer durablement les musiques urbaines d’Afrique, de l’océan Indien et des Amériques latine et centrale, et pourtant ne sera considérée en France que comme une fantaisie pour dancing d’arrière-plage, quelque part dans les années 80. […] Alors on préfère ne pas percevoir qu’une révolution musicale porte la nationalité française. Et finalement, le reggae de Bob Marley est plus aisément soluble dans la culture française.

C’est vrai Monsieur Dicale : la France invente le zouk, chante son hymne national en reggae, mais ne parle que de blues ou de java dans les paroles de ses chansons, allez savoir pourquoi. Si vous vous intéressez aux Antilles et à la chanson française, je vous recommande l’émission de Benoit Duteurtre du 11 novembre 2017, avec comme invité Pascal Légitimus, en réécoute ici.

Il y a quand-même un célèbre blues, chanté et composé par un Antillais d’origine. Blouse du dentiste, musique de Henri Savador, paroles de Boris Vian. On reconnaît le genre parodique propre aux débuts du rock en France (voir notre série sur ce sujet, ici). The genius, Ray Charles en personne, n’en veut pas du tout au bon Henri.

Quel farceur vous faites Monsieur Salvador. Sans ça, vous seriez sûrement devenu le plus grand bluesman français. Et puis voilà du blues. Brownie McGhee, Pawn Shop Blues.

Tous les thèmes

Claude Nougaro n’est pas le plus grand bluesman français

Qui est le plus grand bluesman français ? 1/8
11bis233bis44bis5677bis8

Nous démarrons un jeu de piste pour Noël, en quête d’un mythe de la chanson française. Elle n’en manque pas, le Jardin aux chansons qui bifurquent en a déjà abordé quelques-uns. Comme le Gitan (voir ici) : libre et farouche. Puisse sa liberté libérer notre chanson. Et puisse notre chanson nous faire gagner l’amitié si précieuse et redoutable du manouche.

Ou encore Verlaine (voir ici). On glisse son nom dans des paroles plus que celui d’aucun autre poète. On implore sa légèreté, on la supplie de dissoudre dans l’air notre chanson grise… Ça marche des fois. On a abordé des mythes d’importance moindre comme Jean-Sébastien Bach (ici), la « société » (ici), ou les scientifiques (ici).

D’accord, tout ceci est bien mythique. Mais quel style de musique est mythique ? Le menuet ? Non, Johnny Hallyday n’a pas écrit « toute la musique que j’aime, elle vient de là, elle vient du menuet ». La sonate ? Non, dans Starmania, il n’y a pas de Sonate du businessman. L’oratorio ? Non, Michel Jonasz n’a pas écrit « Enfant noir, femme de Toulouse, tous ceux qui chantent I was born to loose, on est des joueurs d’oratorio ». La fugue ? Non, Henri Salvador et Boris Vian n’ont pas écrit une Fugue du dentiste. L’opéra ? Non, Eddy Mitchell n’a pas chanté le Lèche-bottes opéra.

Vous l’avez compris, ce genre mythique, c’est bien sûr le blues. Un seul autre style peut lui être comparé (comme grand mythe de la chanson française s’entend) : la java.

Le blues et la java : je pense que ce sont les deux styles musicaux les plus souvent cités dans les paroles de chansons, voire même dans les titres de chansons… Deux pôles opposées. La java, c’est une référence purement nationale, une sorte de camembert originel franchouillard, à la fois paradis perdu et destination fatale d’un perpétuel retour aux sources. On parlera de java une autre fois, car là, on s’intéresse au blues.

Le blues est pour la chanson française un élément à la fois étranger, amical, authentique et pur, un art mineur qui ensemence un autre art mineur (la chanson française) pour le magnifier. Écoutez, c’est dit presque explicitement dans la chanson d’aujourd’hui. Claude Nougaro, Bleu, blanc, blues.

Mais je vous avais promis un jeu de piste, et je ne fais que parler… Le voilà : on cherche le plus grand bluesman français. C’est qui ?

Monsieur Nougaro, ce n’est pas vous, parce que Bleu, blanc, blues, ce n’est pas du blues, tout simplement. Sinon vous seriez sûrement le plus grand bluesman français. Sinon, voilà du blues. Big Bill Broonzy, In the evening (when the sun goes down).

Tous les thèmes

Fais-moi mal

Les péchés originels du rock français 4/8
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 78

Dans toute la production assez médiocre des débuts du rock français, je n’ai trouvé qu’une chanson qui surnage un peu et dont la gloire nous soit parvenue. Fais-moi mal Johnny, musique d’Alain Goraguer, paroles de Boris Vian, chantée par Magali Noël. C’est parfois rangé dans le rock, ce qui est défendable bien que l’orchestration soit plutôt jazzy. Et puis c’est encore plus ou moins parodique.

 

Si vous voulez vous construire votre propre playlist, je vous suggère la page wikipedia sur les débuts du rock français, j’y ai puisé pas mal d’infos, et vous verrez que j’ai fait l’impasse sur les « yéyés » (Johnny, etc, on parlera d’eux dans une autre série). Ici.

Tous les thèmes

 

 

 

Cording, Bike et Sainclair : rockeurs

Les péchés originels du rock français 3/8
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 78

On a vu dans le dernier post avec le ragtime que la France était parfaitement capable d’accommoder une musique étrangère. Le ragtime n’a pas pour autant marqué  la musique populaire française, on aurait pu prendre des exemples bien plus probants dans la chanson : Charles Trenet qui arrive même à faire swinguer Verlaine (voir ici), ou les Double Six avec le jazz (voir notre série sur le Vocalese, ici), ou même plus récemment le rap. Mais le rock, au départ, ça a donné ça.

Non mais quelle daube (et pour rappel, le rollmops, c’est du hareng roulé et mariné dans une sorte de saumure).  Qui chante ? Qui a écrit les paroles ? Et la musique ? Sûrement de pauvres nazes aujourd’hui bien oubliés. Effectivement, avez-vous entendu parler du chanteur Henry Cording, du compositeur Mig Bike, et du parolier Vernon Sinclair ?  Peut-être pas, mais sous ces trois pseudonymes se cachent respectivement Henri Salvador, Michel Legrand et Boris Vian ! Donc, c’est clair, ils se fichent de nous les vilains garnements, et ils n’osent même pas mettre leur vrai nom. Voilà le péché originel : le rock n’a pas été pris au sérieux. Il faut dire que dans ces années 1950, c’est pas génial le rock. Écoutons Rock Around The Clock de Bill Haley, l’un des tous premiers tubes de rock (regardez bien la vidéo, il y a même un accordéon derrière, et si vous voulez savoir ce que veut dire marquer les temps 2 et 4, regardez bien les petites filles qui tapent dans leurs mains).

 

C’est plein d’entrain, mais musicalement, après un demi-siècle de Ragtime, de Blues, de Swing, de Stride, de Be Bop, ça n’est vraiment pas une révolution. On dirait plutôt à une tentative de tirer le dernier jus commercial du jazz avant de passer à autre chose. Rien de très innovant. Pourquoi s’intéresser à cette mode passagère ? Surtout dans cette France qui a dominé la musique légère pendant des décennies avec les opérettes (par exemple Offenbach…), et dont les chanteurs populaires comme Maurice Chevalier ou Édith Piaf sont des stars planétaires dans ces années 1950.

Le rock de la fin des années 1950 c’est trois accords de blues, un rythme syncopé avec appui sur les temps 2 et 4, le tout chanté trop vite et trop fort pour de jeunes babyboomers à peine adolescents. Voilà, rien du tout. Évidemment, c’est sa vacuité même qui est pleine de promesses : c’est une page blanche, un cadre d’une surprenante plasticité où Bob Dylan allait pouvoir déverser de la poésie, les Beach Boys de la polyphonie, les Rolling Stones de la révolte, et les Beatles tout, et en particulier n’importe quoi. Etc. En 1960, il aurait fallu une sacrée boule de cristal pour deviner que le rock n’allait pas finir aux oubliettes, allongeant la litanie des musiques à danser et autres coups commerciaux sans lendemain : twist, jerk, smurf, tecktonik…

Tous les thèmes

Est-ce la bonne ?

Homme au féminin, Femme au masculin 4/5
1 – 2 – 3 – 3bis – 45

Finalement, pourquoi devrait-on être une femme pour chanter une chanson de femme ? Parce que zut, Jacques Brel est-il un soir d’été ? Georges Brassens est-il fossoyeur ? Est-il pas du tout l’antéchrist ? Claude Nougaro est-il sous mon balcon ? Georges Guétary est-il Robin des Bois ? Alain Souchon a-t-il dix ans ? Est-il carrément méchant ? Et est-il bidon ? Johnny Hallyday est-il l’idole des jeunes ?  Joseíto Fernández est-il un homme sincère ? Allain Leprest est-il nu ? Léo Ferré est-il un chien ? Michel Sardou est-il pour ? Serge Lama est-il malade ? Les Beatles sont-ils le morse ? Boris Vian est-il snob ? Johnny Hess est-il swing ? Claude Barzotti est-il rital ? Renaud est-il une bande de jeunes à lui tout seul ? Elíades Ochoa est-il charretier ? Robert Charlebois est-il reparti sur Québec Air ? Aznavour est-il un homme (oh, comme ils disent) ? Serge Gainsbourg est-il un homme (à tête de chou) ? Est-il poinçonneur ? Et est-il venu me dire qu’il s’en allait ? Daniel Balavoine est-il pas un héros ? Et est-ce qu’il s’appelle Henri ? Michel Polnareff ou William Sheller sont-ils fous de nous ? Claude François est-il mal aimé ? Bigflo et Oli sont-ils ?  Alors pourquoi ne chanteraient-ils pas des chansons de femmes ?

Mathieu Rosaz livre une belle contribution au débat, avant de reprendre Si la photo est bonne, de Barbara.

Mathieu Rosaz a bien raison : la chanson n’est pas simple à reprendre pour un homme. Mais pourquoi se l’interdire, car finalement, si l’interprète devait vraiment coller au personnage de la chanson, et bien pour chanter Si la photo est bonne, il faudrait non seulement être une femme, mais en plus être une authentique femme de président. Quelle idée ridicule, vous voyez Tante Yvonne chanter du Barbara ? Quoique …

 

Tous les thèmes

 

 

 

Quel micmac

L’énigme A.D. 7/7
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 67

Voici l’heure tant attendue de la solution. Quel est ce lien secret entre Vian, Gainsbourg, Brassens, Nougaro, Barbara et Magny ? La page wikipedia de Colette Magny donne un sérieux indice : les six ont donné leur nom aux salles du département chanson de l’École Nationale de Musique de Villeurbanne… Pas facile à trouver, sauf si vous y avez été élève ou professeur, désolé pour cette énigme un peu tirée par les cheveux. L’ordre, c’est tout simplement l’ordre dans lequel se trouve les salles dans le couloir. Pourquoi énigme A.D. alors ? A.D. pour Antoine Duhamel bien sûr, fondateur de l’école, compositeur de nombreuses musiques et de quelques chansons, comme par exemple Mic et Mac, chanson du film Pierrot le Fou de Jean-Luc Godard, interprétée par Anna Karina.

Tous les thèmes

Colette Magny

L’énigme A.D. 6/7
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 67

Dernière partie de l’énigme, avec Colette Magny. C’est la moins célèbre de tous les chanteurs et chanteuses vus jusqu’ici: Vian, Gainsbourg, Brassens, Nougaro, Barbara. C’est d’ailleurs la  première fois qu’on parle d’elle dans ce blog (mais pas la dernière). Pourquoi n’y a-t-il pas Brel, Ferré ou Trenet dans l’énigme ? Je n’ai pas la réponse, tout cela ne dépend pas de moi. Vous pouvez découvrir la vie intéressante de Colette Magny sur wikipedia, et vous y trouverez peut-être même la solution de l’énigme si vous lisez bien tout ! Solution dans le prochain post. D’ailleurs, si vous l’avez résolue, vous pouvez encore chercher pourquoi elle s’appelle « énigme A.D. ». En attendant, Colette Magny en live dans Basin street blues.

Tous les thèmes

Sa plus belle histoire d’amour c’est nous

L’énigme A.D. 5/7
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 67

Christelle, internaute de Villeurbanne, suggère que les initiales A.D. désignent Adolphe Danhauser, auteur du best-seller Théorie de la Musique, paru en 1872 et toujours recommandé par les professeurs de solfège. Bien essayé, mais ça n’est pas la bonne réponse.

On cherche donc toujours le lien secret unissant Boris Vian, Serge Gainsbourg, Georges Brassens, et Claude Nougaro (dans cet ordre). Ce sont tous des hommes ? Oui, mais ça n’est pas ça le lien secret, puisque la suivante, c’est Barbara,  Ma plus plus belle histoire d’amour c’est vous.

Tous les thèmes

La pluie fait des claquettes

L’énigme A.D. 4/7
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 67

On ne peut pas dire que l’énigme inspire beaucoup, les rares tentatives de résolution buttent sur un mur… Comme je l’ai dit, on peut être très compétent et pourtant dans l’impossibilité de trouver (voilà, disons-le : l’énigme est mal foutue). Sinon, je vous avoue que je surveille de temps à autre les statistiques de fréquentation du blog, et j’ai remarqué un pic de fréquentation chaque lundi. C’est pas beau de regarder le blog au bureau …

L’indice du jour découle de ceux des jours précédents. Si la solution de l’énigme ne se cache ni dans les paroles ni dans la musique, alors ou bien elle niche dans un endroit bizarre (avez-vous contrôlé la septième lettre de l’URL de chaque lien et la racine carrée de la durée des vidéos exprimée en quart de siècles ?).  Ou bien tout simplement, le lien provient des chanteurs. D’ailleurs, c’est Claude Nougaro aujourd’hui. Vous vous souvenez  de la longue série qu’on a consacré à ses compositeurs (ici) ? Aujourd’hui, on écoute l’une des rares chansons qu’il a composée lui-même, La pluie fait des claquettes. Méfiez-vous de la liste des chansons de Nougaro sur wikipedia à propos : elle donne des compositeurs qui ne sont pas ceux indiqués sur le site de la Sacem.

Tous les thèmes