Encore un peu de The Who

Quand le rythme devient envahissant 6/6
1 – 2 – 3 – 4 – 56

Pour conclure cette série sur le rythme envahissant, on revient au point de départ de la série : The Who, et son batteur Keith Moon. Lorsque Mick Jagger s’est retrouvé en prison pour une sombre affaire de stupéfiants, quelques artistes publièrent pour le soutenir des reprises des Stones. The Who se fendit d’une version très spéciale d’Under My Thumb, chanson qu’on a déjà rencontrée dans ce blog dans notre série sur le féminisme et le sexisme, ici.
Alors que la version originale tient debout par le contraste entre l’ostinato entêtant du marimba de Brian Jones et le chant syncopé de Mick Jagger, la version de The Who sonne un peu amateur et se tient tout entière par la batterie littéralement hors de contrôle de ce cher Keith… On notera aussi le traitement très spécial des chœurs, une autre spécificité de The Who, dont on reparlera quand j’y aurai compris quelque chose. Tout ça donne un je ne sais quoi de frais et d’humoristique à cette version.

Pour comparer, l’original des Stones :

 

Tous les thèmes

Jacques Villeret, batteur

Quand le rythme devient envahissant 5/6
1 – 2 – 3 – 4 – 56

Encore un peu de rythme décalé. Cette fois-ci, la mise en place est parfaite, le volume est bien ajusté, mais il y a un petit truc qui cloche avec le batteur. Je vous laisse le découvrir, ça vaut vraiment le coup, ne vous laissez surtout pas rebuter par la première minute. Jacques Villeret, au meilleur de sa forme, batteur dans le Boléro de Maurice Ravel.

Tous les thèmes

Vos gueules les grosses caisses

Quand le rythme devient envahissant 4/6
1 – 2 – 3 – 4 – 56

Croyez moi, ça n’est pas si simple de trouver de belles vidéos de musique avec un rythme envahissant, inapproprié ou décalé. Aujourd’hui, c’est le pompon : La Répétition, tirée de Vos gueules, les mouettes ! film comique de Robert Dhéry, 1974. On y retrouve presque au complet Les Branquignols, troupe de musiciens et d’acteurs comiques, vivier où se formèrent bien des vedettes des années 1950 à 1970.

Sur la vidéo, vous trouverez le plus invraisemblable bastringue : Jacques Tornade à la grosse caisse, Christian Duvaleix au piano, Jacques Legras à la gaufrette, Pierre Mondy en Louis XII. Et la magnifique Micheline Dax, jouant à jouer Anne de Bretagne (savez-vous d’ailleurs qu’Anne de Bretagne est la seule reine de France à avoir été reine deux fois, comme épouse de Charles VIII, puis de Louis XII ? C’est indispensable à savoir si vous passez à Question Pour Un Champion, on en reparle, il y a une petite série prévue sur ce jeu, si si je vous assure).

La vidéo est un peu longue, la musique proprement dite commence à 1min25s. Tiendrez vous les 10 minutes ? C’est là que vous saurez si vous êtes un vrai cinéphile.

 

D’ailleurs, on  trouve sur wikipedia, quelques appréciations mitigées sur le film, comme quoi les critiques n’avaient aucun goût à l’époque :
« On aime bien les Branquignols, mais leur humour, ici, est passablement lourd et déplacé. » Jacques Siclier, Le Monde, 2 février 1997

Tous les thèmes

Le tambourin d’Elvis

Quand le rythme devient envahissant 3/6
1 – 2 – 3 – 4 – 56

Encore un peu de rythme à côté de la plaque. Avec la grande vague rock des année 1960, Elvis Presley s’est retrouvé un peu démodé. Son impresario, le colonel Parker, organisa un « come back » en 1968, sous forme d’un show de Noël à la télévision, préfiguration des fameuses sessions « unplugged » de MTV. Ce fût un succès retentissant, on trouve tout ça sur youtube. Un certain Lance LeGault, acteur ayant sympathisé avec Elvis sur des tournages quelques années auparavant, fut autorisé à jouer un peu de tambourin sur une chanson. Il resta tout le concert. Si vous y prêtez attention, vous le verrez assis sur le côté, avec son faux air de Michael Caine et son petit tambourin énervant. Séquence culte comme dit le souverain poncif.

Un grand merci à Gilles, bibliothécaire itinérant, pour m’avoir rapporté cette étrange histoire. D’abord Thats alright mama, beau numéro de charme. Et puis Blue Suede Shoe’s, le plus vénérable standard du rock’n roll, où le tambourin est tout spécialement inadapté.

 

Tous les thèmes

2 minutes pour comprendre

Quand le rythme devient envahissant 2/6
1 – 2 – 3 – 4 – 56

Je crains qu’avec les vidéos du post précédent, vous n’ayez pas vraiment saisi ce que je voulais dire par « la batterie prend trop de place ». François Pérusse nous explique ça très bien dans l’une des ses « capsules » (= petit sketch audio) tirée de la série Les 2 minutes du peuple. Et merci à Alex pour m’avoir signalé ce lien. Le batteur.

Tous les thèmes

Keith le dingue

Quand le rythme devient envahissant 1/6
1 – 2 – 3 – 4 – 56

À partir d’aujourd’hui, on parle d’équilibre, ou plutôt de déséquilibre. En musique, chaque instrument doit occuper sa place, ni trop ni trop peu. Avant un concert, c’est lors de la séance de « balance » qu’on règle le volume des différents instrument afin que se produise le « mix ». Mais il y a un instrument qui a toujours du mal à se contrôler : la batterie. On va en voir quelques exemples au cours des prochains jours.

On commence avec l’un des plus grands batteurs de toute l’histoire du rock, Keith Moon, de The Who, grand groupe de rock, actif de 1964 à nos jours. Keith était surnommé « Moon the loon » (= « Moon le dingue »), et comme on va le voir, il prenait beaucoup de place. Je vous laisse naviguer sur la toile pour découvrir sa triste vie, conclue par une overdose en 1978. Je vous propose trois vidéos.

La première est un show à la télévision anglaise, de 1968. C’est probablement un playback, mais vous noterez la présence incroyable d’une simple petite paire de claves (claves = deux bâtons qu’on frappe l’un contre l’autre). Essayez d’en faire autant ou, si vous aimez le solfège, essayez de repiquer ce petit chef d’œuvre de rythme pour voir. Vous pouvez aussi jeter un œil à Pete Townshend, le guitariste du groupe avec son célèbre moulinet du bras droit. Magic Bus.

La deuxième vidéo vient aussi d’un célèbre show télé, où Keith Moon a mis dix fois la dose d’explosif prévue pour faire exploser sa batterie à la fin. Il parait que Pete Townshend, est resté sourd d’une oreille suite à l’incident. My generation.

La troisième vidéo, c’est juste pour le plaisir : notre Magic Bus en live devant plus de 600 000 spectateur, lors de l’un des plus grands concert de rock de tous les temps, le concert de l’Île de Wight en 1970.

 

 

Tous les thèmes

Quelques mots d’amour

Michel Berger et Véronique Sanson 7
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 5bis – 67

Épilogue : Ça y est, on a raconté l’histoire de Michel et Véronique. On a surtout vu Véronique, les hasards de la programmation sans doute…  à moins que je n’ai un penchant pour les chanteuses. Pour rétablir la balance, une petite dernière de Michel, qui était très mignon lui aussi. Quelques mots d’amour.

 

Tous les thèmes

S’envoyer des chansons

Michel Berger et Véronique Sanson 6
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 5bis – 67

Épisode 6 :  Véronique et Michel ne se revirent pas beaucoup après leur rupture. Véronique raconte qu’ils s’écrivaient des chansons comme d’autres s’écriraient des lettres. La vidéo est un peu longue, si vous ne voulez pas tout voir, regardez au moins vers 5min30s.

 

Tous les thèmes

Marquise

Michel Berger et Véronique Sanson 5bis
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 5bis – 67

On abandonne Michel et Véronique juste pour aujourd’hui, afin de donner la réponse à la dernière énigme. On retrouve nos amoureux demain. Bravo à Nathalie et NP qui ont donné la solution, et merci à Mathilde pour ses suggestions. Rappel, on cherchait une chanson dont les paroles sont écrites par deux auteurs ayant chacun écrit une partie bien distincte et identifiable, comme Message Personnel, voir ici.

Mathilde nous propose La dame Brune, et a été jusqu’à vérifier sur le site web de la SACEM que les paroles sont bien écrites par Barbara et Georges Moustaki. Beau professionnalisme (il n’y a plus qu’à mettre tout ça dans les commentaires du blog pour faire buzzer le schmilblik). Toutefois, bien que la chanson soit écrite comme un dialogue, il n’est pas certain que chaque auteur ait écrit sa propre partie. Ou alors, on pourrait citer Vieille canaille, par Serge Gainsbourg et Eddy Mitchell sinon… Peut-être quelqu’un peut-il apporter une preuve irréfutable dans un sens ou l’autre ?

Ma solution (trouvée par Nathalie et NP donc) est Marquise, une mise en musique par Georges Brassens de stances de Corneille, suivi d’une réponse de Tristan Bernard, écoutez bien, vous saurez facilement qui a écrit quoi !

Tous les thèmes

 

Vancouver

Michel Berger et Véronique Sanson 5
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 5bis – 67

Épisode 5 : Pendant que Michel Berger faisait une brillante carrière de compositeur, producteur, auteur et interprète, Véronique Sanson développait son talent en Amérique au contact de son mari et de la fine fleur de la pop-music. Mais son public restait essentiellement français. Je vous propose deux versions d’une chanson de cette époque, Vancouver. Le live donne une impression un peu curieuse, comme si Véronique courait après sa chanson. Elle avait peut-être bu un petit de coup de trop ?

Sinon, vous êtes en train de lire le 100è post de ce blog. Non mais quel boulot à la fin.

Tous les thèmes