Bien manger et bien boire : un art majeur

La chanson, art majeur ou art mineur V. Les nanards de la chanson, 2

En fait, le Jardin aux chansons qui bifurquent a déjà exploré quelques chansons nanards. J’suis pas rassuré de Zambla, Terre, tu peux compter sur moi par les Enfants du phare, la Bamba triste de Pierre Billon, Autoroute A6 de Mario d’Alba, Je t’aime moi non plus magnifié par l’Ensemble vocal Garnier. On a aussi passé Florence Jenkins, la cantatrice qui chante faux. Tous ces artistes ont atteint des sommets, merci à eux. Mais on a oublié le grand Patrick Topaloff, et son tube J’ai bien mangé, j’ai bien bu.

C’est l’un des plus grands succès des disques Flèche, le label créé par Claude François. Les mauvaises langues disent que Claude François voulait lancer des chanteurs le moins glamour possible pour rester au top par contraste… Vile calomnie, puisqu’Alain Chamfort a été produit par les disques Flèche, en contradiction totale avec cette théorie du complot. On notera sur la vidéo que Patrick Topaloff sait bien battre la mesure, tout comme Pierre Billon, déjà passé dans le blog. Allez, je vous la remets quand même cette bamba, plus grande chanson-hon de tous les temps dans mon petit Panthéon. La bamba triste.

Tous les thèmes

Florence Jenkins

Chanter faux 2/6
12344bis56

Impossible de parler de fausses notes sans évoquer Florence Foster Jenkins. Cette cantatrice américaine était incapable de chanter juste ou en rythme. Deux films lui ont été consacrés récemment : Marguerite, et Florence Foster Jenkins. Grâce à sa fortune et à sa passion, elle a fait une authentique carrière, culminant lors d’un célèbre concert au Carnegie Hall le 25 octobre 1944. Elle avait un public nombreux et fervent. Il paraît que Caruso lui-même l’admirait (voir plein d’autres infos ici). Elle disait : « Les gens pourront toujours dire que je ne sais pas chanter, mais personne ne pourra jamais dire que je n’ai pas chanté. » L’air de la reine de la nuit, dans la Flûte enchantée de Mozart, par Florence Jenkins.

C’est complètement faux, c’est arythmique, mais j’aimerais bien avoir ces aigus (même s’ils ne sont pas tout à fait assez aigus). Et puis comme toujours avec les choses bizarres ou inhabituelle, si on se force à écouter un peu, on finit par trouver quelques vertus au machin. Si vous êtes chanteur, essayez de chanter comme Florence Jenkins, ça n’est pas si simple. Si vous êtes musicien, essayez de repiquer exactement ce qu’elle chante, ça n’a rien d’évident, elle chante des notes nouvelles, c’est une musique tout à fait créative. En tout cas, que votre musique plaise ou non, bravo Mme Jenkins, vous n’avez pas eu peur de chanter !

Tous les thèmes