Variations sur un prélude (de Bach)

J.-S. Bach dans la chanson 17/19

On explore aujourd’hui un peu plus le célèbre Prélude en do majeur, premier morceau du Clavier bien tempéré, déjà vu dans le billet précédent. Pour commencer, le pianiste Lang Lang nous explique quelques enjeux liés à son interprétation.

Encore Lang Lang. Son idée de respiration, je parie que ça a dû parler à Michel Jonasz qu’on aperçoit sur la vidéo …

On l’a déjà vu dans le billet précédent, le premier prélude de Bach a été beaucoup décliné. Il aurait inspiré Fuir le bonheur, de Serge Gainsbourg. Par Jane Birkin. Il y a bien une parenté, mais c’est quand même bien trafiqué.

Alexandre Astier, qui a consacré tout un spectacle à Bach, en a proposé une version au rythme un peu tordu. Amateurs de solfège, c’est du 15/16. Pour ceux qui ne comprennent pas ce que ça veut dire, retenez que c’est bancal mais que c’est fait exprès.

On entend le prélude dans Repent Walpurgis de Procol Harum, vers 3:00 sur la vidéo. Ça fait quand même un peu il y a un cheveu dans la soupe.

La version de Jacques Loussier. Je n’ai pas trouvé de version d’Edouard Ferlet, ça aurait été intéressant ce comparer leurs approches…

L’Ave Maria de Gounod est basé sur ce prélude, et d’après le site cover.info qui m’a bien aidé à préparer cette série, on en trouve 130 reprises : pop, chanson, variété, etc.

Par Tino Rossi, c’est pas mal du tout.

Par Bing Crosby.

Même Stevie Wonder s’y est collé.

On passe au kitch. Qui a eu l’idée de mettre la ligne de basse de Stand by me ? Et de mettre Johnny sur le coup ?

Et puis le spécialiste de Bach en variété. Dave, Marie mon rêve.


Pour finir, les meilleurs. Präludium und Fuge Nr. 1 C-Dur BWV 846. The Swingle Singers. À écouter ici.

1 – Un flingueur nommé Jean-Sébastien Bach
2 – Un tube de Bach
3 – Bach demeure dans un camion
4 – Encore du Bach par Frida Boccara
5 – Bach jazzman
6 – Bach swingue
7 – All you need is Bach
8 – Blondie is Bach
9 – Un métaleux appelé Bach
9bis – Bach, cet inconnu
10 – Bach popstar
11 – American Tune
12 – Un geek appelé Bach
13 – Un crabe appelé Bach
14 – Une fugue pas de Bach
15 – Bach s’invite chez les Le Forestier
16 – Maurane vs Gould
17 – Variations sur un prélude (de Bach)
18 – Un blagueur nommé Glenn Gould
19 – Répliques

Tous les thèmes

Un geek appelé Bach

J.-S. Bach dans la chanson 12/19

On reprend aujourd’hui un billet de la série qu’on a consacrée au geeks en chanson. Car Jean-Sébastien Bach est le compositeur préféré des geeks ! Allez découvrir sur YouTube le nombre impressionnant de vidéos de musiques de Bach sur des images plus ou moins scientifiques.

Outre la complexité combinatoire de sa musique, la popularité de Bach chez les geeks provient d’un best-seller paru en France en 1985, Gödel, Escher, Bach : les Brins d’une Guirlande Éternelle de Douglas Hofstadter. Ce livre rapproche les structures autoréfentielles apparaissant dans la preuve du théorème de Gödel, la musique de Bach et les dessins de M.C. Escher. Sont oubliées les boites de Vache qui rit, qui contiennent le dessin d’une boite de Vache qui rit, et ainsi de suite à l’infini (c’est ça l’autoréférence, que nos amis littéraires appellent pompeusement mise en abyme, expression honnie du geek et du consommateur de Vache qui rit).

Le théorème de Gödel affirme que pour tout système formel de preuves suffisamment riche, il existe un énoncé vrai et pourtant non prouvable. La démonstration repose sur une manière astucieuse d’écrire dans le système considéré un énoncé un peu similaire à « cet énoncé est faux », qui, si on arrive à le prouver fait s’écrouler tout le système (parce qui si il est vrai, alors il est faux, donc il est vrai, etc). En bonne logique, la prouvabilité de l’énoncé menant à une contradiction, la seule possibilité est que l’énoncé n’est pas prouvable.

Cette phrase qui parle d’elle-même (autoréférentielle donc) est comparée à une musique de Bach où des suites de modulations nous font quitter la tonalité de départ pour finalement y revenir, ce qui crée une sorte de boucle infini. Le procédé est assez anecdotique, mais il est utilisé dans le Canon perpétuel, un passage de l’Offrande Musicale, œuvre magistrale écrite à la fin de la vie de Bach, une sorte de testament. La comparaison est un peu exagérée peut-être, son plus grand mérite étant probablement d’avoir fait connaître Bach à un public qui ne s’y serait pas intéressé sans ça. Je me demande combien de geeks ont écouté l’Offrande Musicale à cause du livre de Hofstadter (j’en fais partie). Du reste, nombreux sont les chercheurs en informatique fondamentale qui ont été marqués par ce livre en leur prime jeunesse.

On écoute Canon perpetuus.

Voilà ce qu’en pense la chanteuse Camille.

Je vous propose aujourd’hui le Ricercare à 6 voix. Il s’agit d’un sommet dans l’art du contrepoint : six lignes mélodiques indépendantes démarrent les unes après les autres et vivent en parfaite harmonie. Il paraît que composer de telles pièces est un véritable casse-tête combinatoire, ce qui convient bien aux geeks n’est-ce pas. La partition n’indique pas d’orchestration. J’ai choisi ce que je préfère, le clavecin seul, instrument sec, peu timbré et qui laisse bien les voix indépendantes, ce qui permet de les suivre sans se laisser perturber par le sentiment et toutes ces bêtises, comme un bon geek quoi. Vous noterez les images scientifiques sur la vidéo (la grande galaxie d’Andromède, le fameux champ profond de Hubble et deux galaxies non identifiées). Robert Hill, Ricercare à 6 voix.

Si vous voulez vous entrainer à suivre les six voix, je recommande cette vidéo.

Et puis la version des Swingle singers, plus émouvante.

1 – Un flingueur nommé Jean-Sébastien Bach
2 – Un tube de Bach
3 – Bach demeure dans un camion
4 – Encore du Bach par Frida Boccara
5 – Bach jazzman
6 – Bach swingue
7 – All you need is Bach
8 – Blondie is Bach
9 – Un métaleux appelé Bach
9bis – Bach, cet inconnu
10 – Bach popstar
11 – American Tune
12 – Un geek appelé Bach
13 – Un crabe appelé Bach
14 – Une fugue pas de Bach
15 – Bach s’invite chez les Le Forestier
16 – Maurane vs Gould
17 – Variations sur un prélude (de Bach)
18 – Un blagueur nommé Glenn Gould
19 – Répliques

Tous les thèmes

Bach swingue

J.-S. Bach dans la chanson 6/19

On parlait de jazz dans le billet précédent. Mais pour faire swinguer Bach, nul n’égale les Swingle singers.

Présentés par Michel Legrand.

1 – Un flingueur nommé Jean-Sébastien Bach
2 – Un tube de Bach
3 – Bach demeure dans un camion
4 – Encore du Bach par Frida Boccara
5 – Bach jazzman
6 – Bach swingue
7 – All you need is Bach
8 – Blondie is Bach
9 – Un métaleux appelé Bach
9bis – Bach, cet inconnu
10 – Bach popstar
11 – American Tune
12 – Un geek appelé Bach
13 – Un crabe appelé Bach
14 – Une fugue pas de Bach
15 – Bach s’invite chez les Le Forestier
16 – Maurane vs Gould
17 – Variations sur un prélude (de Bach)
18 – Un blagueur nommé Glenn Gould
19 – Répliques

Tous les thèmes

Bach demeure dans un camion

J.-S. Bach dans la chanson 3/19

On continue avec Jésus que ma joie demeure. C’est le morceau de Bach qu’on entend dans le sketch Les routiers mélomanes de Paul Mercey et Jean Yanne, vers 2:50. Bah oui, c’est du Bach, c’est pas du Verchuren !

J’observe que le titre Jésus que ma joie demeure n’est pas une traduction très fidèle du titre allemand Jesus bleibet meine Freude, qui veut plutôt dire « Jésus restera toujours ma joie ». On va le voir dans la suite de cette série, Bach se prête à toutes sortes de glissements de sens plus ou moins heureux… Pour conclure ce billet, la version des Swingle singers, qui ont adapté en style vocalese de nombreuses compositions de Bach.

1 – Un flingueur nommé Jean-Sébastien Bach
2 – Un tube de Bach
3 – Bach demeure dans un camion
4 – Encore du Bach par Frida Boccara
5 – Bach jazzman
6 – Bach swingue
7 – All you need is Bach
8 – Blondie is Bach
9 – Un métaleux appelé Bach
9bis – Bach, cet inconnu
10 – Bach popstar
11 – American Tune
12 – Un geek appelé Bach
13 – Un crabe appelé Bach
14 – Une fugue pas de Bach
15 – Bach s’invite chez les Le Forestier
16 – Maurane vs Gould
17 – Variations sur un prélude (de Bach)
18 – Un blagueur nommé Glenn Gould
19 – Répliques

Tous les thèmes

Coït

La chanson sexuellement explicite 3/18
12344bis55bis6788bis99bis
101111bis1212bis131415161718

Je sens de la déception. J’avais promis de l’explicite, et je passe Patachou et les Frères Jacques. C’est naze le Jardin, les abonnés crient « remboursez ». Ou même « à poil ». Je voudrais bien, mais l’abonnement est gratuit et ma webcam en panne… Je me rattrape aujourd’hui. Voilà du lourd, de l’explicite. Coït de Jean Yanne, basse et vaine tentative d’égaler le grand Gainsbourg (qu’on garde pour plus tard dans la série). Chanson écrite pour le film Chobizenesse.

Dans le même film, il y a un pastiche des Swingle Singers, avec Anne Germain à la voix lead. Rien à voir avec le sexe (enfin, je ne crois pas… méfiance).

Tous les thèmes

Star wars

La chanson geek 1/5
1233bis45

À partir d’aujourd’hui, le Jardin aux chansons qui bifurquent s’intéresse aux geeks dans la chanson. Petit rappel : un geek est « une personne passionnée par un ou plusieurs domaines précis […] liés aux « cultures de l’imaginaire » (certains genres du cinéma, la bande dessinée, les jeux vidéo, les jeux de rôles, etc.), ou encore aux sciences, à la technologie et l’informatique » (Wikipedia). Ça fait plaisir de voir la science associée à l’imaginaire sur Wikipédia. Bon, disons que ça fait plaisir aux geeks.

Comme j’en ai un peu marre du cinquantième anniversaire de Mai 68, je vous propose pour débuter la série le quarantième anniversaire de la sortie de Star Wars, La guerre des étoiles si vous préférez, sortie en 1977, film typiquement geek. Tout d’abord une version a capella du générique par les Swingle Singers, qui font bien entendre les différentes voix et contre-chants de la partition. Dans la version originale, la musique de John Williams est jouée par un orchestre symphonique qui noie cette délicate construction dans une pâte sonore grandiloquente, seule digne sans doute d’exposer la grande épopée galactique. Écoutez plutôt.

Star wars par les swingles singers

Star wars, version originale

Il y a quarante ans, la sortie du film a donné lieu à une chanson intéressante, La guerre des étoiles, paroles de Étienne Roda-Gil, chantée par René Joly. On notera que c’est encore la même musique, qui est décidément très malléable.

Pas très galactique tout ça… Si ça vous a plu, vous aimerez aussi peut-être la Chorégraphie des robots de Star Wars de Rémy Grumbach (toujours la même musique).

Une petite blague pour finir, parce que les geeks ont beaucoup d’humour (pour faire rire les autres geeks bien sûr).

darkVadorPainPain

Tous les thèmes

Vocalese singers

Paralipomènes 11/67
(la série qui revient en 68 billets sur les 44 premiers thèmes du blog)
123456789
101112131415161717bis1819
20212223242526272829
30313233343536373839
40414243444546474849
50515253545556575859
6061626364656667

Dans la cinquième série du blog, consacrée au style Vocalese, je ne vous ai rien passé des Swingle Singers, oubli impardonnable (en fait, en relisant, je réalise que oui, j’en avais passé, mais tant pis …).

Mission impossible, de Lalo Schifrin. Vous remarquerez que c’est une musique à 5 temps, chose assez rare.

Tous les thèmes

Bach a capella

Vocalese – 3 / 4
1 – 2 – 34

Les rois du vocalese : les Swingle Singers, créé par Ward Swingle un ancien des Double Six au début des année 1960. Ce groupe a fait un travail impressionnant d’interprétation vocale de Bach. Il existe encore aujourd’hui (après bien des remaniements).

Premier mouvement du Concerto Brandebourgeois n°3, BWV 1048. Je vous l’avais bien dit qu’on reverrait Bach (voir la série sur bach).

Tous les thèmes