De peur que des rôdeurs n’emportassent le reste

Paralipomènes 25/67
(la série qui revient en 68 billets sur les 44 premiers thèmes du blog)
123456789
101112131415161717bis1819
20212223242526272829
30313233343536373839
40414243444546474849
50515253545556575859
6061626364656667

La seizième série du blog était consacrée à l’imparfait du subjonctif. Vous m’avez proposé plusieurs chansons de Georges Brassens, l’un des rares auteurs de chansons à utiliser ce temps désuet. Par exemple, dans Stances à un cambrioleur.

Tous les thèmes

 

3 commentaires sur “De peur que des rôdeurs n’emportassent le reste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s