J’ai bu

Vin, alcool et ivrognerie 2

Rabelais nous accompagne aujourd’hui.

En l’abbaye était pour lors un moine claustrier nommé frère Jean des Entommeures, jeune, galant, frisque, de hait, bien à dextre, hardi, aventureux, délibéré, haut, maigre, bien fendu de gueule, bien avantagé en nez, beau dépêcheur d’heures, beau débrideur de messes, beau décrotteur de vigiles, pour tout dire sommairement vrai moine si onques en fut depuis que le monde moinant moina de moinerie, au reste clerc jusques ès dents en matière de bréviaire.

Icelui, entendant le bruit que faisaient les ennemis par le clos de leur vigne, sortit hors pour voir ce qu’ils faisaient, et avisant qu’ils vendangeaient leur clos auquel était leur boire de tout l’an fondé, retourne au chœur de l’église où étaient les autres moines, tous étonnés comme fondeurs de cloches, lesquels voyant chanter ini, nim, pe, ne, ne, ne, ne, ne, ne, tum, ne, num, num, ini, i, mi, i, mi, co, o, ne, no, o, o, ne, no, ne, no, no, no, rum, ne, num, num : « C’est, dit-il, bien chien chanté. Vertus Dieu ! que ne chantez-vous : Adieu paniers, vendanges sont faites ? je me donne au diable s’ils ne sont en notre clos, et tant bien coupent et ceps et raisins qu’il n’y aura, par le corps Dieu ! de quatre années que halleboter dedans. Ventre saint Jacques ! que boirons-nous cependant, nous autres pauvres diables ? Seigneur Dieu, da mihi potum ! »

Lors dit le prieur claustral : « Que fera cet ivrogne ici ? Qu’on me le mène en prison. Troubler ainsi le service divin ! »

« – Mais, dit le moine, le service du vin, faisons tant qu’il ne soit troublé, car vous-même, monsieur le prieur, aimez boire du meilleur si fait tout homme de bien. Jamais homme noble ne hait le bon vin c’est un apophtegme monacal. Mais ces répons que chantez ici ne sont, par Dieu ! point de saison. ( … ) Écoutez, messieurs, vous autres qui aimez le vin : le corps Dieu, si me suivez ! Car hardiment que saint Antoine m’arde si ceux tâtent du plot qui n’auront secouru la vigne ! Ventre Dieu, les biens de l’Église ! »

Hier c’était Je bois, donc logiquement aujourd’hui c’est J’ai bu, l’une des premières chansons de Charles Aznavour et Pierre Roche, par Georges Ulmer.

Tous les thèmes

Je bois la bouteille

Vin, alcool et ivrognerie 1bis

Pierre Delorme nous propose deux belles chansons imbibées d’alcool. Je bois de Boris Vian. Je vous la verse dans un duo imaginaire de Vian et Gainsbourg, extrait du film Gainsbourg (vie héroïque) de Joann Sfar. Avec Éric Elmosnino en Gainsbourg et Philippe Katerine en Boris Vian. Dans Vian, il y a vin, et dans Gainsbourg, il y a gin …

Et Le temps de finir la bouteille, d’Allain Leprest.

J’en profite pour passer une autre Je bois, mais d’Aznavour.

Tous les thèmes

Poker

Jeu et chanson 14/15

Dernier jeu abordé dans cette série, l’un des plus populaires actuellement : le poker. On commence par une chanson très réussie de Charles Aznavour. Les paroles sont assez soignées et réalistes quant au jeu. Cette série a montré que c’est assez rare pour être signalé. Poker.

Michel Jonasz, il a tout perdu au pok sur une paire. Lucile.

Plus moderne, Davodka, Coup de poker.

En fait, je suis surpris du peu de chansons françaises qu’on trouve sur le poker… Je suis obligé d’en faire venir des USA. Poker face de Lady Gaga. Mais c’est vrai, comment lire sa poker face ?

Version Arthur et les minimoys.

Encore une chanson tirée de l’abondant répertoire en anglais, Motörhead, Ace of spade (ça veut dire as de pique). Je trouve que Lemmy règle son micro un peu bizarrement…

Le poker est aussi présent à l’opéra. Giacomo Puccini, La Fille du Far-West (voir la série sur les jeux à l’opéra sur le site Olyrix).

Bon, notre grand chanteur-joueur-de-poker Patrick Bruel, qu’est-ce qu’il fabrique ? Que ne nous pond-il une bonne chanson sur le poker. En attendant, je note qu’il n’hésite pas à aborder ses propres chansons sous l’angle du jeu ou du défi. L’exercice auquel il se livre en direct ci-dessous n’est pas simple, nécessite une bonne indépendance chant/accompagnement et des qualités de concentration probablement précieuses devant le tapis vert.

Des informations sur la carrière de Patrick, ici.

Et pour conclure ce billet, ma scène de poker préférée au cinéma (malgré quelques incongruités, la plus flagrante étant qu’on ne se recave jamais au milieu d’un coup, pas chez moi en tout cas). Extrait de L’arnaque, avec le beau Paul Newman.


1 – Les échecs
2 – Le jeu générique
3 – Monopoly
3bis – Chanteuses au nom de jeu
4 – Le flipper
5 – Marelle et pile ou face
6 – Le flambeur
6bis – Cache-cache
7 – La partie de bridge
8 – Le jeu de go
9 – La pétanque
9bis – Cache-cache party et go
10 – Question pour un champion
11 – La belote
12 – Le casino
13 – Les jeux vidéos
13bis – Les jeux vidéos (bis)
14 – Poker
15 – Le joujou du pauvre

Tous les thèmes

Les mères juives

Les Juifs et la chanson IV – Image des juifs dans la chanson 14/19

Le mythe de la mère juive a trouvé quelques échos dans la chanson française. Les mères juives par Georges Moustaki.

Si le sujet n’est pas plus évoqué en chanson, c’est sans doute parce qu’il a été épuisé par le grand standard de la chanson yiddish, Yiddish mame (déjà passée dans la série sur la chanson yiddish). Je vous propose la version de Régine.

Il y a une version française intéressante (meilleure que celle d’Aznavour en tout cas), par Renée Lebas.

Le sujet inspire aussi les comiques, comme Florence Foresti.

Mais la meilleure, c’est bien sûr Marthe Villalonga (qui aimait à dire : « Je ne suis ni mère, ni juive »… elle était actrice en tout cas). Avec Guy Bedos dans le rôle du fils chéri.

1 – Le chandelier
2 – Le mot « juif » dans des listes
3 – La chanson anticléricale œcuménique
3bis – Souchon et Ferré
4 – Le juif non-dit
5 – Les juifs chez Gainsbourg
6 – Un juif célèbre
7 – L’Aziza
8 – La chanson pro-israélienne
9 – Le conflit israélo-palestinien
10 – Image des juifs dans le rap
11 – L’anti-antisémitisme de Pierre Perret
12 – La chanson antisémite
13 – On peut rire de tout, mais pas en mangeant du couscous
14 – Les mères juives
15 – Betty Boop
16 – Noirs et juifs aux USA
17 – Nica
18 – Noirs et juifs en chanson chez Jean-Paul Sartre
19 – Azoy
19bis – Retour sur quelques commentaires

 

Tous les thèmes

Un juif célèbre

Les Juifs et la chanson IV – Image des juifs dans la chanson 6/19

Je vais commencer ce billet en vous racontant une histoire authentique. Un juif américain très pieux envoie son fils en vacances en Israël, or le fils revient converti au christianisme. Désespéré, le père va consulter un célèbre rabbin : « Sage entre les sages, qu’ai-je fais pour que mon fils trahisse ainsi la religion de nos ancêtres ? » Le rabbin lui dit : « écoute, c’est incroyable, je n’ai jamais osé en parler à personne, mais il m’est arrivé exactement la même histoire qu’à toi, malheur à nous. Je vais en référer directement au Tout-Puissant ». Dans sa prière, il demande « Mon Dieu, nous avons envoyé nos fils en Israël et ils sont revenus convertis au christianisme, quel malheur ». Dieu répond : « C’est encore plus terrible que tu ne le penses, il m’est arrivé exactement la même chose ».

Et oui, le juif le plus célèbre est probablement Jésus. Si vous en doutiez, considérez qu’il est rentré dans le business de son père, qu’à 33 ans, il n’était pas encore marié et croyait que sa mère était vierge (mère qui le prenait d’ailleurs pour Dieu). Le Christ comme juif apparaît dans quelques chansons, comme dans Hosanna ! de Charles Aznavour.

Je vous propose aussi un extrait des paroles des Vigiles de Léo Ferré, dont je ne trouve aucun enregistrement.

Je vois un juif descendre d’une croix
Et qui vient les battre
Dans tous leurs théatres
Histoir’ de chanter
Le chant des libertés qui viennent du bout du monde

Ou encore Ton Christ est juif, qui appartient au répertoire antiraciste énumératif. Julos Beaucarne.

1 – Le chandelier
2 – Le mot « juif » dans des listes
3 – La chanson anticléricale œcuménique
3bis – Souchon et Ferré
4 – Le juif non-dit
5 – Les juifs chez Gainsbourg
6 – Un juif célèbre
7 – L’Aziza
8 – La chanson pro-israélienne
9 – Le conflit israélo-palestinien
10 – Image des juifs dans le rap
11 – L’anti-antisémitisme de Pierre Perret
12 – La chanson antisémite
13 – On peut rire de tout, mais pas en mangeant du couscous
14 – Les mères juives
15 – Betty Boop
16 – Noirs et juifs aux USA
17 – Nica
18 – Noirs et juifs en chanson chez Jean-Paul Sartre
19 – Azoy
19bis – Retour sur quelques commentaires

 

Tous les thèmes

Georges Perec confiné

Cinq écrivains confinés 2/6

Aujourd’hui, un grand gourou d’Oulipo (moi, qui suis contraint, inscrirai son nom à la fin, G.P. suffira pour l’instant).

Confinons-nous (Roman d’Oulipo sur un virus, où nous lipogrammons)

Un virus ruinait maints pays : il diffusait, s’aggravait, tuait, ça faisait un bail qu’on n’avait vu ça. Confinons-nous dit Macron, un simili-roi. À la maison d’Anton, tout un chacun partit. Pas lui. Il y avait un journal, sur un bar un photomaton d’un amour d’avant, puis sur un frigo un album d’Aznavour, trois portraits : Barbara, Santana, Adamo.

Chacun y allait d’un truc, potion, cordial plus ou moins curatif… On crut d’abord au plan du Chinois Xi Jinping. Mais il avait tout contraint, dans la propagation du faux, pas bon pour nous. On consulta Raoult. Il dit : voilà, y a qu’à, avalons un machin, puis ça ira. Ça fit pshitt. On passa aux maths, calculant la proba d’un plus ou moins gros crash. Puis au go : un virus pris par shibori (ainsi qu’on dit à Tokyo, mais plutôt gǔn bāo à Canton) pouvait-il finir atari ou occis par shisho ? Tout ça donna nada, nothing, vacuum total.

Anton cogitait. Quoi ? Par la raison, on doit pouvoir savoir. Si un anticorps nous manquait, un dont la disparition (mot sibyllin) impliquât la situation ? Il trouva : dans coronavirus, il n’y avait pas d’ .

On l’y mit, puis ça alla. (‘fin j’crois).
_______________________

Georges Perec était un oulipien, adepte de contraintes formelles plus ou moins bizarres. Je vous ai servi un lipogramme en « e », dans la manière de son roman La disparition. Voir la série qu’on a déjà consacrée à l’Oulipo en chanson. Je vous propose comme chanson oulipienne Mousse d’Anne Sylvestre, où l’on peut entendre des vers de un pied !

Vous pouvez aussi aller revoir le billet consacré aux Mots bleus de Christophe, ici.

1 – Gustave Flaubert confiné
2 – Georges Perec confiné
3 – Jean Racine confiné
4 – René Goscinny confiné
5 – Jorge Luis Borges confiné
6 – Gustave Flaubert confiné (dans sa correspondance)

Tous les thèmes

Katerine des bisous

Main dans la main, joue contre joue 13/15

Philippe Katerine retrouve la veine didactique qui de Bourvil à Carlos en passant par Aznavour nous enseignait le comment le et le pourquoi de la tendresse. Mais lui, c’est le pourquoi Des bisous.

1 – La rose, la bouteille et la poignée de main
2 – Joue contre joue
3 – Abouche ta bouche avec ma bouche
4 – Baisers dans le soir
5 – La tendresse de Bourvil
6 – Aznavour démodé
7 – Big bisou
8 – Les uns contre les autres
9 – See me, feel me, touch me
10 – Everybody needs somebody
11 – Main dans la main
12 – Embrasse-moi idiot
13 – Katerine des bisous
14 – Bahia
15 – De l’autre côté de mon rêve

Tous les thèmes

Aznavour démodé

Main dans la main, joue contre joue 6/15

Toujours dans cette veine explicative, Charles Aznavour nous explique pourquoi il faut danser joue contre joue. Les plaisirs démodés.

Hatime de Paris me signale la version Symphonie confinée de La tendresse de Valentin Vander, dédiée à toutes les personnes touchées de près ou de loin par l’épidémie de Covid-19.

1 – La rose, la bouteille et la poignée de main
2 – Joue contre joue
3 – Abouche ta bouche avec ma bouche
4 – Baisers dans le soir
5 – La tendresse de Bourvil
6 – Aznavour démodé
7 – Big bisou
8 – Les uns contre les autres
9 – See me, feel me, touch me
10 – Everybody needs somebody
11 – Main dans la main
12 – Embrasse-moi idiot
13 – Katerine des bisous
14 – Bahia
15 – De l’autre côté de mon rêve

Tous les thèmes

Êtes-vous heureux ?

Les Juifs et la chanson III – Shoah et chanson 7/23

On va voir dans les prochains billets que de nombreux chanteurs ou paroliers juifs, parfois enfants de déportés, parfois même orphelins, ont évoqué la Shoah dans leurs chansons. Mais les survivants des camps eux-mêmes, juifs ou non, n’ont pas témoigné en chanson à ma connaissance. Le témoignage sur la Shoah a pourtant été assez abondant et parfois contemporain de la Shoah. Annette Wieviorka commence son livre L’ère du témoin par cette citation de l’archiviste du ghetto de Varsovie, Emmanuel Ringelblum :

Tout le monde écrivait […]. Journalistes et écrivains, cela va de soi, mais aussi les instituteurs, les travailleurs sociaux, les jeunes et même les enfants.

Et dans sa thèse Déportation et génocide, entre la mémoire et l’oubli, elle recense 34 ouvrages parus en France dès 1945, 37 en 1946 et 36 en 1947. Mais ces témoignages sont des livres. Plus tard, ce seront des interviews, des documentaires, etc. Mais pas de chanson, française en tout cas, à ma connaissance. Mon avis sur la question, c’est que la chanson est tout simplement un art assez impropre au témoignage. Charles Aznavour aimait dire qu’on doit raconter dans une chanson non pas sa vie, mais celle de celui qui écoute… La chanson est plus l’art de ce qu’on veut entendre que celui de ce qu’on a à dire, il est rarement à l’avant garde, voir la série du blog sur les sources et les robinets.

À part la chanson de Simon Srebnik passée dans le premier billet de la série, je n’ai trouvé qu’une seule chanson où l’on entende une survivante des camps de la mort : Marceline Loridan-Ivens, dans Êtes-vous heureux, une chanson de Vincent Delerm qui ne concerne pas la Shoah a priori.

La chanson est plutôt un collage, à partir d’extraits de Chronique d’un été, un film expérimental, entre le documentaire et le cinéma-vérité, de Jean Rouch et Edgar Morin. Marceline Loridan-Ivens interviewe des passants Place de la République à Paris. Autre extrait du film :

Toujours dans Déportation et Génocide, je trouve des paroles écrites par un déporté tout juste libéré d’Auschwitz : Henry Bulawko. La chanson a été écrite en mars 1945 au centre de rassemblement des Français de Katowice. Ce n’est pas vraiment une chanson de témoignage, plutôt un chant patriotique. À chanter sur l’air du Chant du départ, je n’ai pas trouvé de version enregistrée.

Brisant enfin ses fers
Notre France éternelle
Ayant connu un véritable enfer
A déployé à nouveau ses ailes
Le fier coq de la liberté
A chanté le réveil de la patrie

Refrain
Une République nouvelle
Nous appelle à conquérir à nouveau
Tout ce qui fit la France si belle (bis)
Sa Marseillaise et son drapeau

[…]

1 – La chanson de Simon Srebnik
2 – La chanson de Treblinka
3 – Yisrolik
4 – Le chant des marais
5 – Le Verfügbar aux Enfers
6 – Casimir Oberfeld
7 – Êtes-vous heureux ?
8 – La fontaine endormie
9 – Il n’y a plus de roses rue des Rosiers
10 – Le petit train de Rita Mitsouko
11 – Comme-toi
12 – Nuit et brouillard
13 – Smoke gets in your eyes
14 – Pitchipoï
15 – Évariste
16 – Au fil du temps
17 – Les Ramones à Bitburg
18 – Signé Furax
19 – Des voix off
20 – Roméo et Judith
21 – Culture du camp
22 – La troisième symphonie de Górecki
23 – Beltz

Tous les thèmes

Tous les thèmes

Gypsies rock’n roll band

Les Juifs et la chanson II – La chanson et le problème de l’éléphant 1/14

Voici notre deuxième série consacrée au thème de l’année : les Juifs et la chanson. Son point de départ est une célèbre blague juive, popularisée par le livre de Hugh Nissenson, L’éléphant et le problème juif, dont voici un extrait :

C’est une classe de zoologie qui doit faire un devoir sur l’éléphant. L’Anglais écrit :« La Chasse à l’Eléphant », le Français : « La Vie amoureuse de l’Eléphant », et le juif : « l’Eléphant et le problème juif ».

Cette blague moque donc gentiment un problème identitaire (réel ou supposé) se traduisant par une obsession (encore une fois réelle ou supposée) des juifs pour les questions juives. Mais, en ce qui concerne les chanteurs juifs français, cette réputation est simplement l’exact opposé de la réalité. On va le voir dans cette série : si de nombreux romanciers, philosophes, historiens juifs se revendiquent comme tels, ils n’en est rien de la plupart des chanteurs français juifs, qui abordent très peu le judaïsme dans leurs chansons.

La chanson n’est pourtant par un art rétif à toute affirmation identitaire. Tout le jazz est parfois revendiqué comme musique noire par les noirs américains. La chanson francophone québécoise est en partie identitaire. Certaines communautés immigrées en France ont leur chanteur. Je pense surtout aux Italiens, de la variétoche de Claude Barzotti (« je suis rital et je le reste ») à la chanson « de qualité » de Serge Reggiani (« C’est moi, c’est l’Italien / Je reviens de si loin »). Il y a aussi Linda de Suza qui a chanté et représenté la grande vague d’immigration portugaise des années 1970-80. Ou Rachid Taha dont toute l’œuvre est traversée par l’histoire compliquée de la France et de l’Algérie, et qui chante Je suis Africain. Et bien sûr, l’arménien Charles Aznavour qui parvient à réunir quasiment toutes les vedettes du Top 50 dans Pour toi Arménie.

Mais à part peut-être Enrico Macias (qui sera bien sûr évoqué bientôt), je ne vois pas de chanteur français qui ait vraiment représenté une figure juive auprès du grand public, pas explicitement au moins. Il y a pourtant plusieurs chanteurs juifs très connus. Je me propose d’appeler « problème de l’éléphant » ce paradoxe, qu’on va explorer en chanson dans cette série. Lors de cette déambulation dans l’œuvre ou la vie de quelques chanteurs et musiciens juifs, il y aura plus de questions que de réponses…

Pour commencer, Jean-Pierre Kalfon. Jusqu’à récemment, je ne savais même pas qu’il était chanteur, alors qu’il a chanté toute sa vie dans un groupe de rock, le Kalfon rock chaud. Un de ses disques, passé inaperçu à sa sortie dans les années 1960, est même considéré aujourd’hui comme précurseur du punk (on en reparle un jour où c’est le sujet). Dans l’une de ses chansons, qu’il chante en début de concert pour se présenter, ses origines juives séfarades du côté de son père sont très discrètement évoquées. Extrait des paroles de Gypsies rock’n roll band, qui en quelques mots évoque l’arrière plan familial : l’Algérie française, les persécutions antisémites…

Père importé et mère papiste,
Planqué côté colonialiste […]
Avant ma naissance, une guerre braquait la race de mon père,
Ma mère gauloise se planquait, comme mon père

 

1 – Gypsies rock’n roll band
2 – Isaac Gorni, le troubadour juif
3 – Jacques Offenbach
4 – Norbert Glanzberg
5 – Mireille
6 – La complainte des nazis
7 – Le neveu du capitaine Dreyfus
8 – Chanson d’Exil
9 – Des moyens légaux
9bis – Serre les poings
10 – Yellow star
11 – Juif espagnol
12 – Juif errant et pâtre grec
13 – Les juifs de Stéphane Golmann
14 – Les comedian harmonists

Tous les thèmes