Tango poivrot

Vin, alcool et ivrognerie 9

Pierre de Ronsard a écrit :

Celui qui boit, comme a chanté Nicandre,
De l’Aconite, il a l’esprit troublé,
Tout ce qu’il voit lui semble estre doublé,
Et sur ses yeux la nuit se vient espandre.

Les garçons de la rue, Tango poivrot. Paroles de Boris Vian. On a sauté trop près du bord …

Puisqu’on parle de poivrots, quelques vers de Jean Richepin, deux strophes de Poivrot, poème de son recueil La chanson des gueux.

Eh ben ! oui, j’ suis bu. Et puis, quoi ?
Qué qu’ vous m’ voulez, messieurs d’ la rousse ?
Est-ç’ que vous n’aimez pas comm’ moi
À vous rinçer la gargarousse ?

Après six jours entiers d’ turbin,
J’ me sentais la gueule un peu sale.
Vrai, j’avais besoin d’ prend’ un bain ;
Seul’ment j’ l’ai pris par l’amygdale.

Tous les thèmes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s