Le bégaiement

Handicap et chanson 15

On aborde aujourd’hui le seul handicap utilisé en chanson pour ses qualités musicales : le bégaiement. On commence par le Stuttering blues (le blues bégayant), de John Lee Hooker.

Il parait que ça a inspiré My generation, des Who, déjà vus dans la série et à qui je décerne le prix de meilleurs artistes ayant chanté le handicap sous toutes ses formes.


Voir aussi cet épisode de Tom et Jerry avec la chanson Crambone, chantée par Uncle Pecos.

Le procédé bégayant est aussi utilisé dans Changes de David Bowie.

Il parait que la chanson Scatman a été inspirée à son auteur Scatman John par son bégaiement, ce qui est difficile à croire devant une telle prouesse de diction.

En français le procédé est moins utilisé. Il faut dire que nous sommes un peu maniaques de la métrique : même dans la variété la moins poétique, le nombre de pieds par vers est souvent respecté, et pas besoin de bégayer pour remplir les cases manquantes. Essayez quand même La tactique du gendarme de Bourvil. Notez la chorégraphie qui sans être spectaculaire demande certaines qualités de dissociation.

Sinon, d’après mes recherches sur internet, il y a plusieurs chanteurs bègues occasionnels ou ex-bègues comme Hubert-Félix Thiéfaine, Carlos, Sylvie Vartan ou Julien Doré. Le chanteur Arno a une élocution un peu difficile, mais je ne dirais pas que c’est un franc bégaiement. Mais tout ça n’apparait pas dans leurs chansons, tant il est bien connu que les bègues ne bégaient pas quand ils chantent.

Allez, une dernière.

Tous les thèmes

Les jeux vidéos

Jeu et chanson 13/15

Pour le blogueur chanson qui travaille sur le jeu, les jeux vidéos ont l’avantage d’être les seuls naturellement accompagnés par une musique. Ceci donne lieu à des créations originales. Comme The nomad soul, chanson de David Bowie pour le jeu du même nom.

Jean-Michel Jarre a aussi fourni le thème d’un jeu marquant de la fin des années 1980, Captain blood.

Par contre, le jeu vidéo est hélas peu évoqué en chanson. Je vous propose FPS de Sheldon. Explication de texte : FPS veut dire First-Person Shooter, en français « jeu de tir à la première personne ». C’est-à-dire que le joueur incarne un personnage armé, immergé dans une vue subjective en 3D, et qui doit tiré sur tout ce qui bouge (je résume). Le jeu qui a lancé le genre au début des années 1990 s’appelait Doom, d’où l’expression Doom-like, aussi entendue dans la chanson.

1 – Les échecs
2 – Le jeu générique
3 – Monopoly
3bis – Chanteuses au nom de jeu
4 – Le flipper
5 – Marelle et pile ou face
6 – Le flambeur
6bis – Cache-cache
7 – La partie de bridge
8 – Le jeu de go
9 – La pétanque
9bis – Cache-cache party et go
10 – Question pour un champion
11 – La belote
12 – Le casino
13 – Les jeux vidéos
13bis – Les jeux vidéos (bis)
14 – Poker
15 – Le joujou du pauvre

Tous les thèmes

Propositions des lecteurs

Plagiats en chanson 7bis/9
12345677bis899bis

Plusieurs lecteurs m’ont écrit. Véronique, internaute de Lyon me propose à propos d’Amsterdam la reprise par David Bowie. Port of Amsterdam.

 

À propos de Laurent Voulzy et des Beatles, j’ai reçu plusieurs propositions de chansons avec des similitudes. Je ne pense pas qu’on puisse vraiment parler de plagiat, plutôt d’emprunts, de compositions « à la manière de ».

Pierre Delorme me signale Quand je serai KO, d’Alain Souchon pour les paroles, qui ressemble un peu à When I’m Sixty-Four des Beatles (je vous passe la reprise par Keith Moon, plus connu comme batteur des Who). Noter qu’il y a similitude sur les paroles et la musique.

 

Genzo le parolier m’écrit dans un commentaire :
Dans la chanson Désir, Désir, avec Véronique Jeannot, le passage « Cette chose-là il faut que tu devines », ressemble étrangement à Bluebird et au passage « And you’ll know what love is for ».

Tous les thèmes