Ave Johnny

La chanson, art majeur ou art mineur VI. Musique classique, chanson, et réciproquement, 9/18
123456789101112131415161718

Quelqu’un a eu la bonne idée de faire chanter l’Ave Maria de Schubert à Johnny. Regardez bien les vitraux, encore une bonne idée (pour restaurer Notre-Dame). Ce qui m’épate le plus, c’est la ligne de basse de Stand by me en intro. Ça me rappelle le jour où j’ai mis de la glace à la fraise dans mon kebab.

Jean Yanne s’y est aussi essayé, Avec Maria.

Aller, pour se rincer un peu les oreilles après toutes ces horreurs, écoutons Maria Callas.

Tous les thèmes

Le meilleur, c’est Bashung

La chanson sexuellement explicite 13/18
12344bis55bis6788bis99bis
101111bis1212bis131415161718

Passé l’effet de sidération de Je t’aime moi non plus, comment encore écrire des chansons sexuellement explicites ? Les tentatives un peu ratées de Jean Yanne, Herbert Léonard ou Jean Ferrat montrent que malgré l’absence de censure (ou peut-être à cause de son absence ?) ça n’a rien d’évident. Gainsbourg aurait tué le job. Lui-même a connu un coup de mou après Je t’aime moi non plus, voir les billets précédents.

Bashung est peut-être celui qui a su renouveler le genre avec le plus de bonheur. Je vous passe trois de ses chansons plus ou moins explicites. Comme les paroles sont assez obscures (voir ici), on peut imaginer bien des choses… je vous épargne les explications de texte.

Ma petite entreprise.

Madame rêve.

Malédiction, c’est ma préférée.

Vous avez remarqué ? Les trois titres commencent par « ma ». Parlez-en à votre psychanalyste.

Tous les thèmes

Coït

La chanson sexuellement explicite 3/18
12344bis55bis6788bis99bis
101111bis1212bis131415161718

Je sens de la déception. J’avais promis de l’explicite, et je passe Patachou et les Frères Jacques. C’est naze le Jardin, les abonnés crient « remboursez ». Ou même « à poil ». Je voudrais bien, mais l’abonnement est gratuit et ma webcam en panne… Je me rattrape aujourd’hui. Voilà du lourd, de l’explicite. Coït de Jean Yanne, basse et vaine tentative d’égaler le grand Gainsbourg (qu’on garde pour plus tard dans la série). Chanson écrite pour le film Chobizenesse.

Dans le même film, il y a un pastiche des Swingle Singers, avec Anne Germain à la voix lead. Rien à voir avec le sexe (enfin, je ne crois pas… méfiance).

Tous les thèmes

Miracle : Jésus a dit ce qu’il n’a pas dit

Avec Michel Magne (et accessoirement Jean Yanne) 5/7
1234567

Aujourd’hui, la chanson de Jésus, Alleluia, pour le film Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Belles paroles de Jean Yanne et gentille musique de Michel Magne.

Le générique de fin, avec la chanson titre.

Bon, je viens de relire les quatre Évangiles, Jésus n’a jamais dit que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Je vais de ce pas boire un demi biafrai pour y réfléchir. Encore quelques extraits de ce film d’époque.

Tous les thèmes

Les Chinois à Paris

Avec Michel Magne (et accessoirement Jean Yanne) 3/7
1234567

En 1974, Jean Yanne sort son film, Les Chinois à Paris, qui raconte l’invasion de la France par la Chine de Mao. Ce plaisantin de Michel Magne, qui a composé la bande originale, s’est amusé à écrire Carmeng, une version chinoise de notre Carmen nationale.

Pour les curieux, la bande annonce du film.

Je vous passe aussi Le pilori télévisé, scène du film singeant les codes de la propagande antisémite et introduite par un bref échantillon de logorrhée maoïste, mélange qui met assez mal à l’aise. Sans toutefois parvenir à couper l’appétit de Daniel Prevost.

Tous les thèmes

Le jazz de Michel Magne

Avec Michel Magne (et accessoirement Jean Yanne) 2/7
1234567

Michel Magne a donc principalement exercé son talent dans les musiques de film. Parfois très jazzy, comme dans la bande originale de Mélodie en sous-sol.

J’avais mis cette vidéo par erreur, je la laisse ! Excellente chanson. Chobizenesse, par Jean Yanne.

Tous les thèmes

La musique des Tontons flingueurs

Avec Michel Magne (et accessoirement Jean Yanne) 1/7
1234567

Je vous propose dans cette série de partir à la découverte de Michel Magne, compositeur de la deuxième moitié du XXè siècle ayant abordé tous les styles : musique contemporaine atonale, jazz, musique classique. Et bien sûr chanson, puisqu’il a entre autre composé la musique de plusieurs chansons de Jean Yanne, qu’on verra aussi beaucoup dans la série.

La composition la plus célèbre de Michel Magne est peut-être la bande originale du film Les tontons flingueurs. Elle est toute entière bâtie sur un seul thème : que ce soit après l’un des célèbres bourre-pif, pour un moment triste, une danse endiablée ou un chant d’église, c’est toujours la même musique ré-orchestrée. Un vrai chef d’œuvre d’humour. Magne est allé jusqu’à inventer une fausse sonate de Corelli (compositeur bien réel de l’époque baroque) !

Techniquement, le thème fait sol mi ré do, sol mi, ré do, etc (la tonalité change selon les passages dans le film). Toutes les musiques de la vidéo à suivre sont bâties sur ce thème, sauf Happy Birthday, et une autre que je vous laisse trouver dans la vidéo suivante. À voir absolument !

Michel Magne s’est-il inspiré d’une musique existante ? On reconnait le motif des premières notes dans la loure de la Suite française numéro 5 en sol majeur de Jean-Sébastien Bach, BWV 816 – (VII) Loure. NB : une loure, c’est une sorte de bourrée.

Le concerto n°1 pour piano et orchestre de Tchaïkovsky démarre sur le même thème, mais en mode mineur (passage en mode mineur qu’on entend aussi dans Les tontons flingueur).

La musique, surtout lorsqu’elle est arrangée en jazz, rappelle aussi un peu Freddie Freeloader de Miles Davis.

Le plus probable reste que Michel Magne a dû inventer le thème, puis s’inspirer de maîtres pour les différents arrangements. Miles Davis donc, et peut-être le concerto pour deux violons de Bach pour les arrangements baroques de la fausse sonate de Corelli !

Réponse à la petite énigme plus haut : la seule musique de la vidéo qui n’est pas bâtie sur le thème, c’est le passage de tango, vers 3:15. Je me risque à l’hypothèse suivante : le passage qu’on entend sert à introduire le thème. Mais ce dernier a été coupé au montage.

Un colloque vient d’être consacré au film Les tontons flingueurs, voir ici.

Tous les thèmes

Camille

L’énigme ALF 7bis/9
12345677bis89

Bravo à Pierre C., internaute de Paris qui a résolu l’énigme. Il précède de quelques minutes Diego. Je note aussi que NP a proposé une solution erronée : elle a constaté que les premières chansons de l’énigme ont la particularité que le titre est aussi le dernier mot de la chanson. Idée très intéressante et assez proche de la solution… mais qui ne marche pas pour toutes les chansons.

Comme indice, Diego propose Dalida et Il avait 18 ans, qu’on avait déjà passé dans une série consacrée à toutes ces chansons qui mentionne l’âge des protagoniste d’une histoire sexuelle. Pierre est plus prolixe, et propose Léo des VRP,  Hotel california de Eagles, Tribute  de Tenacious D et  Stan de  Eminem. Ou encore, Elle donne son corps avant son nom de IAM.

Et Camille de Jean Yanne, que je retiens comme chanson française du jour.

Et puis un truc qui me revient, Smack my bitch up de Prodigy, intéressant pour son clip, à regarder jusqu’au bout.

Solution dans 3 jours …

Tous les thèmes

La moustache

L’homosexualité en chanson 1/15
123456789101112131415

Bienvenu sur le Jardin aux chansons qui bifurquent, le blog qui depuis maintenant deux ans évoque la chanson à travers des séries thématiques. Vous pouvez voir ici tous les thèmes abordés depuis le début.

À partir d’aujourd’hui, on étudie l’homosexualité dans la chanson. Plusieurs chansons déjà passées dans le blog abordent ce sujet, plutôt sur un mode caricatural : Les bonbons version 1967 de Jacques Brel, ici, ou encore Les préoccupations d’Antime, de Jacques Martin et Jean Yanne, voir ici. Il y aussi le sketch Les appariteurs musclés, de Jean Yanne encore, associé à Daniel Prévost, voir ici. On qualifierait sans doute d’homophobes ces œuvres aujourd’hui. Je laisse chacun se faire son opinion, y compris sur l’anachronisme d’une telle dénomination.

En fait, j’ai eu l’idée de cette série à cause d’un mini-buzz dont j’ai été témoin sur internet, à propos de la chanson La Moustache d’Alexandre Castillon. J’adore ce jeune auteur-compositeur-interprète, je l’ai même invité à chanter pour le 1er anniversaire du blog. Cette chanson que je trouve plaisante et tendre a subi divers quolibets : homophobe, caricaturale, vision dépassée, etc. On écoute.

Alors, qu’en avez-vous pensé ? Si ça vous a plu, Alexandre Castillon est en en concert le vendredi 2 mars 2018, à Thou Bout d’Chant, à Lyon, billetterie ici.

Plutôt que de vous faire la morale sur ce qu’on doit dire ou pas dire dans une chanson (ou à propos d’une chanson), je vous propose d’explorer la place de l’homosexualité dans des chansons de plus en plus anciennes, tout au long des prochains billets…

Tous les thèmes