Brassens chante Lamartine

Paralipomènes 61/67
(la série qui revient en 68 billets sur les 44 premiers thèmes du blog)
123456789
101112131415161717bis1819
20212223242526272829
30313233343536373839
40414243444546474849
50515253545556575859
6061626364656667

 

La quarante-deuxième série du blog abordait les poètes mis en musique par Brassens. Le sujet est loin d’être épuisé, je vous propose aujourd’hui Pensées des morts adaptation d’un poème d’Alphonse de Lamartine. C’est assez incompréhensible, alors qu’à peu près tout Brassens est en ligne sur Youtube, pour cette chanson, on ne trouve que des reprises plus ou moins lourdeaudes par des fans, allez voir si vous ne me croyez pas… Je vous en propose une qui est très bien par Michel8h.

C’est bien chanté, il faudrait juste juste éviter « c’est alors-re que ma paupière ». Il y a aussi une reprise par Hubert Félix Thiefaine (pas à son meilleur je trouve) ça intéressera les fans.

 

Et puisque dans la série sur Brassens, on citait la préface de l’Anthologie de la poésie française d’André Gide, je vous en ressers un extrait.

__________________________
Je me souviens d’avoir entendu Verlaine, ce musicien, déclarer que, de beaucoup, il préférait à Hugo Lamartine. En tout cas Lamartine est le premier en date et c’est de lui qu’il convient d’abord de parler. Il a des départs prestigieux et je ne connais rien qui puisse être comparé aux premiers vers du Lac ou du Vallon ; mais son essor atteint aussitôt son plafond ; hauteur où il plane ensuite inlassablement (ou du moins ne lassant que le lecteur), sans sursauts, sans nouveaux coups d’ailes. Ce qui manque le plus à ces suites de vers, d’un bercement égal et quelque peu fastidieux, c’est à quoi Baudelaire excellait avec audace : la surprise. Mais, dans le flasque, c’est encore ce que l’on a fait de mieux ;

Tous les thèmes

 

Nombres

Paralipomènes 45/67
(la série qui revient en 68 billets sur les 44 premiers thèmes du blog)
123456789
101112131415161717bis1819
20212223242526272829
30313233343536373839
40414243444546474849
50515253545556575859
6061626364656667

La trentième série du blog a eu beaucoup de succès, c’est celle qui suscité le plus de commentaires et de propositions de chansons de mes lecteurs. Elle était pourtant consacrée à un thème a priori rébarbatif : les nombres dans les chansons. Retournez voir le post où je recense toutes vos propositions. Je propose aujourd’hui une chanson de Hubert-Félix Thiéfaine, probablement l’auteur de chansons faisant l’usage le plus glouton de nombres de toutes sortes.

113ème cigarette sans dormir.

Thiéfaine adore vraiment les nombres, la tournée dont est tiré le clip s’appelle VIXI Tour XVII !!

Et puisqu’on parle de nombres : vous venez de lire le 400è billet du Jardin aux chansons qui bifurquent. Quel esclavage d’écrire tout ça à la fin…

Tous les thèmes

J’ai mal aux globules

Paroles cryptiques 5/9
123456789

Une petite astuce pour écrire vos paroles cryptiques : référez-vous aux mathématiques. On en a déjà vu un exemple dans ce blog avec Le Chien de Léo Ferré, ici. Hubert-Félix Thiéfaine, grand maître de la chanson rock-abstraite, use et abuse de ce subterfuge. Voir le post conclusif de la série sur le nombre en chanson, ici. Autre astuce : si vous n’arrivez pas à caser des maths dans le texte de la chanson, rabattez-vous sur le titre…

Regardez bien la vidéo ci-dessous. Hubert-Félix Thiéfaine refuse de donner les clefs : il ne nous dira pas si ultimae veut bien dire « dernier » en latin, on n’a qu’à avoir un dico, non mais… Quant à Daniela Lumbroso, elle tord un peu le titre de la chanson en disant au singulier « la mathématique », comme tout bon philosophe des sciences finalement. Mathématiques Souterraines, Hubert-Félix Thiéfaine.

Puisque le post d’aujourd’hui est un peu pop-rock, vous pouvez aller revoir le post consacré à I am the walrus, chanson des Beatles très célèbre pour ses paroles volontairement cryptiques : ici.


Tous les thèmes

Thiéfaine et le nombre

Quel est le plus grand nombre (dans une chanson) ? (6ter/6)
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 6bis6ter

Pierre C., internaute de Paris me signale une chanson d’Hubert-Félix Thiéfaine que j’ai oubliée dans le best-of du dernier post. Effectivement, Thiéfaine est une grande source de nombres, rien qu’à voir les titres de quelques unes de ses chansons : L’Ascenseur de 22h43, 22 mai ,113e cigarette sans dormir, Un vendredi 13 à 5.H, Chambre 2023 (& des poussières), Diogène série 87, 542 lunes et 7 jours environ, Portrait de femme en 1922, Série de 7 rêves en crash position, 24 Heures dans la nuit d’un faune, Critique du chapitre 3 , Orphée nonante huit, 27e heure : suite faunesque, Eurydice nonante sept, Exercice de simple provocation avec 33 fois le mot coupable, Le Touquet Juillet 1925, Guichet 102, Télégramme 2003, Strindberg 2007, Trois poèmes pour Annabel Lee, Compartiment C voiture 293 Edward Hopper 1938, Résilience zéro, Narcisse 81, Groupie 89 turbo 6, Alligator 427. Et son treizième album s’appelle Défloration 13. Mais on cherche toujours une chanson avec le nombre 19 …

La chanson choisie par Pierre C. : La vierge au Dodge 51, particulièrement riche en nombres !

N’oubliez pas, demain, c’est Julien Lepers !!

 

Tous les thèmes