Ni Jean-Jacques Goldman, ni JeHan, ni Hubert-Félix Thiefaine, ni Jean-Jacques Milteau n’est le plus grand bluesman français (ni Personne ?)

Qui est le plus grand bluesman français ? 7bis/8
11bis233bis44bis5677bis8

C’est promis : demain, on met fin au suspense, on saura qui est le plus grand bluesman français. Un dernier points sur les nombreuses propositions des lecteurs du blog.

Merci à « Genzo le parolier » pour sa proposition d’authentiques blues de Renaud : Le blues de la Porte d’Orléans, et À quelle heure on arrive.

 

NP propose Jean-Jacques Goldman comme plus grand bluesman français avec à l’appui de cette hypothèse Reprendre c’est voler qui est assez blues. Je ne sais plus quoi inventer pour repousser toutes ces bonnes idées … Disons qu’il est trop optimiste ce bon J.-J. G.

 

Sur Facebook, Alain Berjon nous propose JeHaN qu’on a déjà vu sur le blog dans une veine plutôt réaliste (ici). Il excelle aussi dans le blues donc, avec par exemple cette reprise d’un grand succès de Michel Fugain, Je n’aurai pas le temps, extrait de son album La vie en blues. Tiens tiens, encore des paroles de Pierre Delanoë, ça avait suffit à éliminer Joe Dassin !

 

Loïc Perlman propose un duo, Paul Personne et Hubert-Félix Thiefaine. Le vieux bluesman et la bimbo. Très réussi, mais on cherche un seul plus grand bluesman français, ça ne peut pas être un duo.

 

Pierre Aboulker nous propose enfin l’harmoniciste Jean-Jacques Milteau. Ça ne compte pas, ici on ne s’intéresse qu’aux chanteurs ! Blues Harp.

 

Tous les thèmes

La Mélu

Putain de métier 10/11
1234567891010bis11

Pour conclure la série, je vous propose deux billets qui nous montrent que le thème de la putain inspire jusqu’à aujourd’hui les meilleurs héritiers du courant réaliste. D’abord, La Mélu, par JeHaN

La chanson est très belle et efficace… Le procédé est aussi classique qu’habile : parler d’un sujet particulier (le destin d’une putain) pour parler d’un sujet universel (la vieillesse). Les paroles sont de Delphine Boubal et la musique de Lionel Suarez. Sur la page web de JeHaN, je lis :

C’est la première chanson que ces Aveyronnais m’ont proposée. Elle gardait les vaches, il était musicien de bal. Et puis franchement cela m’a « troué le cul », c’est dit ! La première fois que Nougaro a écouté cette chanson, il a dit : « là, je signe ». J’étais tellement heureux que je ne lui ai pas demandé ce qu’il signait.

J’ai fouillé tout internet pour savoir qui est cette Delphine Boubal, ou ce qu’elle est devenue : 10 chansons déposées à la SACEM, et c’est tout, aucune autre trace. Si quelqu’un la connait, merci de me faire signe…

Tous les thèmes