Coagulation

Bouchers, boucherie et chanson, 8/16

La chanson de boucherie, c’est aussi l’histoire d’une lente coagulation. Le sang des bêtes n’en finit pas pas de se dessécher. Les « tueries particulières » du XVIIIe siècle, avec leur sang qui coulait à même la rue, remplacées par les abattoirs avec leurs personnages hauts en couleur qui hantaient les centres-villes puis les périphéries, abattoirs finalement repoussés dans les campagnes, et qu’on ne peut plus voir que dans les vidéos filmées par des activistes véganes. Et la viande est de plus en plus hachée, cachée, vendue en cube, en « nuggets », etc. En fait, sans l’invention du « personnage » du boucher par Boris Vian, la chanson serait peut-être devenue végétarienne, insoucieuse de toutes les viandes. Je vous propose aujourd’hui un mini-panorama de l’évolution de la chanson bouchère.

Dans les années 1960, on pouvait encore faire des chansons explorant la nomenclature désuète des différents morceaux du bœuf. Parodie de La valse à mille temps de Jacques Brel par Jean Poiret. Une vache à mille francs.

On pouvait aussi chanter quelques délicieuses spécialités bouchères. Les Charlots, Paulette la reine des paupiettes. J’aime bien l’air consterné du public. Noter la présence de Jean-Christophe Averty dans le public.

Quelques décennies plus tard, une lente fermentation de la chanson carnée a produit La Viande de Brigitte Fontaine.

En bonus du jour, un extrait de la meilleure série télé de tous les temps, The wire. He mister nugget.

1 – Trois petits enfants s’en allaient glaner aux champs
2 – Comment inventer le mouton français ?
3 – Rue de l’Échaudé
4 – Elle est d’ailleurs
5 – Les crochets de bouchers
6 – L’hyper-épicier
6bis – Crochets francophones
7 – La viande commence par Vian
8 – Coagulation
9 – Professeur Choron, boucher et assassin
10 – Les garçons bouchers
11 – Jean-Claude Dreyfus
12 – Tout est bon dans le cochon (et réciproquement)
13 – Jean-Pierre Coffe en a un petit bout
14 – Mes bouchers
15 – Ficelle à rôti
16 – La Chanson du boucher de Michèle Bernard

Tous les thèmes

Il en est

L’homosexualité en chanson 12/15
123456789101112131415

Dans les années 1950 et 1960, l’homosexualité reste donc cantonnée à la caricature. C’est le règne des expressions supposément utilisées par les homos et singeant des codes de sociétés secrètes, par exemple « il en est » (de la jaquette flottante ?). En 1968, On dit qu’il en est par Fernandel.

Je vous passe quelques vidéos du même tonneau. Extrait du film La cage aux folles, adaptation d’une pièce de théâtre de 1973 écrite par Jean Poiret, la merveilleuse scène des biscottes. La vision de l’homosexuel (joué par Michel Serrault) est certes stéréotypée et caricaturale, mais les stéréotypes « virils » en prennent aussi pour leur grade, si bien qu’on ne sait plus qui se moque de qui…

Une interview de Jean Poiret.

Ensuite, La guerre en dentelles, sketch un peu lourdingue de Roger Pierre et Jean-Marc Thibaut en 1956 (la vidéo est sans doute plus récente). La « guerre en dentelles », avant d’être un sketch désigne des guerres du XVIIIè siècle se déroulant selon un schéma très codifié, sous le commandement d’aristocrates qui portent justement de la dentelle.

Pour finir, vous pouvez aussi regarder sketchs des Deschiens qui recyclent quelques poncifs sur les garçons coiffeurs.

Tous les thèmes

Les bonbons, version réactionnaire

La chanson anti-soixante-huitarde 1/8
12345678

Nos cinq séries sur Mai 68 :
1 – Les cultures soixante-huitarde
2 – Mai 68 politique
3 – Les chansons de mai
4 – La chanson anti-soixante-huitarde
5 – Les nostalgiques de Mai 68

Voici la quatrième série sur Mai 68. Toute révolution entraîne une réaction. On aborde donc aujourd’hui la chanson anti-soixante-huitarde, répertoire assez abondant. De même que la chanson de Mai 68 n’a pas commencé d’exister le 1er mai 1968, la réaction à Mai 68 a commencé avant 68.

Exemple : Jacques Brel qui est très « soixante-huitard » en ce qu’il dénonce souvent les conventions sociales ou la religion avec l’énergie du défroqué. Mais qui n’hésite pas à se moquer de qui défile en « criant paix au Viet Nam ». Son public est enthousiaste, il est mûr pour tourner la page et passer directement à Sardou. Les bonbons, deuxième version de 1967. Pour voir la vidéo, il faut cliquer sur le lien ici.

Pour mémoire, vous pouvez écouter la première version de la chanson (1964).

Et puis une parodie par Jean Poiret, en présence de Brel !

Tous les thèmes