Une bien triste bamba

Paralipomènes 16/67
(la série qui revient en 68 billets sur les 44 premiers thèmes du blog)
123456789
101112131415161717bis1819
20212223242526272829
30313233343536373839
40414243444546474849
50515253545556575859
6061626364656667

Dans la dixième série du blog, consacrée au mot « société » en chanson, je vous disais que Pierre Billon, parolier de J’ai oublié de vivre,  était lié à une devinette non-résolue du blog. Il s’agissait de trouver une chanson française qui cite nommément Eddie Van Halen, célèbre guitariste de hard rock. Je vous ai reposé la question il y a quelques jours (ici) à, le jour tant attendu de la réponse est enfin venu ! Bravo à Michael, célèbre hackeur, qui a trouvé la réponse grâce à une requête google particulièrement rusée (essayez pour voir, c’est vraiment pas simple de trouver la réponse avec une requête google basique).

La réponse du jour, c’est du super lourd les gars, appréciez cette chanson à sa juste valeur. Ce que je préfère, ce sont toutes les références au solfège, mais chacun y trouvera son miel. La bamba triste, de Pierre Billon.

Sinon, on comparait dans la série le mot « société » au mot « système », mais on ne donnait pas de chanson avec le mot « système ». Il n’est pas si simple d’en trouver. Il y a Paradoxal système de Laurent Voulzy, mais là je parle de chanson un peu politique. Il y a donc Ça fait d’excellents Français qui nous dit : « La République, c’est encore le meilleur des systèmes ici-bas ». Je vous l’ai passée dans la série sur le comique troupier, ici. Mais il y a au moins une autre chanson qui parle du « système ». Je vous laisse jusqu’à demain pour chercher. Ça doit pas être si compliqué maintenant que tout le monde est contre le Système (un indice : allez voir du côté des chanteurs de droite).

Tous les thèmes

 

Samba triste

Nougaro et ses compositeurs 9/15
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 – 11 – 12 – 13 – 1415

On retrouve dans ce post Baden Powell sans Nougaro. Samba Triste.

(Au fait, à ne surtout pas confondre Samba Triste avec La Bamba Triste de Pierre Billon, on en reparle un autre jour).

Tous les thèmes

 

Étonnez-moi Benoît

Un petit tour dans les autres blogs 5/6
1 – 2 – 3 – 4 – 56

Hier, on était sur France Inter, allons faire un petit tour sur France Musique. Je vous présente une émission que je connais très mal car j’ai découvert son existence il y peu de temps. Elle me semble tout à fait extraordinaire, mêlant avec érudition chanson, opérette et musique populaire. C’est Étonnez-moi Benoît, de Benoît Duteurtre. Le site web propose de ré-écouter plein d’émissions. Je vous suggère celle consacrée à Patachou, en présence de son fils Pierre Billon, qu’on a déjà rencontré deux fois sur ce blog (une fois comme parolier de J’ai oublié de vivre, ici, et une deuxième fois sans le nommer, car il participe à la solution à l’une de nos énigmes non-encore résolue…).

Un passage intéressant, vers 58min, à 30min de la fin donc : Pierre Billon évoque son activité d’auteur de génériques pour la télé, de divers jingles, etc. 

Ici

Tous les thèmes

La société, ça fait chanter Johnny

De l’usage du mot « société » en chanson – 2/5
1 – 2 – 3 – 45

On continue à explorer le mot « société » et son usage dans la chanson. N’hésitez pas à soumettre vos idées dans les commentaires à propos, il y a sûrement de nombreux exemples (ou contre-exemple ?). On passe à Johnny. Mais qu’est ce qui le fait chanter depuis 50 ans ? La société bien sûr, c’est lui qui le dit dans J’ai oublié de vivre : 

À force d’oublier qu’il y a la société
M’arrachant du sommeil
Pour me faire chanter

On notera l’air particulièrement rageur de Johnny au moment de prononcer « société-hé-é ». C’est vers 2min 50s :

« À force d’oublier qu’il y a la société
M’arrachant du sommeil
Pour me faireuh chanter »

À l’appui de mon hypothèse selon laquelle le mot « société » parlait particulièrement au public des années 1970, j’observe qu’en 2006, Johnny laisse tomber le couplet « société » :

https://www.youtube.com/watch?v=1uv1ihHbF9U

Les paroles sont de Pierre Billon, fils de Patachou et filleul de Brassens. On le reverra dans ce blog, on l’a même déjà évoqué sans le nommer dans une petite énigme non-encore résolue (c’est un indice, fouillez tout le blog pour voir de quoi il s’agit…). La musique est de Jacques Revaux.

Tous les thèmes