La rue Watt

Lieux possibles, impossibles et imaginaires de la chanson 6bis/17
12344bis566bis78910
1112131414bis15161717bis17ter

Merci à Patrick Hannais de me signaler le générique du film de Jean-Pierre Melville, Le doulos, tourné rue Watt à Paris. La musique est de Paul Misraki (plus connu pour Tout va très bien madame la marquise !). L’homme qui marche, c’est Serge Reggiani.

Tous les thèmes

Pour tout maillot, j’avais la peau

La chanson sexuellement explicite 18/18
12344bis55bis6788bis99bis
101111bis1212bis131415161718

Les meilleures choses ont une fin. À partir d’après-demain : punition, on reparle d’art majeur et d’art mineur. Pour conclure en beauté cette série, une plongée dans le passé. Brassens ne disait-il pas :

Eh bien, messieurs, qu’on se le dise
Ces belles dames de jadis
Sont de satanées polissonnes
Plus expertes dans le déduit
Que certain’s dames d’aujourd’hui,
Et je ne veux nommer personne !

D’abord, Bessie Smith, I need a little sugar in my bowl. Je vous laisse découvrir les paroles à double sens.

Il m’a vue nue, petit trésor explicite du temps jadis. Par Mistinguett.

Par Emma Liebel.

Je voudrais en savoir d’avantage, une chanson d’André Hornez et Paul Misraki, que j’ai découvert en écoutant l’excellente émission Tour de chant, sur France Musique. Par Lyne Clevers.

Trouver sur le Facebook de Floréal Melgar, un texte paillard de Voltaire en personne. Gaillardise, par Lionel Rocheman.

Perle d’un passé plus lointain encore, Le lion amoureux, fable de La Fontaine récitée par Fabrice Luchini. Je lui emprunte un titre rétrospectif pour la série : « Si la vérité vous offense, la fable au moins se peut souffrir ».

Plongeons encore plus loin dans le passé…  Les Stances de Ronsard, sur une musique de Guy Béart,  chantées par un certain Pierre Desproges avant qu’il ne se lance dans la blague. Les paroles sont un peu massacrées, la musique aussi, mais le document est exceptionnel.

Mais quand au lit nous serons
Entrelacés, nous ferons
Les lascifs selon les guises
Des amants qui librement
Pratiquent folâtrement
Dans les draps cent mignardises.

Encore quelque chose sur ce sujet qu’on ne quitte qu’à regret. La Fricassée parisienne, recueil de chansons de la Renaissance, avec de magnifiques polyphonies. Je vous recommande l’avant dernière piste, mise en musique par Clément Janequin d’un poème de Clément Marot, Un jour Robin vint Margot empoingner. On est quatre ou cinq siècles avant Gainsbourg… Par l’Ensemble Clément Janequin.

Un jour Robin vint Margot empoingner
En luy monstrant l’oustil de son ouvraige
Et sans parler la voulut besoingner.
Mais Margot dit « vous me feriez oultraige
Il est trop gros et long a l’avantaige ».
« Bien, dist Robin, tout en vostre fendasse
Je n’y mectray » ; adoncques il embrasse
Et seullement la moytié y transporte.
« Ha, dist Margot, en faisant la grimace,
Boutez y tout, aussy bien suys je morte ».

La vidéo de Matthias Bouffay sur la chanson de sexe m’a bien aidé à préparer cette série. Allez voir la chaine YouTube de ce grand connaisseur de la chanson. Ici.

Tous les thèmes

Tout va très bien madame la marquise

Expressions et mots venant de la chanson : les sources et les robinets 13/13
11bis234567899bis1010bis111213

Depuis plusieurs jours, on cherche la meilleure expression venant de la chanson. On a eu le rickroll, la franck-mickaélisation, « on connait la chanson », la décadanse, hakuna matata, les copains d’abord, « se faire chanter Ramona », bidasse, « chauffe Marcel », « marche à l’ombre », « zazou », etc. Et le vainqueur (deviné sur Facebook par Pierre A.) est…

Tout va très bien madame la marquise !

Paroles et musique de Paul Misraki. Par Ray Ventura et ses Collégiens.

 

Sur la page wikipedia de la chanson, je lis :

Tout va très bien madame la marquise est devenu un raccourci historique pour dépeindre l’immédiate avant-guerre (années 1935-1939) en France et peut-être plus particulièrement les accords de Munich (septembre 1938). Dès l’année suivant son enregistrement (22 mai 1935), la formule fait déjà florès auprès des journalistes. L’expression « Tout va très bien monsieur Herriot » est employée au moment des grèves de juin 1936. Ce sera ensuite « Tout va très bien Monsieur Mussolini. » Et enfin Tout va très bien mon Führer sur les ondes de Radio-Londres.

Tous les thèmes