Homosexualité

La chanson sexuellement explicite 10

Je profite de cette série pour corriger une erreur. Dans la série sur l’homosexualité (ici), j’ai dit que Trenet ne faisait pas allusion à son homosexualité dans ses chansons. Dans La folle complainte, passée dans le billet précédent, il y a tout de même ce couplet un peu équivoque :

La revanche des orages
A fait de la maison
Un tendre paysage
Pour les petits garçons
Qui brûlent d’impatience
Deux jours avant Noël
Et, sans aucune méfiance,
Acceptent tout, pêle-mêle :
La vie, la mort, les squares
Et les trains électriques,
Les larmes dans les gares,
Guignol et les coups de triques,
Les becs d’acétylène
Aux enfants assistés
Et le sourire d’Hélène
Par un beau soir d’été.

Mon lecteur et ami Luc Rosenzweig, décédé l’été dernier, m’a indiqué que Le jardin extraordinaire est en fait truffé d’allusions à des séances de dragues clandestines au jardin des Tuileries. J’ai réécouté, effectivement, vu comme ça, tout s’explique : « Il se passe de tout là-dedans ». Cher Charles, finalement, nous cultivons chacun notre jardin. Même s’ils ne ressemblent pas, ça nous fait un point commun.

Je n’avais pas prévu au départ de parler d’homosexualité dans cette série. Il y a déjà eu une série sur le sujet, et en fait, beaucoup de chansons de la présente série ne sont pas explicitement hétérosexuelles il me semble… Mais puisque j’y suis, je vous passe Georges de Thomas Fersen, proposé par Pierre A. de Paris.

Tous les thèmes

Discours de fleurs

Cinq devinettes sur Georges Brassens 1/6
122bis3456

À partir d’aujourd’hui, on lance un petit jeu de piste autour de Georges Brassens. Il s’agit de répondre à cinq devinettes, faciles ou difficiles, et conçues pour qu’une requête sur un moteur de recherche ne soit d’aucune aide. Ceux qui savent tout sur Brassens n’apprendront rien, et ceux qui ne savent rien n’apprendront pas tout… Mais j’espère que tout le monde s’amusera. Je donne aujourd’hui les cinq devinettes (à la fin du billet), et j’égrainerai les réponses dans les billets suivants.

Pour vous laisser le temps de chercher, je propose aujourd’hui une belle interprétation d’une chanson très peu connue de Georges Brassens. Thomas Fersen chante Discours de fleurs. Si ça vous plaît, vous pouvez voir Thomas Fersen au Radiant Bellevue, près de Lyon, le 22 novembre 2017, voir ici.

 

Première devinette : quelle chanson de Brassens n’est pas de Brassens ?
Et oui, Brassens est souvent célébré comme auteur ou comme compositeur, plus rarement comme interprète. Il a pourtant enregistré des disques de reprises, qui contiennent quelques perles : À la place Maubert de Bruant, Je suis swing de Johnny Hess, Le vieux château, etc… Mais il a très rarement chanté des chansons écrites par d’autres spécialement pour lui. Donner un exemple, c’est une chanson souvent considérée comme « de Brassens » et qui pourtant n’est pas de Brassens…

Deuxième devinette : quand Brassens chante-t-il en anglais ?
Brassens n’hésite pas à glisser quelques mots étrangers dans ses chansons : latin (« tous les De profundis, tous les Morpionibus », allusion à une célèbre chanson paillarde, dans Le mécréant). Ou de l’allemand dans La tondue. Mais dans quelles chansons utilise-t-il ce grand ennemi de la chanson française qu’est l’anglais ?

Troisième devinette : quelle planète Brassens oublie-t-il ?
Brassens avait une grande culture classique : dieux grecs ou romain pullulent dans ses chansons. Les planètes de notre système solaire, qui empruntent leur nom à ces dieux, sont de ce fait toutes citées dans ses chansons. Toutes, sauf une … Laquelle ?

Quatrième devinette : quand Brassens se livre-t-il à la censure ?
Brassens, chanteur anarchiste épris de liberté et dont nombre de chansons furent censurées était donc logiquement l’ennemi de la censure. Pourtant il n’hésite pas à censurer des poètes… Où donc ?

Cinquième devinette : quand Brassens se livre-t-il à l’auto-censure ?
D’accord, Brassens censure, l’affaire est entendue. Mais dans quelle chanson Brassens s’autocensure-t-il ? Évidemment, c’est impossible à déduire de la simple écoute de la chanson, puisque le couplet caviardé ne s’y trouve pas (ce ne serait pas de la censure sinon)… Attention, il y a au moins deux réponses possibles.

Tous les thèmes

 

Thomas Fersen propose la botte

Décortiquons l’auto-stoppeuse 1bis/5

1– 1bis – 2 – 3 – 4 – 4bis – 5

Un petit post pas prévu parce que Maryvonne, m’a communiqué une solution imprévue à l’énigme : Le chat botté, de Thomas Fersen. La chanson utilise bien l’expression « proposer la botte », bravo Maryvonne. Je laisse toutefois l’énigme ouverte, j’ai une autre solution (c’est la fameuse solution prétendument « incroyable », que Maryvonne a aussi trouvé d’ailleurs, mais elle est d’accord pour la garder secrète quelques jours !). 



Tous les thèmes