De peur que des rôdeurs n’emportassent le reste

Paralipomènes 25

La seizième série du blog était consacrée à l’imparfait du subjonctif. Vous m’avez proposé plusieurs chansons de Georges Brassens, l’un des rares auteurs de chansons à utiliser ce temps désuet. Par exemple, dans Stances à un cambrioleur.

Tous les thèmes

 

Brassens et NTM nous parlent du système

Paralipomènes 17bis

Merci pour vos propositions de chansons qui parlent du « système ». Nathalie, internaute de Lyon 7è, nous propose La maîtresse d’école, une chanson de Georges Brassens, ici chantée par Maxime Le Forestier. « Ce système ne fut jamais admis… »

Bastien, lui aussi internaute de Lyon 7è (ils doivent probablement être voisins ?), nous propose Laisse pas traîner ton fils de Suprême NTM. « Le système a la tête sous l’eau ».

Tous les thèmes

La première énigme

Paralipomènes 12

La première énigme passée dans le Jardin, c’est l’Énigme HM, sixième série du blog. Allez la voir, je ne vous donne pas la solution si jamais vous vouliez la chercher pour vous amuser. Écoutez ça avant ou après, ça va très bien dedans. Celui qui a mal tourné, Georges Brassens, avec un clip assez bien fait, bricolé à partir d’extraits de film de Charlie Chaplin.

Tous les thèmes

 

Le bouquet d’Ypres

Paralipomènes 9

Le 9 mars 2016, j’ai posté un billet de remerciements à mes premiers suiveurs. C’est le billet qui a obtenu le moins de succès depuis le début du blog : un seul petit clic ! Je suis poli de dire « merci », et voilà comment on me récompense…

Je notais dans ce billet que Bécassine de Brassens citait la chanson Fleur Bleue de Trenet. En fait, selon Bertrand Dicale, les vers

Qui pourra chanter la chanson,
Des fleurs bleues en toute saison

font plutôt référence au Bouquet d’Ypres, que Brassens citerait également dans Corne D’auroch, voir le livre Brassens ? page 88. Le bouquet d’Ypres est une chanson de poilus, évoquant Ypres, ville belge où furent menés des combats très meurtriers lors de la première guerre mondiale, et où pour la première fois furent utilisés des gaz de combat (d’où le nom d’ypérite donné au gaz moutarde).

Vous êtes vraiment trop fort Monsieur Dicale. Pour ma part, je trouve que la référence au Bouquet d’Ypres est assez claire pour Corne d’Auroch, mais pour Bécassine, la référence à Trenet me semble plus pertinente, si toutefois il y a là une référence quelconque. Que chacun se fasse son opinion, je vous mets toutes les chansons concernées !

Le bouquet d’Ypres

Fleur bleue

Bécassine

Corne d’Auroch

Tous les thèmes

 

L’hymne du MLF

Paralipomènes 8

Lors d’un post hors-série, Spécial journée de la femme 2016, je vous avais passé Saturne de Georges Brassens. Je vous propose aujourd’hui L’hymne du MLF (pas moyen de retrouver qui chante).

Cet hymne emprunte sa musique au Chant des marais, parfois appelé Chant des déportés. L’histoire de cette chanson est très intéressante. Sur wikipedia on peut lire :

la musique a été composée par Rudi Goguel […] au camp de concentration de Börgermoor, ouvert en 1933 et administré par la SA. Les cadres SA (puis SS) des camps exigeaient traditionnellement des prisonniers qu’ils chantent pour se rendre au travail. […]

Quelques-uns des déportés de Börgermoor, libérés à l’issue de leur condamnation, choisirent de s’exiler et firent connaître le chant en Angleterre. C’est là qu’en 1936, le compositeur Hanns Eisler, collaborateur musical de Bertolt Brecht, en fit une adaptation pour le chanteur Ernst Busch. Celui-ci rejoignit en 1937 les Brigades Internationales en Espagne, de sorte que le Chant des déportés, chanté par les volontaires allemands des Brigades, acquit rapidement une grande notoriété.

Parallèlement, il se répandit en Allemagne, d’un camp de concentration à l’autre, puis en Pologne occupée, et finit même par atteindre certains déportés du camp d’extermination d’Auschwitz.

Plus d’infos sur le site de le Fédération Nationale des Déportés, Interné, Résistants et Patriotes.

Le chant des marais, chanté par un chœur d’hommes :

Tous les thèmes

 

La complainte des filles de joie

Putain de métier 5/11
1234567891010bis11

En 1961, petit tremblement de terre dans la chanson : La complainte des filles de joie, de Brassens, hymne aux accents presque syndicalistes, ce qui est assez inhabituel chez le bon Georges. La rupture opérée par cette chanson est assez subtile. Car personne n’a attendu Brassens pour découvrir les tourments de la prostituée, dont la chanson réaliste ne cachait d’ailleurs rien, on l’a vu. Mais elle les mettait en scène dans l’univers pittoresque de la zone et des apaches, qui faisait le délice du bourgeois s’encanaillant aux concerts de Bruant (avant d’aller finir sa soirée au claque peut-être ?).

Réécoutez bien les quatre premières chansons de la série : la souffrance de la putain est belle comme une image pieuse teintée d’un zeste de Bovarysme dans L’accordéoniste, pleine de fantaisie et de légèreté dans Prospère et de misérabilisme dans Pauvre Pierreuse. Dans Cayenne, elle participe de la noblesse de la révolte sociale. Bref, elle est à chaque fois à une place, elle sert toujours à quelque chose ou à quelqu’un, elle est prostituée pourrait-on dire. Chez Brassens, la vie de la putain est donnée toute crue pour ce qu’elle est, dans une écriture simple et dénuée de jugement, de complaisance ou de voyeurisme. La chanson est d’ailleurs souvent reprise par des femmes, on l’a déjà noté dans la série masculin/féminin, ici.

Sur le site Analyse Brassens, on lit :

Le 16 juin 1976 le collectif des prostituées de Paris adresse à Georges Brassens la lettre suivante :
« Cher Georges Brassens,
Nous les Putains vous disons merci pour vos si belles chansons qui nous aident à vivre. Malheureusement nous n’avons eu votre adresse que très tard. Voici une invitation. Nous vous embrassons toutes.
Vos Copines du Collectif de tout cœur avec vous toujours. »

Tous les thèmes