Mettre Euclide dans une poubelle

Mathématiques et chansons 27

Dans Le chien, Léo Ferré puise son inspiration aux géométries non-euclidiennes en écrivant :

II faut tuer l’intelligence des mots anciens
Avec des mots tout relatifs, courbes, comme tu voudras
Il faut mettre Euclide dans un poubelle
Mettez-vous le bien dans la courbure
C’est râpé vos trucs et manigances

Je suis un peu gêné par ce passage, qui sous-entend qu’il y aurait une géométrie euclidienne, scolaire, bourgeoise et établie, opposée à une géométrie non-euclidienne, poétique, saine et révolutionnaire. Ce genre d’absurdités se voit de loin en loin, et conduit parfois au pire, voir par exemple l’affaire Lyssenko dans l’ex-Union Soviétique.

En fait, Euclide est devenu une sorte de « méchant » dans la galerie de personnages de Ferré, opposé à des « gentils » comme Edgar Poe ou Arthur Rimbaud. Le journal Tangente a consacré dans son numéro spécial 51, Esthétique et éthique, un bref article aux expressions mathématiques dans les chansons et textes de Ferré. Merci à Nadia Brauner de me l’avoir communiqué. Pas moins de quatre occurrences de « Euclide » sont mentionnées, c’est quand même pas mal, la plupart des chanteurs ne parlent jamais d’Euclide. Ma citation préférée, extraite de Technique de l’exil :

Je me propose dans ma solitude définie, une morale non euclidienne.

Passons, et pardonnons au grand Léo qui n’a envoyé aucun géomètre au goulag, tout euclidien soit-il.

Tous les thèmes

2 commentaires sur “Mettre Euclide dans une poubelle

  1. Passionnante votre thématique autour et avec les mathématiques.
    J’imagine donc qu’un tel lien peut vous intéresser :
    https://mathinfo.unistra.fr/websites/math-info/irem/Publications/L_Ouvert/n100-101/o_100-101_90-101.pdf.
    Quant à l’idée commune des méchants matheux d’un côté et des vrais poètes (et révolutionnaires) de l’autre, bien caractéristique finalement d’une génération (juste avant la mienne) aux idées similaires dans lesquelles se sont engouffrés un max d’une jeunesse en mal de révolte … je sais tout particulièrement ce que cela a tenté de produire à un niveau tant éducatif que culturel… Ferré … j’ai mis des années à l’entreprendre « autrement », ce en tant que musicien.
    En tout cas, des lectures (et des exemples) vraiment intéressants qui de fait, interpellent.
    Merci.

    J’aime

  2. Merci pour le lien, j’ai lu l’article, c’est très intéressant. J’ai déjà passé pas mal de Bach dans le blog, la troisième série lui est même consacrée. L’idée des « méchant » scientifiques est très ancienne. Au début de la série, j’ai montré un poème de Jacques Peletier du Mans, un poète du XVIe siècle, qui prenait la défense des mathématiques. C’est donc qu’elles étaient attaquées ! Chez Ferré, c’est quand même nuancé, parce que dans sa poésie, un partie des mathématiques (la géométrie non euclidienne) est magnifiée comme métaphore de la liberté de penser différemment des autres pour le dire vite. Mais une autre est implicitement dénoncée. C’est évidemment un contre-sens mathématiques, en ce sens qu’il n’y a pas de conflit entre les géométries euclidienne et non euclidienne depuis longtemps. Mais ça garde une certaine efficacité poétique.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s