Chance et Malchance à QPUC

Questions pour un champion 4/6
1 – 2 – 3 – 4 – 56

Au 4 à la suite, on vous propose le thème « chanson française ». Quelle chance, vous êtes justement lecteur d’un blog sur la chanson, vous vous y connaissez drôlement. Vous connaissez peut-être tout Brassens, tout Brel, ou alors la variété des années 1970 ? Il faut choisir ce questionnaire, vos adversaires vont pleurer leur buzzer…

Mais voilà, le concepteur du questionnaire lui aimait surtout Karen Cheryl, Jeanne Mas et François Valéry… Pas de bol : vous faites un lamentable zéro. Et s’il y a une question sur Georges Brassens, on vous demande le prénom de son grand-père, quel jour de la semaine il est né, combien de fois le prénom « Jeanne » est cité dans ses chansons, ou n’importe quelle information idiote ignorée des meilleurs experts.

C’est là qu’il ne faut pas s’énerver ou perdre le moral, c’est la très dure loi du jeu, si vous n’aimez pas ça, il faut jouer à Des Chiffres et des Lettres. Surtout ne pas pester contre ces stupides concepteurs de questionnaires, ce serait inélégant. Mais patience, votre heure viendra : un autre jour, au Face-à-Face, une longue question commence par « Chanson qui se termine par une sonnerie de réveil… », et là, c’est le moment de buzzer pour un petit moment de gloire (et 4 points, mais évidemment, c’est tout à fait secondaire). Ta Katie t’a quitté, Boby Lapointe.

Tous les thèmes

 

L’art est docile à l’ami

L’énigme LdV 6/6
1 – 2 – 3 – 4 – 4bis – 566bis

Voici venue l’heure tant attendue de la solution. Vous avez tous trouvé : le point commun entre toutes les chansons de la série : c’est qu’il y a dans les paroles des noms de notes de musique. « As simple as do, ré, mi » comme diraient les Jackson 5. Vous pouvez maintenant vous casser la tête pour savoir si la note énoncée est bien la note chantée (des fois oui, des fois non…).

Je n’ai pas trouvé de chanson dont les paroles soient exclusivement constituées de noms de notes, mais ça doit sûrement exister (une belle contrainte synthouchanpiste, voir la série sur l’Ouchanpo (ici)). Pour ceux qui croiraient que c’est impossible, la poétesse Louise de Vilmorin, amatrice de jeux de langage, a écrit un joli texte n’utilisant que les syllabes do, ré, mi, fa, sol, la, si. (Et au fait, Louise de Vilmorin, ça fait LdV).

___________________________
Fado

L’ami docile a mis là
Fade au sol ciré la sole
Ah ! si facile à dorer

Récit d’eau
Récit las
Fado
L’âme, île amie,
S’y mire effarée.

L’art est docile à l’ami
La sole adorée dort et
L’ami l’a cirée, dorée.

Récit d’eau
Récit las
Fado
L’âme, île amie,
S’y mire effarée.

Sire et fade au sol ciré
L’adoré, dos raide aussi,
L’ami dort hélas ici.

Récit d’eau
Récit las
Fado
L’âme, île amie,
S’y mire effarée.

Louise de Vilmorin
(L’alphabet des aveux )
__________________________

Facile à (Fa Si La) mettre en musique : il suffit d’utiliser les notes telles quelles … Qu’est-ce ça donnerait ? Si quelqu’un l’enregistre, je le mets dans le blog, promis. Il est autorisé de varier la longueur des notes, de changer d’octave, de mettre des silences, voire même quelques altérations (dièse et bémol). Ne pas abuser de doubles dièses et doubles bémols s’il vous plaît.

Le site internet de Gérard Villemin m’a pas mal aidé pour cette série. Allez donc voir si vous doutiez que l’encyclopédisme pût être un art naïf. Ici ou ici.

Et j’oubliais, il faut une chanson !! Le Poisson Fa, de Boby Lapointe.

Une bonne blague pour finir. Pourquoi le parquet est-il toujours propre chez les musiciens ? Parce qu’ils ont un « domicile à sol facile à cirer » !

Encore un truc : c’est le 200è post que j’écris pour ce satané blog (mais si mes comptes sont bons, c’est le 199è que vous lisez, je ne les sors pas dans l’ordre où je les écris !!).

Tous les thèmes

Boby Lapointe, mathématicien

Les scientifiques dans la chanson 9/12
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 5bis – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 – 11 12

On a déjà noté dans cette série que Boris Vian était ingénieur. À son instar, les exemples de chanteurs scientifiques ne manquent pas : Guy Béart (ingénieur des Ponts et Chaussées), Antoine (centralien comme Boris Vian),  Nicolas Peyrac (étudiant en médecine) et même Bernard Menez (reçu au concours de l’ENSET, aujourd’hui appelée École Normale Supérieure de Cachan, et un moment prof de maths). J’en oublie sûrement. Je n’ai pas trouvé tellement de traces de leurs études dans leurs chansons.

Il n’en va pas de même avec Boby Lapointe. Son affinité avec les mathématiques a déjà été noté dans ce blog, dans la série sur la chanson oulipiste (ici). Il était mathématicien amateur dans sa jeunesse et auteur d’un mémoire sur la numération binaire.  On trouve quelques traces de cette carrière parallèle dans ses chansons : goût immodéré pour ces constructions formelles que sont les calembours, art de tirer toutes les conséquences logiques d’une idée, aussi absurde soit-elle, et parfois même, une curieuse manière de procéder axiomatiquement, comme par exemple en posant que « uhuhuh » est un « refrain ». Le saucisson de cheval. 

Tous les thèmes

Un chanteur de salle de bain

Ouchanpo – 4/5
1 – 2 – 3 – 45

Une contrainte ouchanpienne assez utilisée est la restriction à un vocabulaire très limité et insolite. Des exemples plus ou moins laborieux existent avec par exemple des chansons qui n’utilisent que les noms des stations de métro de Paris (ce serait bien plus ficelle à Lyon notez). Je préfère la poésie potache et naïve de Boby Lapointe, qui bâtit toute une chanson sur sa salle de bain. D’ailleurs Boby Lapointe était un peu mathématicien sur les bords, pas étonnant qu’il fît de l’ouchanpo. Le tube de toilette.

Tous les thèmes

Merci !

Merci !

Aujourd’hui on interrompt les séries thématiques pour dire un grand merci à Christelle pour le beau tableau qui illustre ce blog depuis quelques jours. Avant de voir les arpèges majeurs comme promis (à partir de demain), une petite chanson sur la peinture. La peinture à l’huile, sur le site de l’INA :

http://www.ina.fr/video/I12150252

Tous les thèmes