Timbres révolutionnaires

Mai 68 politique 2bis/8
122bis3455bis678

Sur Facebook, Floréal Melgar m’indique un lien vers son histoire des différents mouvements trotskystes, très intéressant, ici. Comme dit le proverbe, « deux trotskystes = une organisation, trois trotskystes = un mouvement de masse, quatre trotskyste = une scission ».

Je réalise que le billet sur le trotskysme d’hier était un peu court, mais c’est vraiment difficile de trouver des chansons typiquement trotskystes. Je fais un petit effort. Vous pouvez écouter une chanson normalement appréciée des militants trotskystes, Le chant des partisans de l’Amour (attention, l’Amour ici, c’est le fleuve).  On la connaît aussi sous titre À l’appel du grand Lénine.

En fait sur Wikipedia, on apprend que de nombreuses paroles ont été proposées pour cette mélodie russe de 1828, qui s’apparente donc à ce qu’on appelait un timbre, une musique de chanson dont on change les paroles selon les circonstances. Il y a même une version russe blanche. Voir ici.

Le même air a été utilisé par des anarchistes pour chanter la Makhnovchtchina, une armée crée pendant la révolution russe par l’anarchiste ukrainien Nestor Makhno. La Makhnovchtchina, extrait du disque Pour en finir avec le travail dont on reparle bientôt (ainsi que de l’anarchisme qui ne sera pas oublié !).

Tous les thèmes

L’ombre qui perd son temps à dessiner mon théorème

Paroles cryptiques 6/9
123456789

Le maître incontesté de la chanson cryptique est Léo Ferré (déjà mentionné dans le dernier post).  On continue donc avec une reprise par Bernard Lavilliers (qui prétend posséder quelques clefs secrètes…) de La mémoire et la mer. Notez les références mathématiques !

Je vous propose une explication des vers suivants :

Rappelle-toi ce chien de mer
Que nous libérions sur parole
Et qui gueule dans le désert
Des goémons de nécropole

D’après le Dictionnaire amoureux de la chanson française de Bertrand Dicale : « Léo Ferré raconte qu’un jour à la pêche, il a rejeté à la mer un poisson emmêlé dans des algues parce qu’il avait une bonne tête canine ». Merci monsieur Dicale , mais la nécropole alors ? Les fans de Francis Cabrel (dont je suis) reconnaitront la célèbre cabane du pêcheur.

Sur le site de l’INA, Léo Ferré parle de poésie : ici. Je vous signale aussi une intéressante discussion sur facebook début janvier 2017 à propos des très nombreuses reprises de La mémoire et la mer, animée par Floréal Melgar, à retrouver sur son mur facebook, ici.

Tous les thèmes