C’est pas l’homme qui prend la mer

L’énigme VF 6/9
123455bis6789

Le premier volet de l’énigme, c’était une chanson de Brassens chantée par Renaud, le sixième volet, c’est une chanson de Renaud chanté par le collectif « La bande à Renaud ». Et puis, au troisième volet, on a eu une chanson de Dick Annegarn chantée par le collectif Sol en Si, totalement disjoint de la Bande à Renaud.  Hum… 3 et 3 font 6… Y aurait-il là-dessous quelque diablerie mathématique ? Vérifions vite les décimales du nombre d’or à tout hasard…

Tous les thèmes

Quelques indices

L’énigme VF 5bis/9
123455bis6789

Bravo à Nadia de Meylan et NP de Lyon 6è qui ont à leur tour résolu l’énigme. NP et Nadia proposent à notre sagacité quelques indices (sous forme de chanson). Tout d’abord une chanson déjà prévue et qui passera très bientôt. Et J’avions reçu commandement, interprétée par Yves Montand (encore un grand chanteur qui fait une entrée un peu tardive dans le blog…).

NP nous propose aussi le Grand métingue du métropolitain, une vieille chanson comique et révolutionnaire. NP a mis dans les commentaires une interprétation de Marc Ogeret, je vous propose celle de Jacques Grello. Les paroles sont de Maurice Mac-Nab, auteur d’une thèse sur la gueule de bois, et membre du cercle des hydropathes (tout comme Alphonse Allais, qu’on a déjà passé dans le blog, ici, encore une sorte d’indice…).

Tous les thèmes

Plus de patrons

L’énigme VF 4/9
123455bis6789

Grand jour : c’est aujourd’hui le 277è post du blog, et je réalise que j’ai pas encore mis une seule chanson du plus ancien et vénérable maître de la chanson française : Aristide Bruant ! Oubli réparé. Plus de patrons, de Bruant, chanté par Marc Ogeret.

Vous avez remarqué le mot « latronspem » dans la chanson ? Je crains qu’il ne soit pas dans le dico… C’est du loucherbem, l’argot des bouchers de Paris au XIXè siècle. Pour dire un mot en loucherbem, il faut d’abord enlever la première lettre du mot, et la remplacer par « L ». Par exemple, Boucher donne Loucher. Ensuite, la première lettre qu’on a enlevé (le « B » donc), on la remet à la fin du mot : loucherb. Ensuite, on rajoute un suffixe quelconque, par exemple « em » : « boucher » se dit donc « loucherbem ». L’argot loucherbem servait surtout a échanger rapidement quelques information sans être compris d’un client ou d’un policier.

Sur le même modèle, « patron » se dit  « latronspem », utilisé dans la chanson. Les expressions « partir en loucedé » ou le mot « loufoque » veulent respectivement dire « partir en douce » et « fou » en loucherbem, ce sont les seuls cas que je connaisse passés dans le langage courant. Si vous écoutez Bruant, vous trouverez d’autres exemple, bonne pêche (pardon, bonne lêchepuche)… Et maintenant, si on vous parle du lardinjok aux lansonchups, vous saurez ce que c’est.

Ouh la, je parle, je parle, je vais finir par donner la solution de l’énigme… Je vous rappelle qu’on cherche le lien secret entre toutes les chansons de la série.

Tous les thèmes