Un point sur l’énigme en cours

L’énigme CPV 3bis/9
1233bis456789

L’énigme en cours est assez difficile semble-t-il… On m’a proposé quelques pistes après le deuxième volet. Nadia, internaute de Meylan, propose trois idées différentes : l’âge des chansons, la prononciation des chanteurs, et la structure en deux parties des chansons. Louis note que toutes les chansons évoquent le passé. Véro observe que toutes les chansons évoquent Paris, et Louis précise en notant qu’il y a toujours un lien avec le métro parisien dans les deux premiers billets. En plus, Christelle de Villeurbanne me signale une image furtive de métro dans le clip du 3è volet ! Comme par coïncidence. Loïc quant à lui promet de « dédier un certain nombre d’heures à cette énigme« , merci.

Tout ce que je peux dire, c’est que personne n’a trouvé la solution, même si dans vos propositions se cache le début d’une piste intéressante… C’est difficile de trouver après le 3è volet, il y a encore quatre billets, ça deviendra plus facile, ne désespérez pas.

Un dernier conseil, écoutez bien les chansons. Pour plus de commodité, je les regroupe toutes dans le présent billet, ça vous évitera de perdre votre temps à naviguer de billet en billet. Les cinq chansons ont un point commun, c’est clair et précis (quoique subtil pour certaines des chansons) ! La suite de l’énigme c’est mardi.

Mon amant de Saint-Jean, par Lucienne Delyle.

Le métingue du métropolitain, par Marc Ogeret (c’est la première chanson de la vidéo).

Drouot de Barbara.

Les poupées des Têtes raides.

Corne d’auroch, de Georges Brassens.

Tous les thèmes

Mon amant de Saint-Jean

L’énigme CPV 1/9
1233bis456789

On démarre aujourd’hui une énigme sur une idée originale d’Arnaud Chalaud, internaute de l’Arbresle. Il faut comme souvent trouver le lien secret qui unit les différentes chansons de la série. En plus, il y aura quelquefois un indice supplémentaire : un lien vers une chanson déjà passée dans le blog que vous pourrez réécouter.

On commence par Mon amant de Saint-Jean, par Lucienne Delyle.

Et comme indice, réécoutez Le métingue du métropolitain, déjà passé ici. Je vous en propose une autre interprétation par Marc Ogeret, c’est la première chanson de la vidéo.

Tous les thèmes

C’est pas l’homme qui prend la mer

L’énigme VF 6/9
123455bis6789

Le premier volet de l’énigme, c’était une chanson de Brassens chantée par Renaud, le sixième volet, c’est une chanson de Renaud chanté par le collectif « La bande à Renaud ». Et puis, au troisième volet, on a eu une chanson de Dick Annegarn chantée par le collectif Sol en Si, totalement disjoint de la Bande à Renaud.  Hum… 3 et 3 font 6… Y aurait-il là-dessous quelque diablerie mathématique ? Vérifions vite les décimales du nombre d’or à tout hasard…

Tous les thèmes

Quelques indices

L’énigme VF 5bis/9
123455bis6789

Bravo à Nadia de Meylan et NP de Lyon 6è qui ont à leur tour résolu l’énigme. NP et Nadia proposent à notre sagacité quelques indices (sous forme de chanson). Tout d’abord une chanson déjà prévue et qui passera très bientôt. Et J’avions reçu commandement, interprétée par Yves Montand (encore un grand chanteur qui fait une entrée un peu tardive dans le blog…).

NP nous propose aussi le Grand métingue du métropolitain, une vieille chanson comique et révolutionnaire. NP a mis dans les commentaires une interprétation de Marc Ogeret, je vous propose celle de Jacques Grello. Les paroles sont de Maurice Mac-Nab, auteur d’une thèse sur la gueule de bois, et membre du cercle des hydropathes (tout comme Alphonse Allais, qu’on a déjà passé dans le blog, ici, encore une sorte d’indice…).

Tous les thèmes

Plus de patrons

L’énigme VF 4/9
123455bis6789

Grand jour : c’est aujourd’hui le 277è post du blog, et je réalise que j’ai pas encore mis une seule chanson du plus ancien et vénérable maître de la chanson française : Aristide Bruant ! Oubli réparé. Plus de patrons, de Bruant, chanté par Marc Ogeret.

Vous avez remarqué le mot « latronspem » dans la chanson ? Je crains qu’il ne soit pas dans le dico… C’est du loucherbem, l’argot des bouchers de Paris au XIXè siècle. Pour dire un mot en loucherbem, il faut d’abord enlever la première lettre du mot, et la remplacer par « L ». Par exemple, Boucher donne Loucher. Ensuite, la première lettre qu’on a enlevé (le « B » donc), on la remet à la fin du mot : loucherb. Ensuite, on rajoute un suffixe quelconque, par exemple « em » : « boucher » se dit donc « loucherbem ». L’argot loucherbem servait surtout a échanger rapidement quelques information sans être compris d’un client ou d’un policier.

Sur le même modèle, « patron » se dit  « latronspem », utilisé dans la chanson. Les expressions « partir en loucedé » ou le mot « loufoque » veulent respectivement dire « partir en douce » et « fou » en loucherbem, ce sont les seuls cas que je connaisse passés dans le langage courant. Si vous écoutez Bruant, vous trouverez d’autres exemple, bonne pêche (pardon, bonne lêchepuche)… Et maintenant, si on vous parle du lardinjok aux lansonchups, vous saurez ce que c’est.

Ouh la, je parle, je parle, je vais finir par donner la solution de l’énigme… Je vous rappelle qu’on cherche le lien secret entre toutes les chansons de la série.

Tous les thèmes