Norbert Glanzberg

Les Juifs et la chanson II – La chanson et le problème de l’éléphant 4/14

Je vous présente aujourd’hui Padam Padam, spectacle d’Isabelle Georges consacré à l’œuvre de Norbert Glanzberg, compositeur juif polonais immigré en France. L’une des chansons du spectacle, Sophie.

Les paroles de Sophie ont été écrites par une certaine Édith Piaf, qui l’a aussi chantée.

La chanson la plus célèbre de Glanzberg est bien sûr Padam padam.

Norbert Glanzberg a aussi écrit une Suite yiddish.

J’en profite pour mentionner un autre compositeur juif immigré en France : Joseph Kosma (à ne pas confondre avec Vladimir Cosma !). Excellente série d’émissions Tour de chant sur lui, en réécoute ici.

1 – Gypsies rock’n roll band
2 – Isaac Gorni, le troubadour juif
3 – Jacques Offenbach
4 – Norbert Glanzberg
5 – Mireille
6 – La complainte des nazis
7 – Le neveu du capitaine Dreyfus
8 – Chanson d’Exil
9 – Des moyens légaux
9bis – Serre les poings
10 – Yellow star
11 – Juif espagnol
12 – Juif errant et pâtre grec
13 – Les juifs de Stéphane Golmann
14 – Les comedian harmonists

Tous les thèmes

Jacques Borel

Décortiquons l’auto-stoppeuse 3/5
1– 1bis – 2 – 3 – 4 – 4bis – 5

Qui est ce mystérieux Jacques Borel que cite Renaud dans L’auto-stoppeuse ?

On s’est arrêté pour bouffer après Moulins,
Et Jacques Borel nous a chanté son p’tit refrain :
Le plat pourri qui est le sien, j’y ai pas touché,
Tiens, c’est pas dur, même le clébard a tout gerbé !

Jacques Borel était un entrepreneur ayant ouvert de nombreux restaurants d’autoroute servant de la cuisine industrielle dans les années 1970. Les restaurants « Jacques Borel » devinrent un tel symbole de la malbouffe qu’on dut les rebaptiser (ce qui était sûrement plus simple qu’améliorer la bouffe). Pas simple de trouver une autre chanson sur lui… Ce personnage bien réel a inspiré le méchant du film L’aile ou la cuisse, l’infâme Jacques Tricatel, combattu par le critique gastronomique Charles Duchemin, joué par Louis de Funès. À la fin du film, de Funès est atteint d’agueusie (perte du goût) malgré quoi, dans une scène d’anthologie, il parvient à triompher de l’ignoble Tricatel, gloire à la France et au pinard !

 

Pour ne pas se quitter sans musique et tout en restant dans le délicieusement vintage, le générique  de L’aile ou la cuisse, musique de Vladimir Cosma.


 Tous les thèmes