Chantal Goya

La CFPQ (chanson française pas de qualité) 3/9

Je demandais dans le billet précédent laquelle de Barbara et de Chantal Goya était fan de l’autre. Vous l’avez tous deviné, Barbara était évidemment fan de Chantal Goya, voilà qui remettra bien des pendules à l’heure. Lisez donc cette interview Jean-Jacques Debout, mari et auteur de nombreuses chansons de Chantal Goya. Au micro de Benoît Duteurtre, dans l’excellente émission Étonnez-moi Benoît.

BT : Je peux vous assurer que je l’écoute en boucle chez moi, mes voisins le savent. Ça me met en transe. Merci Jean-Jacques Debout, merci Chantal Goya pour cette extrait de La planète merveilleuse. Un de vos nombreux spectacle. Mais il y a quand même, non mais sans blague, cette magie de la couleur enfantine dans l’utilisation des chœurs, du rythme, c’est aussi le travail de votre ami Jean-Daniel Mercier.

JJD : Oui, je vivais autant chez lui qu’il vivait à la maison. Parce qu’il m’a suivi pendant toute la grande époque des spectacles, et lui confiais tout. Je l’avais connu chez Vogue, il était le pianiste de Jacques Dutronc. Il avait fait le fameux arrangement d’Antoine, les Élucubrations.

BT : Il est devenu l’arrangeur de vos spectacle avec Chantal Goya.

JJD : Oui, et Chantal l’aimait beaucoup, elle me disait : voilà quelqu’un qui te comprend vraiment très bien.

BT : Et je ne suis pas le seul fan chez les grandes personnes, parce qu’il parait que Barbara adorait tout ça ?

JJD : Barbara elle venait à tous les spectacles. Elle louait un petit car, à Précy-sur-Marne, et elle amenait tous les enfants de Précy-sur-Marne. Et il y en a deux comme ça : Barbara, elle venait dès qu’elle le pouvait à tous les spectacle, et à la fin elle montait sur scène avec les enfants. Et elle disait à Chantal, emmène-moi dans les étoiles avec toi, je veux partir dans les étoiles avec toi. Et Louis de Funès venait avec ses petit-enfants. Il adorait ce spectacle. Et Jean Poiret aussi, qui pleurait dans la loge tellement il était ému.

Bigre. Sinon, la chanson que Benoît Duteurtre écoute en boucle au grand dam de ses voisins, c’est Le chat botté.

Dans l’œuvre de Chantal Goya, ma préférence va aux duos avec Thierry Le Luron. Une fille de Provence.


Je vous recommande le best of de l’INA.

Les amateur de culture plus cultivée peuvent se consoler avec la bande originale de Masculin féminin, de Jean-Luc Godard. Interdit au moins 18 ans à sa sortie.

1 – L’hérésie simoniaque
2 – Sardou le détesté
3 – Chantal Goya
4 – Brassens contre Tino Rossi
5 – André Bézu
6 – Rousseau
7 – HAL
8 – Patrick Bruel
9 – Le fan club de Serge Lama

Tous les thèmes

Marseille

Amour et mélancolie des villes, 19/28

Aujourd’hui, on préfère la parodie à l’original. Marseille par Thierry Le Luron impayable en Léo Ferré. Vers 13:30 sur la vidéo.

L’original.

1 – La ville morte
2 – Hôtel Périphérique
3 – Marseille
4 – Rio
5 – Grenoble
6 – Vienne
7 – Lyon
8 – Numance
9 – New York
10 – Hong Kong
11 – Bruxelles
11bis – Un chameau à Bruxelles
12 – Le regard tranquille des vieilles villes
13 – Moscou
13bis – Il neige sur Liège
14 – Paris
15 – Madrid
16 – Barcelone
17 – Je reviendrai à Montréal
18 – Il faut s’offrir du bitume
19 – Marseille
20 – L’ennui des villes
21 – La Havane
22 – Anarchy in Tokyo
23 – Cergy
24 – La fille de Londres
25 – The old main drag
26 – Vancouver
27 – Pérégrination d’Amsterdam
28 – Venise n’est pas en Italie

Tous les thèmes

La décadanse

Expressions et mots venant de la chanson : les sources et les robinets 6/13
11bis234567899bis1010bis111213

Nous sommes toujours en quête d’expressions courantes de la langue française venant de la chanson. Nous avons vu des phrases toute faites, moitié proverbe, moitié expression, bref un peu à côté. Nous avons vu le rickroll et la franck-mickaélisation, deux expressions intéressantes mais plutôt confidentielles et spécialisées. Et qui ne viennent pas tant de la chanson que de la politique et de l’internet, grands pourvoyeurs d’expressions nouvelles. Explorons d’autres grandes sources de néologismes, expressions, phrases toutes faites, etc.

Tout d’abord, les antonomases, figures consistant en la transformation d’un nom propre en nom commun, ce qui a donné silhouette ou poubelle. Ensuite la bande dessinée. Saviez-vous que le mot « pied » a été inventé par un personnage de bande dessinée ? La dame assise, dans Les poulets n’ont pas de chaise, de Copi.

pouletPasDeChaise

 

Bécassine fut une bande dessinée avant d’être une chanson ou un synonyme d’idiote évidemment. On doit « ils sont fous ces romains » et « il est tombé dedans quand il était petit » au grand René Goscinny. Le génial Franquin nous a laissé, « m’enfin » et « rogntudju ». Quant aux « pieds nickelés » c’est bien sûr une bande dessinée, quoique le titre provienne selon certains d’une pièce de théâtre. La palme du genre revient à Cabu, le plus merveilleux des dessinateurs de presse, assassiné le 7 janvier 2015, et qui a inventé un mot passé dans le langage courant : « beauf ». Le 25 juillet 1980, Cabu invité de l’émission de Bernard Pivot, Apostrophe. Regardez notamment la fin de la vidéo.

Plus généralement, la littérature est bien sûr une bonne source d’expressions toutes faites, comme d’innombrables moralités de fables de La Fontaine. Si vous êtes un Don Juan, vous devez quelque chose à Molière… à moins que ne soyez un tartuffe ou que vous ne vous embarquiez dans une galère ?

J’aime beaucoup l’expression « élémentaire mon cher Watson » parce qu’il paraît qu’on ne la trouve dans aucune aventure de Sherlock Holmes. C’est le comble de l’inventeur d’inventer ce qu’il n’invente pas. Notez que dans un précédent billet, on a eu un cas similaire. Comme me l’a fait remarquer Daniel Maillot dans un commentaire, Georges Marchais  n’a jamais dit « taisez-vous Elkabbach ». La citation est en fait une invention de Thierry Le Luron ! Ce qui nous amène aux comiques…

Les comiques ne sont pas en reste donc : le schmilblick, « faire chauffer la colle », ou loufoque (qui n’est autre que le mot fou traduit en loucherbem, voir ici) sont des expressions inventées par Pierre Dac. « C’est étudié pour », « tonton, pourquoi tu tousses ? » ou « ça eu payé, mais ça paye plus » furent inventées par Fernand Raynaud. On doit à Coluche « C’est l’histoire d’un mec », ou « sans blague merde ». Les Deschiens nous ont laissé le gibolin. N’oublions pas Nabila qui a su renouveler le mot allô.

C’est triste à dire quand on aime la chanson, mais les paroliers paraissent bien faibles à côté de Cabu, Goscinny, Pierre Dac, Fernand Reynaud, Charles de Gaulle ou Nabila. Ces prétendus génies du mot ont l’oreille du peuple tout entier. Radio Nostalgie nous bourrent le crâne de leurs ritournelles. Résultat : le sociologue Michel Delpech, le provocateur Serge Gainsbourg, l’amoureuse Véronique Sanson, l’ado révolté Renaud, le droitiste Michel Sardou, l’idole des vieux/jeunes Johnny… quelles expressions toutes faites nous ont-ils laissées ? « Que je t’aime » ? Soyons sérieux : pas grand chose.

Ont-ils seulement essayé ? Je le crois. Par exemple, Serge Gainsbourg a essayé d’inventer tout ensemble une nouvelle chanson, un nouveau mot et une nouvelle danse : La décadanse, tentative contre-nature de rétrograder ce bon vieux slow au niveau de ringardise de la position du missionnaire. Jane Birkin et Serge Gainsbourg, La décadanse, en 1972.

 

Vidéo de l’Ina qui atteste le côté « plan com » de l’opération : ici ! Cette danse, je l’aurais plutôt appelée slowrette… Le plan n’était pas mauvais toutefois, j’en conviens. Mais l’échec fut complet : la chanson, quoique sulfureuse et bien écrite, n’a pas marché. Et surtout, la danse n’a rencontré aucun succès, je ne connais personne qui danse la décadanse (si vous en connaissez, balancez, hashtag balance ton décadanseur). Pourquoi cet échec ? Le public était peut-être rassasié de scandale après le succès de Je t’aime moi non plus ? Le contraste entre érotisme torride et jeu de mot bidon a dû plomber le concept « décadanse ». Et puis franchement, je ne suis pas danseur, mais ça m’a l’air un peu nul comme danse, je veux dire d’un point de vue strictement dansant, non ? Aller, on remet ça.

Tous les thèmes