Il faut s’offrir du bitume

Amour et mélancolie des villes, 18

On célèbre un grand écrivain aujourd’hui. Partez pour une belle promenade de trente minutes. Le bestiaire de Paris. Musique de Francis Lai, avec les voix de Mouloudji, Magali Noël et bien sûr Bernard Dimey.

S’il vous reste deux minutes, essayez Paris mon camarade.

Tiens, j’aurais pu mettre ce qui suit dans la série sur les bouchers. Admirez l’attention au rythme, c’est vraiment de la poésie de parolier.

Le borgne était capable, et sans cérémonie,
D’éventrer un chrétien pour trois ou quatre francs
Un tueur a le droit de gagner bien sa vie
Et d’arroser le coup le soir, au tapis franc

Coupe-gorge voisin des berges de la Seine,
Où le chef enseignait à couper le jarret,
Taverne sous la terre au creux du cours La Reine,
Où la canaille aimait à rendre ses arrêts.

Le surin disparu, la balafre est vulgaire.
Et le vin de Suresne a perdu son bouquet
Même en l’Ile Saint-Louis, on ne saigne plus guère
Monsieur de La Bretonne a déserté le quai
.

Tous les thèmes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s