Yop la boum, tagada tsoin tsoin

Expressions et mots venant de la chanson : les sources et les robinets 10bis

Dans un commentaire, Arnaud (internaute de l’Arbresle) nous propose l’expression « Yop’la boum, tagada tsoin tsoin ». On trouve Yop’la boum dans Prosper, chanson créée par Maurice Chevalier, déjà passée dans la série sur la prostitution ici. J’ai bien écouté, je n’entends pas tagada tsoin tsoin dedans, mais il y a peut-être d’autres versions …

On retrouve le tagada tsoin tsoin dans Ça c’est de la musique par Colette Renard.

Quant à l’origine de cette expression, je m’en remets à Georges Perec et son roman Un cabinet d’amateur. Ce merveilleux fatras labyrinthique raconte l’histoire d’un richissime américain d’origine allemande, collectionneur de tableaux berné par ses conseillers. Extrait :

La plupart de ces conseillers étaient allemands ou américains, peut-être par xénophobie ou chauvinisme, mais plus vraisemblablement pour des questions de langue ; de fait, on trouve parmi eux quelques Anglais (dont John Sparkes, qui rédigea l’excellent catalogue de la collection de peintures du collège de Dulwich), trois Suisses (Reinhardt Burckhardt, conservateur du musée de Bâle, qu’il ne faut pas confondre avec son cousin lointain Jakob, l’historien d’art ami de Nietzsche, le peintre bernois Lengacker, et le marchand zurichois Anton Pfann), mais seulement deux Italiens (Zannoni et le directeur de la revue Befana, Franco Veglioni), un Hollandais (Ernst Moes, directeur du cabinet des estampes au Rijks Museum) et un Français (Henri Pontier, alors chargé de cours à l’université d’Aix, mais qui allait devenir, sous le sobriquet de La Flanelle, un comique troupier extrêmement prisé : c’est de lui que daterait, encore que cette opinion soit aujourd’hui controversée, l’habitude de finir les chansons par « tagada tsoin tsoin »).

Tous les thèmes