Aguigui Mouna

Mai 68 politique 8/8
122bis3455bis678

Résumons : en mai 68, il y avait des trotskystes, des maoïstes, des anarchistes, des écologistes, des féministes (et toute sorte de réactionnaires, on en parle plus tard). Mais il y avait surtout la majorité bruyante des soixante-huitards : individualistes, révoltés, encartés nulle part et qui se sont bien amusés. Je propose pour tous ceux-là un emblème politique : Aguigui Mouna, saltimbanque-fantaisiste-clochard-activiste qui a milité dans les rues de Paris pendant quelques décennies.

On pouvait le voir haranguer le passant à Beaubourg ou dans le quartier Latin. Sans doctrine très définie, il défendait une sorte d’anarchisme-écolo à l’aide de slogans-calembours de son invention. Encore un truc très soixante-huitard d’ailleurs cet usage du slogan : « Caca, pipi, capitalistes », « Garez-vous des gourous », « Tchernobyl c’est Tcherno-débile », etc.

Le groupe de rock Gogol Premier lui a consacré une piste dans un album : Aguigui Mouna.

Si vous voulez mieux le connaître, j’ai trouvé un reportage sur lui. On l’entend même chanter vers 19:45 et vers 23:00 (il chante Quand un soldat, une chanson de Francis Lemarque).

Je termine cette série par une anecdote personnelle. En mai 1999, je sortais de chez le dentiste, pas loin de la place Gambetta, Paris 20è. Je rentrais chez moi dans le 11è en coupant par le cimetière du Père Lachaise. Je tombe sur attroupement près du columbarium, une cérémonie post-incinération, mais très inhabituelle : mines rigolardes, personnages costumés, quelqu’un a crié « Gare aux gorilles ». C’était l’enterrement d’Aguigui Mouna ! Il y avait Cavanna et d’autres célébrités que j’ai oubliées, probablement certains qui allaient se faire tuer quinze ans plus tard dans l’attentat contre Charlie Hebdo. À un moment quelqu’un a demandé le silence pour qu’un vieil homme fasse un discours : c’était Théodore Monod, alors âgé de 97 ans et absolument aphone. Tout le monde a écouté son discours muet… très religieusement si on peut dire. Un beau souvenir.

On se retrouve bientôt pour une autre série sur Mai 68…

Tous les thèmes