Un flingueur nommé Jean-Sébastien Bach

J.-S. Bach dans la chanson 1/19

Le jardin aux chansons qui bifurquent existe depuis bientôt cinq ans. Cinq années de dur labeur au cours desquelles votre serviteur a bien progressé dans sa connaissance de la chanson. Certaines séries rédigées au début du blog me paraissent donc aujourd’hui un peu bancales ou maigrelettes. Alors comme chaque année, je remanie une vieille série. Voici le tour venu de la troisième série parue dans le blog, celle consacrée à Jean-Sébastien Bach. Le grand Bach donc, mais déformé par le prisme de la chanson et plus généralement de la culture populaire, bien sûr.

Pour commencer, je vous repasse la vidéo qu’on a consacrée à la musique des Tontons flingueurs (l’une des rares vidéos produites tout exprès pour le Jardin).

Les tontons flingueurs nous éloigneraient de Bach si ce coquin n’avait la faculté magique, pour la gloire de son mythe, d’être le précurseur d’à peu près n’importe quelle suite de quatre notes. Ainsi retrouve-t-on la petite phrase de nos chers Tontons au début de la loure de la Suite française numéro 5 en sol majeur, BWV 816 – (VII). NB : une loure, c’est une sorte de bourrée.

Je ne sais pas si Michel Magne, le compositeur de la bande originale des Tontons flingueurs, a piqué sa petite phrase simplette à Bach ou s’il l’a inventée. Toujours est-il qu’il connaissait probablement bien son Bach, puisque la bande originale qu’il a composée pour le film Le repos du guerrier ressemble étrangement à certains passages de La passion selon Saint Matthieu. Sans doute pour le repos du compositeur. On écoute. Extraits de la bande originale du Repos du guerrier.

Et l’air Mache dich, mein Herze, rein. On entend au début le célèbre baryton Dietrich Fischer-Dieskau. La partie évoquant la bande originale de Michel Magne est vers 2:35.

Michel Magne a encore recyclé cette musique dans Cent mille chansons de Frida Boccara.

Pour conclure ce billet, j’ajoute qu’on entend aussi la petite phrase de la musique des Tontons flingueurs dans le générique Black widow (amateurs de solfège : le thème est ici dans un mode mineur).

Un peu plus sur la musique des Tontons flingueurs, dans la série qu’on a consacrée à Michel Magne, ici.

1 – Un flingueur nommé Jean-Sébastien Bach
2 – Un tube de Bach
3 – Bach demeure dans un camion
4 – Encore du Bach par Frida Boccara
5 – Bach jazzman
6 – Bach swingue
7 – All you need is Bach
8 – Blondie is Bach
9 – Un métaleux appelé Bach
9bis – Bach, cet inconnu
10 – Bach popstar
11 – American Tune
12 – Un geek appelé Bach
13 – Un crabe appelé Bach
14 – Une fugue pas de Bach
15 – Bach s’invite chez les Le Forestier
16 – Maurane vs Gould
17 – Variations sur un prélude (de Bach)
18 – Un blagueur nommé Glenn Gould
19 – Répliques

Tous les thèmes

Au revoir Michel Magne

Avec Michel Magne (et accessoirement Jean Yanne) 7/7
1234567

Dernier billet sur Michel Magne, avec un bel extrait de sa musique atonale. Mémoire d’un trou.

Et une composition de facture classique, le Requiem des barricades, composé par Michel Magne pour le film Les misérables, quelques mois avant son suicide, consécutif à la faillite de son studio. Au revoir monsieur Magne.

Tous les thèmes

Miracle : Jésus a dit ce qu’il n’a pas dit

Avec Michel Magne (et accessoirement Jean Yanne) 5/7
1234567

Aujourd’hui, la chanson de Jésus, Alleluia, pour le film Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Belles paroles de Jean Yanne et gentille musique de Michel Magne.

Le générique de fin, avec la chanson titre.

Bon, je viens de relire les quatre Évangiles, Jésus n’a jamais dit que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Je vais de ce pas boire un demi biafrai pour y réfléchir. Encore quelques extraits de ce film d’époque.

Tous les thèmes

Les Chinois à Paris

Avec Michel Magne (et accessoirement Jean Yanne) 3/7
1234567

En 1974, Jean Yanne sort son film, Les Chinois à Paris, qui raconte l’invasion de la France par la Chine de Mao. Ce plaisantin de Michel Magne, qui a composé la bande originale, s’est amusé à écrire Carmeng, une version chinoise de notre Carmen nationale.

Pour les curieux, la bande annonce du film.

Je vous passe aussi Le pilori télévisé, scène du film singeant les codes de la propagande antisémite et introduite par un bref échantillon de logorrhée maoïste, mélange qui met assez mal à l’aise. Sans toutefois parvenir à couper l’appétit de Daniel Prevost.

Tous les thèmes

Le jazz de Michel Magne

Avec Michel Magne (et accessoirement Jean Yanne) 2/7
1234567

Michel Magne a donc principalement exercé son talent dans les musiques de film. Parfois très jazzy, comme dans la bande originale de Mélodie en sous-sol.

J’avais mis cette vidéo par erreur, je la laisse ! Excellente chanson. Chobizenesse, par Jean Yanne.

Tous les thèmes

La musique des Tontons flingueurs

Avec Michel Magne (et accessoirement Jean Yanne) 1/7
1234567

Je vous propose dans cette série de partir à la découverte de Michel Magne, compositeur de la deuxième moitié du XXè siècle ayant abordé tous les styles : musique contemporaine atonale, jazz, musique classique. Et bien sûr chanson, puisqu’il a entre autre composé la musique de plusieurs chansons de Jean Yanne, qu’on verra aussi beaucoup dans la série.

La composition la plus célèbre de Michel Magne est peut-être la bande originale du film Les tontons flingueurs. Elle est toute entière bâtie sur un seul thème : que ce soit après l’un des célèbres bourre-pif, pour un moment triste, une danse endiablée ou un chant d’église, c’est toujours la même musique ré-orchestrée. Un vrai chef d’œuvre d’humour. Magne est allé jusqu’à inventer une fausse sonate de Corelli (compositeur bien réel de l’époque baroque) !

Techniquement, le thème fait sol mi ré do, sol mi, ré do, etc (la tonalité change selon les passages dans le film). Toutes les musiques de la vidéo à suivre sont bâties sur ce thème, sauf Happy Birthday, et une autre que je vous laisse trouver dans la vidéo suivante. À voir absolument !

Michel Magne s’est-il inspiré d’une musique existante ? On reconnait le motif des premières notes dans la loure de la Suite française numéro 5 en sol majeur de Jean-Sébastien Bach, BWV 816 – (VII) Loure. NB : une loure, c’est une sorte de bourrée.

Le concerto n°1 pour piano et orchestre de Tchaïkovsky démarre sur le même thème, mais en mode mineur (passage en mode mineur qu’on entend aussi dans Les tontons flingueur).

La musique, surtout lorsqu’elle est arrangée en jazz, rappelle aussi un peu Freddie Freeloader de Miles Davis.

Le plus probable reste que Michel Magne a dû inventer le thème, puis s’inspirer de maîtres pour les différents arrangements. Miles Davis donc, et peut-être le concerto pour deux violons de Bach pour les arrangements baroques de la fausse sonate de Corelli !

Réponse à la petite énigme plus haut : la seule musique de la vidéo qui n’est pas bâtie sur le thème, c’est le passage de tango, vers 3:15. Je me risque à l’hypothèse suivante : le passage qu’on entend sert à introduire le thème. Mais ce dernier a été coupé au montage.

Un colloque vient d’être consacré au film Les tontons flingueurs, voir ici.

Tous les thèmes

Devinette sur Nougaro

Ils n’ont rien composé pour Nougaro 5bis/8
11bis23455bis66bis78

Sur Facebook, Daniel, internaute de Lyon, me pose une question intéressante. Nougaro était principalement parolier et interprète, plus rarement compositeur. On s’attend donc à ce qu’il n’y ait aucune chanson dont il ait composé la musique en laissant le texte à un autre. Pourtant il y en a une ! Solution bientôt.

Il faut que je passe un peu de musique … Je regrette de n’avoir pas été plus prolixe sur Michel Magne (cf l’avant dernier billet). En attendant de lui consacrer une série, Perfidia.

Tous les thèmes

Michel Magne n’a rien composé pour Nougaro

Ils n’ont rien composé pour Nougaro 4/8
11bis23455bis66bis78

Martial Solal, vu dans le dernier billet a consacré tout un disque à la musique du compositeur Michel Magne.

Certes, Michel Magne est plus connu pour ses musiques de film, comme la B.O. des Tontons flingueurs (on en reparlera dans le blog, c’est du brutal). Tiens, tiens, Michel Magne non plus n’a rien écrit pour Nougaro… Il savait pourtant écrire dans tous les styles, de la musique contemporaine la plus dissonante à la ritournelle éculée. Par exemple, pour son ami Jean Yanne, Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, une charmante chanson qui nous rappelle à nos séries sur Mai 68 (qu’on reprend bientôt, promis)…

Ci-dessous, un reportage très intéressant sur Michel Magne. Il nous dit : « Y a très peu de compositeurs qui font de bonnes mélodies. » On avait remarqué, merci du tuyau.

http://www.ina.fr/video/RAC00003363

Sur la page wikipedia de Claude Nougaro, vous pouvez le voir en photo avec Michel Magne, je ne sais pas pourquoi … ici.

Tous les thèmes