Rainy day woman

Les cultures soixante-huitardes 7bis/8
11bis2344bis5677bis8

A propos de la culture de la drogue dans les année 1960, Pierre Delorme propose Rainy Day Women de Bob Dylan :

À part ça, je profite de ce dimanche pour signaler deux émissions de radio sur Anne Sylvestre, qui fêtera ses soixante ans de carrière prochainement lors de trois concerts au Théâtre du 13è art à Paris, voir ici.

Première émission sur France Culture, dans Continent Vinyles de Matthieu Conquet, en réécoute ici. Deuxième émission sur France Musique, chez Benoît Duteurtre, ici.

Tous les thèmes

Charlot chante

Le silence en chanson 2/8
11bis22bis34566bis788bis

Je vous rappelle qu’on cherche toujours le plus long silence dans une chanson. Christelle de Villeurbanne me propose l’absence de réaction de Bob Dylan à son prix Nobel de littérature. Merci. C’est effectivement un très long silence d’un chanteur (voir ici), mais pas dans une chanson, réponse refusée !

On a vu dans le premier post de la série comment, en 1927, le tout premier film parlant entremêlait chanson, silence et dramatisation. Qu’en est-il du dernier grand film muet ?

En 1934, Charlie Chaplin décide de tourner un Charlot parlant. Mais après quelques essais, il réalise que la poésie de son personnage est difficile à transposer en film parlant… Il se décide donc finalement pour un film muet, alors que toute l’industrie du cinéma est déjà passée au parlant depuis longtemps. Les Temps Modernes sera donc le dernier grand film muet de l’histoire du cinéma. Certains passages sont parlants ou sonorisés, mais on peut y voir une critique du parlant, puisqu’on entend surtout le bruit aliénant des machines et la voix tyrannique du patron de l’usine.

La voix de Charlot résonne toutefois dans une unique scène vers la fin du film. Il doit chanter une chanson, mais incapable de mémoriser les paroles, il en place une copie sur  des manchettes qu’il perd au début de sa performance. Il improvise alors un texte fantaisiste en grommelot, variante de charabia en usage dans la Commedia dell’arte.

Juste avant qu’il chante, dans un bel intertitre, Paulette Goddard lance un ultime plaidoyer pour le cinéma muet : »Sing, never mind the words ! » Et oui, qu’importent les mots… On retiendra que le long silence de Charlot (sa filmographie s’étale sur une vingtaine d’années) est brisé par une chanson en charabia.

Pour finir, que diriez vous d’un petit massage ?

Tous les thèmes

Cording, Bike et Sainclair : rockeurs

Les péchés originels du rock français 3/8
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 78

On a vu dans le dernier post avec le ragtime que la France était parfaitement capable d’accommoder une musique étrangère. Le ragtime n’a pas pour autant marqué  la musique populaire française, on aurait pu prendre des exemples bien plus probants dans la chanson : Charles Trenet qui arrive même à faire swinguer Verlaine (voir ici), ou les Double Six avec le jazz (voir notre série sur le Vocalese, ici), ou même plus récemment le rap. Mais le rock, au départ, ça a donné ça.

Non mais quelle daube (et pour rappel, le rollmops, c’est du hareng roulé et mariné dans une sorte de saumure).  Qui chante ? Qui a écrit les paroles ? Et la musique ? Sûrement de pauvres nazes aujourd’hui bien oubliés. Effectivement, avez-vous entendu parler du chanteur Henry Cording, du compositeur Mig Bike, et du parolier Vernon Sinclair ?  Peut-être pas, mais sous ces trois pseudonymes se cachent respectivement Henri Salvador, Michel Legrand et Boris Vian ! Donc, c’est clair, ils se fichent de nous les vilains garnements, et ils n’osent même pas mettre leur vrai nom. Voilà le péché originel : le rock n’a pas été pris au sérieux. Il faut dire que dans ces années 1950, c’est pas génial le rock. Écoutons Rock Around The Clock de Bill Haley, l’un des tous premiers tubes de rock (regardez bien la vidéo, il y a même un accordéon derrière, et si vous voulez savoir ce que veut dire marquer les temps 2 et 4, regardez bien les petites filles qui tapent dans leurs mains).

 

C’est plein d’entrain, mais musicalement, après un demi-siècle de Ragtime, de Blues, de Swing, de Stride, de Be Bop, ça n’est vraiment pas une révolution. On dirait plutôt à une tentative de tirer le dernier jus commercial du jazz avant de passer à autre chose. Rien de très innovant. Pourquoi s’intéresser à cette mode passagère ? Surtout dans cette France qui a dominé la musique légère pendant des décennies avec les opérettes (par exemple Offenbach…), et dont les chanteurs populaires comme Maurice Chevalier ou Édith Piaf sont des stars planétaires dans ces années 1950.

Le rock de la fin des années 1950 c’est trois accords de blues, un rythme syncopé avec appui sur les temps 2 et 4, le tout chanté trop vite et trop fort pour de jeunes babyboomers à peine adolescents. Voilà, rien du tout. Évidemment, c’est sa vacuité même qui est pleine de promesses : c’est une page blanche, un cadre d’une surprenante plasticité où Bob Dylan allait pouvoir déverser de la poésie, les Beach Boys de la polyphonie, les Rolling Stones de la révolte, et les Beatles tout, et en particulier n’importe quoi. Etc. En 1960, il aurait fallu une sacrée boule de cristal pour deviner que le rock n’allait pas finir aux oubliettes, allongeant la litanie des musiques à danser et autres coups commerciaux sans lendemain : twist, jerk, smurf, tecktonik…

Tous les thèmes