Regard impressioniste

La chanson, art majeur ou art mineur VIII. Chanson et peinture 10/17

Aujourd’hui, Regard impressionniste d’Yves Duteil.

1 – Pourquoy n’aura mon langage, son or et ses douces fleurs ?
2 – Être Dieu
3 – Brel à Gauguin
4 – Goya et la chanson
4bis – Goya bis
5 – La peinture en bâtiment est-elle un art majeur ?
6 – Figure mythique du peintre
7 – Van Gogh, peintre par excellence de la chanson
8 – Autres personnages de peintres
9 – Les arbres de Corot
10 – Regard impressioniste
11 – La Joconde
12 – Nicolas Schöffer
13 – Ekphrasis
14 – Serge Rezvani
15 – Nino Ferrer
16 – Mick Micheyl
17 – Serge Gainsbourg

Tous les thèmes

La chenille prend un Sambre-et-Meuse par la main

Plagiats en chanson 5/9
12345677bis899bis

En plagiant le chapitre « plagiat » de L’anthologie des bourdes et autres curiosité de la chanson française (ouvrage recommandé)  je découvre que la mélodie de Prendre un enfant par la main d’Yves Duteil serait un plagiat. Bigre. Écoutons.

Les premières notes seraient les mêmes que celles d’un pilier inoxydable de la Civilisation, La chenille, de la Bande à Basile. La mélodie commence plus ou moins pareil, excellent début pour mettre une troupe en mouvement.

Mouais, il y effectivement une similarité au début de la mélodie, mais de là à parler de plagiat… Toujours est-il que cette chenille ne serait elle-même qu’un plagiat d’un autre chant de marche pour troupe. J’avais remarqué ça tout seul quand j’ai passé Sambre et Meuse il y a quelque temps, ce grand standard de la musique militaire française. Là encore, il y a les même premières notes… Je vous le repasse.  Par André Dassary, plus connu pour être le créateur de Maréchal nous voilà, qui est aussi un plagiat, mais on en reparle l’année prochaine.

Tous les thèmes