Serge Gainsbourg

La chanson, art majeur ou art mineur II. Du poncif en chanson, 6/12
123456789101112

Passons à Serge Gainsbourg. Puisqu’on parle de poncif, puisque la question qui nous occupe est elle-même un poncif, je me dois de passer le poncif de ce poncif, la célèbre altercation de Gainsbourg avec Guy Béart.

Donc, Gainsbourg considérait les chansons comme de l’art mineur. Sauf les siennes. Nous voilà bien avancés… Il propose tout de même un critère simple de classification des arts : la nécessité d’une initiation pour les arts majeurs. Ainsi, selon cette théorie, l’artiste majeur Rimbaud aurait longuement étudié la versification avant d’écrire des chefs-d’œuvre à l’âge de quinze ans. Tandis que l’artiste mineur Brassens aurait pondu ses chansonnettes sans rien lire du tout avant… Bon, ça ne marche pas du tout cette théorie. Toujours est-il que Gainsbourg était un auteur exigeant, on l’a déjà noté dans la toute première série de ce blog, voir ici. Et il avait la dent dure pour les collègues, comme Michel Berger, dont il critiquait les rimes faciles en « é ».

D’accord mais qu’en est-il du poncif dans les chansons de Gainsbourg ? Je dirais que Gainsbourg avait un rapport décontracté au poncif. Artiste revendiquant la recherche du succès, il en usait sans complexe, mais sans que ça soit une facilité. Il a par exemple inventé la « chanson liste », inventaire-à-la-Prévert, ou à la Perec, perfectionnant la poétique du banal inaugurée en chanson par Vian et qu’on retrouvera chez Souchon ou Delerm et bien d’autres. On a déjà évoqué dans le blog Ford Mustang ici, il y a aussi Les petits papiers. Par Marie-Paule Belle (qui fait son entrée dans le Jardin au 708è billet …).

Tout à l’autre bout de sa longue carrière : You’re under arrest, qui combine catalogue d’images toute faites sur « le Bronx » et innovations (mélange de rap et de chanson, recette promise à un bel avenir).

Je vous propose encore Du jazz dans le ravin, qui ressasse plusieurs mythes.

Notez la référence à une sorte de poncif, qu’on retrouve dans le cinéma : l’accident sur la route de la Corniche, mis en pratique quelques années plus tard par Grace de Monaco. Aussi invoqué par Souchon. La ballade de Jim.

Tous les thèmes

Jacques Prévert

L’énigme de l’été 2018, 17/63
123456789
10111213141516171819
20212223242526272829
30313233343536373839
40414243444546474849
50515253545556575859
60616263

C’est la série d’été du Jardin aux Chansons. Je vous rappelle qu’on cherche ce qui se cache derrière 62 chansons… Aujourd’hui, pas de chanson, pas de chanteur, mais un poète souvent mis en musique, Jacques Prévert. Je suis comme je suis.

Tous les thèmes

Chansons écolos françaises

Mai 68 politique 5/8
122bis3455bis678

Après les deux chansons américaines du billet précédent, on repasse au français. On a déjà eu des chansons françaises écolos dans le blog : La maison près de la fontaine de Nino Ferrer (ici),  Le grand chêne de Brassens (ici) ou Le soleil est noir de Tri Yann (ici) par exemple. On trouve des précurseurs avant les années 1960, comme La pêche à la baleine, de Jacques Prévert, mise en musique par Joseph Kosma, et chantée par les Frères Jacques. Et il a fallu 457 billets pour que je mentionne enfin Jacques Prévert…

Les choses se précisent au fil du temps. Restera-t-il un chant d’oiseau, Jean Ferrat, sortie en 1962.

 

À l’approche de Mai 68, tout le monde s’y met, c’est le grand n’importe quoi. En 1967, Plante un arbre par Richard Anthony.

 

Tous les thèmes