L’eau et le vin

Vin, alcool et ivrognerie 12

L’eau et le vin de Bashung.

Comme texte du jour, je propose quelques vers d’Omar Khayyam, poète, astronome et mathématicien persan du XIIe siècle.

Debout ! Car le matin dans la coupe de la nuit
A jeté la pierre qui fait s’envoler les étoiles.
Et vois ! Le chasseur de l’orient a pris
Le minaret du sultan dans un lasso de lumière
.

En songe, quand l’aurore levait sa main gauche dans le ciel,
J’entendis une voix crier de la taverne
« Éveillez-vous mes petits et remplissez la coupe
Avant que dans sa coupe, la liqueur de vie ne se tarisse ».

Un de ses poèmes est lu par Bernard Lavilliers au début de sa chanson Femme.

Tous les thèmes

2 commentaires sur “L’eau et le vin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s