Marche à l’ombre

Expressions et mots venant de la chanson : les sources et les robinets 10

À partir du prochain billet, on fera le top 5 des meilleurs mots ou expressions venant de la chanson. En attendant, notre récolte d’expressions toute faites venant de la chanson est un bien maigre bric-à-brac. Peut-être parce que dans l’immense tuyauterie des significations, populaires ou savantes, la chanson est tout en bout de chaine, du côté des robinets plutôt que des sources… On reverra cette théorie dans de prochaines séries sur les poncifs en chanson ou l’anachronisme en chanson. Mais je ne sais pas quand, ce type de séries est vraiment compliqué à écrire.

Résumons. Les sources : quelques poètes ou écrivains géniaux, des Rabelais, des Villon, ou alors des artistes populaires inspirés comme Goscinny ou Cabu, et peut-être quelques piliers de bistrots anonymes, qui inventent la langue, anticipent découvrent, défrichent. Et les robinets : rimailleurs astucieux, manieurs de poncifs, recycleurs, chanteurs, … Je vous livre quelques expressions d’un des plus doué d’entre eux, Renaud qui nous a mi-inventé mi-recyclé quelques belles expressions comme « laisse béton » (merci à Genzo le parolier pour cette proposition), « morgane de toi » ou « marche à l’ombre ».

Marche à l’ombre.

Tous les thèmes

La décadanse

Expressions et mots venant de la chanson : les sources et les robinets 6

Nous sommes toujours en quête d’expressions courantes de la langue française venant de la chanson. Nous avons vu des phrases toute faites, moitié proverbe, moitié expression, bref un peu à côté. Nous avons vu le rickroll et la franck-mickaélisation, deux expressions intéressantes mais plutôt confidentielles et spécialisées. Et qui ne viennent pas tant de la chanson que de la politique et de l’internet, grands pourvoyeurs d’expressions nouvelles. Explorons d’autres grandes sources de néologismes, expressions, phrases toutes faites, etc.

Tout d’abord, les antonomases, figures consistant en la transformation d’un nom propre en nom commun, ce qui a donné silhouette ou poubelle. Ensuite la bande dessinée. Saviez-vous que le mot « pied » a été inventé par un personnage de bande dessinée ? La dame assise, dans Les poulets n’ont pas de chaise, de Copi.

pouletPasDeChaise

 

Bécassine fut une bande dessinée avant d’être une chanson ou un synonyme d’idiote évidemment. On doit « ils sont fous ces romains » et « il est tombé dedans quand il était petit » au grand René Goscinny. Le génial Franquin nous a laissé, « m’enfin » et « rogntudju ». Quant aux « pieds nickelés » c’est bien sûr une bande dessinée, quoique le titre provienne selon certains d’une pièce de théâtre. La palme du genre revient à Cabu, le plus merveilleux des dessinateurs de presse, assassiné le 7 janvier 2015, et qui a inventé un mot passé dans le langage courant : « beauf ». Le 25 juillet 1980, Cabu invité de l’émission de Bernard Pivot, Apostrophe. Regardez notamment la fin de la vidéo.

Plus généralement, la littérature est bien sûr une bonne source d’expressions toutes faites, comme d’innombrables moralités de fables de La Fontaine. Si vous êtes un Don Juan, vous devez quelque chose à Molière… à moins que ne soyez un tartuffe ou que vous ne vous embarquiez dans une galère ?

J’aime beaucoup l’expression « élémentaire mon cher Watson » parce qu’il paraît qu’on ne la trouve dans aucune aventure de Sherlock Holmes. C’est le comble de l’inventeur d’inventer ce qu’il n’invente pas. Notez que dans un précédent billet, on a eu un cas similaire. Comme me l’a fait remarquer Daniel Maillot dans un commentaire, Georges Marchais  n’a jamais dit « taisez-vous Elkabbach ». La citation est en fait une invention de Thierry Le Luron ! Ce qui nous amène aux comiques…

Les comiques ne sont pas en reste donc : le schmilblick, « faire chauffer la colle », ou loufoque (qui n’est autre que le mot fou traduit en loucherbem, voir ici) sont des expressions inventées par Pierre Dac. « C’est étudié pour », « tonton, pourquoi tu tousses ? » ou « ça eu payé, mais ça paye plus » furent inventées par Fernand Raynaud. On doit à Coluche « C’est l’histoire d’un mec », ou « sans blague merde ». Les Deschiens nous ont laissé le gibolin. N’oublions pas Nabila qui a su renouveler le mot allô.

C’est triste à dire quand on aime la chanson, mais les paroliers paraissent bien faibles à côté de Cabu, Goscinny, Pierre Dac, Fernand Reynaud, Charles de Gaulle ou Nabila. Ces prétendus génies du mot ont l’oreille du peuple tout entier. Radio Nostalgie nous bourrent le crâne de leurs ritournelles. Résultat : le sociologue Michel Delpech, le provocateur Serge Gainsbourg, l’amoureuse Véronique Sanson, l’ado révolté Renaud, le droitiste Michel Sardou, l’idole des vieux/jeunes Johnny… quelles expressions toutes faites nous ont-ils laissées ? « Que je t’aime » ? Soyons sérieux : pas grand chose.

Ont-ils seulement essayé ? Je le crois. Par exemple, Serge Gainsbourg a essayé d’inventer tout ensemble une nouvelle chanson, un nouveau mot et une nouvelle danse : La décadanse, tentative contre-nature de rétrograder ce bon vieux slow au niveau de ringardise de la position du missionnaire. Jane Birkin et Serge Gainsbourg, La décadanse, en 1972.

 

Vidéo de l’Ina qui atteste le côté « plan com » de l’opération : ici ! Cette danse, je l’aurais plutôt appelée slowrette… Le plan n’était pas mauvais toutefois, j’en conviens. Mais l’échec fut complet : la chanson, quoique sulfureuse et bien écrite, n’a pas marché. Et surtout, la danse n’a rencontré aucun succès, je ne connais personne qui danse la décadanse (si vous en connaissez, balancez, hashtag balance ton décadanseur). Pourquoi cet échec ? Le public était peut-être rassasié de scandale après le succès de Je t’aime moi non plus ? Le contraste entre érotisme torride et jeu de mot bidon a dû plomber le concept « décadanse ». Et puis franchement, je ne suis pas danseur, mais ça m’a l’air un peu nul comme danse, je veux dire d’un point de vue strictement dansant, non ? Aller, on remet ça.

Tous les thèmes

Français moyennement soixante-huitards

La chanson anti-soixante-huitarde 7/8
12345678

Il est temps d’arrêter de tourner autour du pot et d’aborder franchement la chanson de droite. Mais pas de Michel Sardou aujourd’hui, désolé pour ses fans (dont je suis, voilà j’ai fait mon coming out, tant pis si je perds tous mes abonnés à cause de ça).

En juin 1968, une chanson très peu soixante-huitarde rencontre un succès surprenant : Petite fille de Français moyen de Sheila. La chanson semble complètement à côté de la plaque. La plus grande partie du texte fait l’apologie de valeurs telles que le travail, la simplicité ou l’amitié, opposées à celles des « grandes familles » (paresse, futilité, prétention, superficialité, …). Mais les militantes gauchistes, prétendument issues de « grandes familles » donc, sont très clairement dans le viseur :

Les petites filles précieuses des grandes familles
(…) abordent gaiement la dialectique, la politique et l’art ancien.

Voilà probablement ce que voulaient entendre « ces moutons effrayés par la liberté, s’en allant voter par millions pour l’ordre et la sécurité » aux élections de juin 1968, qui ont vu une victoire écrasante de la droite (la citation est tirée de Hexagone de Renaud).

Sur cette chanson, voir la chronique de Bertrand Dicale, ici. Vous pouvez aussi écouter la matinale de France Culture d’hier (19 janvier 2018), le thème était Comment commémorer Mai 68 ? En réécoute, ici.

Tous les thèmes

L’anti soixante-huitardisme de gauche

La chanson anti-soixante-huitarde 6/8
12345678

Les anti-soixante-huitards ne sont pas tous de droite… Car Mai 68 ne fut pas une révolution très exemplaire si on la compare à 1789, 1830, 1848, 1917 ou même à la Commune de Paris : menée principalement par des étudiants petit-bourgeois (et non par des ouvriers), pas un seul flic tué, pas de changement de régime à la fin. Bref, comme disait Renaud dans Hexagone : « une révolution manquée ». À l’époque, tel mouvement « de masse » ou tel groupuscule trouvait que Mai 68 n’était pas assez « prolétarien », arrivait trop tôt, trop tard, pas au bon endroit, etc. Je ne vais pas me lancer dans l’exégèse des différentes variantes de marxisme et d’anarchisme, car comme disait encore Renaud dans HLM :

Au quatrième, dans mon HLM
Y’a celui qu’ les voisins
Appellent  » le communiste « 
Même que ça lui plaît pas bien
Y dit qu’il est trotskiste
J’ai jamais bien pigé
La différence profonde
Y pourrait m’expliquer
Mais ça prendrait des plombes

D’ailleurs, quand j’étais petit et très fan de Renaud, je croyais que « la différence profonde » était un concept mystérieux issu du marxisme, qui aime ce type de constructions nom+épithète légèrement oxymoriques : « centralisme démocratique », « comité central », « matérialisme dialectique », mais passons.

Comme exemple d’anti-soixante-huitardisme de gauche, voici Nous sommes les nouveaux partisans, proposée par un internaute anonyme au début de la série. Cette chanson est parue sur un disque produit par la Gauche Prolétarienne, un mouvement maoïste très actif en 1968. Je la range dans la série anti-soixante-huitarde à cause de l’allusion aux accords de Grenelle. Ces accords qui ont mis fin à la grève générale de 1968 sont ici perçus comme une trahison des syndicats qui vendent la révolution contre quelques augmentations. Nous sommes les nouveaux partisans, Dominique Grange.

Tous les thèmes

L’œuvre de Jean Meyrand

La chanson anti-soixante-huitarde 2/8
12345678

Le personnage du soixante-huitard se prête bien à la parodie à cause de toutes les contradictions de sa révolution bancale. Plus que dans la chanson, c’est dans la bande dessinée qu’on trouve le meilleur de cette veine, chez Claire Bretécher et surtout Gérard Lauzier et ses Tranches de vie. C’est hilarant, allez-y voir si vous ne connaissez pas.

Dans la chanson, je retiens Jean Meyrand, chanteur engagé imaginé par Bruno Carette. Son répertoire se limite à une seule chanson, La rue Lepic. J’aime bien le début : « 68, c’était hier pour moi aussi ». Pourquoi « pour moi aussi », hein pourquoi ? La chanson commence vers 2:25.

En live à Bercy.

Par Renaud :

Et pour ceux qui se demandent à quoi ressemble vraiment la rue Lepic, Pierre Desproges nous explique.

Sinon, Jean Meyrand aurait très bien pu chanter des tubes comme La Lambada, mais ce n’était pas un vendu !

Tous les thèmes

Ni Jean-Jacques Goldman, ni JeHan, ni Hubert-Félix Thiefaine, ni Jean-Jacques Milteau n’est le plus grand bluesman français (ni Personne ?)

Qui est le plus grand bluesman français ? 7bis/8
11bis233bis44bis5677bis8

C’est promis : demain, on met fin au suspense, on saura qui est le plus grand bluesman français. Un dernier points sur les nombreuses propositions des lecteurs du blog.

Merci à « Genzo le parolier » pour sa proposition d’authentiques blues de Renaud : Le blues de la Porte d’Orléans, et À quelle heure on arrive.

 

NP propose Jean-Jacques Goldman comme plus grand bluesman français avec à l’appui de cette hypothèse Reprendre c’est voler qui est assez blues. Je ne sais plus quoi inventer pour repousser toutes ces bonnes idées … Disons qu’il est trop optimiste ce bon J.-J. G.

 

Sur Facebook, Alain Berjon nous propose JeHaN qu’on a déjà vu sur le blog dans une veine plutôt réaliste (ici). Il excelle aussi dans le blues donc, avec par exemple cette reprise d’un grand succès de Michel Fugain, Je n’aurai pas le temps, extrait de son album La vie en blues. Tiens tiens, encore des paroles de Pierre Delanoë, ça avait suffit à éliminer Joe Dassin !

 

Loïc Perlman propose un duo, Paul Personne et Hubert-Félix Thiefaine. Le vieux bluesman et la bimbo. Très réussi, mais on cherche un seul plus grand bluesman français, ça ne peut pas être un duo.

 

Pierre Aboulker nous propose enfin l’harmoniciste Jean-Jacques Milteau. Ça ne compte pas, ici on ne s’intéresse qu’aux chanteurs ! Blues Harp.

 

Tous les thèmes

Le renouveau de la chanson engagée

Les chansons de Mai 7/9
1234566bis7899bis

Je profite de ce billet pour évoquer une autre révolution dont on fête l’année prochaine le 170è anniversaire. À vos calculatrices : il s’agit de 1848, qui partage quelques points communs avec 1968, notamment le mélange d’intellectualisme et d’ouvriérisme, ou cette fin décevante pour les révolutionnaires : des électeurs s’en allant « voter par million pour l’ordre et la sécurité » comme disait Renaud dans Hexagone. Elle avait son chanteur engagé, Pierre-Jean de Béranger, déjà assez âgé, et objet d’un véritable culte à l’époque.

Je vous présente un extrait de L’éducation sentimentale de Gustave Flaubert (qui haïssait tout ensemble Béranger et les révolutions, on en reparlera dans de prochaines séries). Le héros du livre, le très médiocre et bourgeois Frédéric Moreau, tente en pleine révolution d’intervenir au Club de l’Intelligence afin de « se lancer ». Il y est introduit par son ami Dussardier, « le bon commis », un ouvrier révolutionnaire. Il découvre alors que le Club est dirigé par un autre de ses amis, Sénécal, un idéologue socialiste à l’esprit étroit (il n’y a qu’à voir sa profession : répétiteur de mathématiques).

___________
Au bureau du président, Sénécal parut.

Cette surprise, avait pensé le bon commis, plairait à Frédéric. Elle le contraria.

La foule témoignait à son président une grande déférence. Il était de ceux qui, le 25 février, avaient voulu l’organisation immédiate du travail ; le lendemain, au Prado, il s’était prononcé pour qu’on attaquât l’Hôtel de Ville ; et, comme chaque personnage se réglait alors sur un modèle, l’un copiant Saint-Just, l’autre Danton, l’autre Marat, lui, il tâchait de ressembler à Blanqui, lequel imitait Robespierre. Ses gants noirs et ses cheveux en brosse lui donnaient un aspect rigide, extrêmement convenable.

Il ouvrit la séance par la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, acte de foi habituel. Puis une voix vigoureuse entonna les Souvenirs du Peuple de Béranger.

D’autres voix s’élevèrent. :
– Non ! non ! pas ça !
– La Casquette ! se mirent à hurler, au fond, les patriotes.

Et ils chantèrent en chœur la poésie du jour :
Chapeau bas devant ma casquette,
À genoux devant l’ouvrier !

Sur un mot du président, l’auditoire se tut. Un des secrétaires procéda au dépouillement des lettres.
_________________

Ce n’est pas une grande surprise : en 1848, on faisait déjà la révolution en chanson !
Revenons à Mai 68, qui a entraîné un certain renouveau de la chanson engagée auquel on consacre deux billets. Écoutons d’abord, Les Barricadiers, un groupe typique de Mai 68 avec la Chanson du C.M.D.O. (Conseil pour le Maintien Des Occupations).

On notera le décalage troublant entre les paroles et la réalité de Mai 68 : « des canons par centaines, des fusils par milliers » chantent les Barricadiers, alors qu’aucun coup de feu n’a été tiré en Mai 68, me semble-t-il. C’est le versant délirant de Mai 68, révolution fantasmée par ses propres protagonistes, ou « spectacle » de révolution si on veut rester dans la logorrhée de l’époque. Cet usage du mot « spectacle » est dû au philosophe Guy Debord, qui a aussi commis quelques paroles de chansons, un bien étrange fatras. Ici, Les journées de mai, sur la musique de El paso del Ebro (ou ¡Ay, Carmela!), un chant très connu des républicains espagnols, et qui remonte en fait aux guerres napoléoniennes, parcours étonnant d’une chanson de révolutions en révolutions…  Par Vanessa Hachlmoum (pseudonyme de Jacqueline Danno, déjà entendue dans la série).

 

La chanson engagée issue de Mai 68 comporte aussi des tentatives originales, en prise directe avec les usines, les ouvriers, les luttes syndicales, les immigrés, etc. Par exemple, Nous sommes le pouvoir ensemble, de Colette Magny dans un style aujourd’hui un peu daté. La chanson proprement dite commence vers 3:20.

Ou Répression, avec une interview intéressante de Colette Magny à partir de 5:00 environ, puis de nouveau une chanson à la fin.

Tous les thèmes

La révolution d’Évariste

Les chansons de Mai 3/9
1234566bis7899bis

Je n’ai eu qu’une seule réponse au sondage « quel est le chanteur le plus soixante-huitard ? « . Répondez, répondez !

Dans son témoignage du billet précédent, Renaud évoque « un jeune mec qui avec sa guitare chante une chanson qu’il venait d’écrire : La révolution« . Il s’agit d’Évariste (pour ceux qui en doutent, écoutez bien les paroles que chantonne Renaud, ça correspond parfaitement). La révolution, par Évariste, qu’on a déjà rencontré dans la série sur les scientifiques dans la chanson (ici).

Quelques années plus tard, Renaud a d’ailleurs chipé à Évariste cette idée de dialogue avec une voix d’enfant imitée dans Pourquoi d’abord.

Tous les thèmes

Crève salope

Les chansons de Mai 2/9
1234566bis7899bis

Peut-être la chanson la plus authentique de Mai 68 : Crève salope, de Renaud. Chanson mythique, écrite sur un coin de table, dans un amphi de la Sorbonne occupée. Renaud avait 15 ou 16 ans (comment savoir : il est né un 11 mai !). Crève salope a eu un succès immédiat mais n’a jamais été enregistrée en studio.

Témoignage de Renaud à son propos :

Tous les thèmes

Satisfaction

Les cultures soixante-huitardes 1/8
11bis2344bis5677bis8

À la rentrée, je vous ai promis un thème qui va courir toute l’année. Camarades, ce thème, c’est bien sûr Mai 68, cette « révolution manquée qui faillit bouleverser l’Histoire » selon Renaud (citation tirée de sa chanson Hexagone). Tout au long de l’année, le Jardin aux chansons qui bifurquent consacrera cinq séries à cet événement dont on fête bientôt le cinquantième anniversaire ! Chaque série en étudiera un aspect particulier, vous verrez.

Avant de commencer, analysons le sondage que je vous proposais. Il s’agissait d’associer des événements marquants de l’Histoire de France à des chansons. Je n’ai eu que cinq réponses. Vous m’avez proposé :
– Révolution française : Ça ira, La Marseillaise
– Commune de Paris : La butte rouge, La semaine sanglante, Le temps des cerises
– Guerre de 14-18 : J’avions reçu commandement, La chanson de Craonne, La butte rouge, La guerre de 14-18
– Seconde guerre mondiale : Le chant des partisans, Comme toi
– La guerre d’Algérie : Une gégène extraordinaire, Le déserteur
– Mai 68 : Les élucubrations d’Antoine, Chacun de vous est concerné, Con par raison, Crève salope, Paris mai

Le but de ce sondage était de valider l’hypothèse selon laquelle aucune chanson n’est spontanément associée à Mai 68, alors que les autres événements ont leur chanson. Mon hypothèse est partiellement validée : pour Mai 68, tout le monde donne effectivement une réponse différente, alors que à l’opposé, pour la Révolution Française tout le monde cite la même chanson : Ça ira (mais en oubliant La Carmagnole !).   Pour la première guerre mondiale aussi, il y a bizarrement beaucoup de réponses différentes, alors que j’attendais à un tir groupé sur La chanson de Craonne (citée une seule fois).

Ce que je voulais dire, à défaut de pouvoir le prouver sur un échantillon de taille 5, c’est qu’aucune chanson sur Mai 68 ne ressort vraiment. Est-ce à dire que l’événement n’est pas suffisamment « majeur » pour mériter sa chanson ? Ou au contraire, Mai 68 serait un mouvement tectonique d’une telle ampleur sociale que n’importe quelle chanson chantée par un baby boomer de 1960 à nos jours serait en quelque sorte une chanson de Mai 68 ? L’hypothèse n’est pas si absurde…

Je dirais plutôt que Mai 68 a une signification complexe et encore débattue, ce qui ne facilite pas l’émergence d’une chanson particulière. Il s’est en outre produit en concomitance avec la grande vague rock anglo-saxonne, ce qui a laissé moins de place à une chanson bien de chez nous : la chanson « française » de mai 68 est peut-être à chercher chez les Beatles, les Stones ou les Who ?

Oublions ce débat : il y a beaucoup de chansons, aucune ne ressort, voilà qui arrange mes petites affaires de blogger. Le première série sur Mai 68 est donc placée sous le signe de la diversité : on aborde les multiples « cultures » soixante-huitardes : courants, modes, tendances, etc. Pas de chanson trop politique dans cette série, on garde ça pour plus tard.

On commence par un aspect paradoxal de Mai 68, maintes fois souligné : grande révolution collective et sociale et en même temps irruption de l’individualisme et de l’hédonisme dans le champ politique. Déjà les « en même temps »… Je vous passe Satisfaction, des Rolling Stones, classée 2e plus grande chanson de tous les temps par le magazine Rolling Stone !! Ça date de 1965.

 

Tous les thèmes